Le monde fascinant des ammonites fossilisées

17 août, 2020
Les ammonites sont les fossiles de céphalopodes les plus abondants de la planète. Avec plus de 1500 genres décrits, ils suscitent l'intérêt général non seulement pour leur beauté, mais également par leur utilisation comme fossiles guides.

Les ammonites constituent un type de mollusque marin préhistorique qui suscitent beaucoup d’intérêt d’un point de vue évolutif. En effet, elles ont réussi à vivre sur notre planète pendant plus de 300 millions d’années.

Au cours des 500 derniers millions d’années, la planète a subi cinq épisodes d’extinction massive. A cause de cela, plus de 90 % des organismes qui autrefois marchaient, nageaient, volaient ou rampaient ont disparu de la terre.

Les ammonites ont survécu à différentes ères géologiques

Tout au long de l’histoire de la planète, les ammonoideos ont réussi à survivre à plusieurs événements catastrophiques d’extinction. Même si la plupart du temps, seules quelques espèces représentantes survivaient. Cependant, à chaque fois, ces quelques espèces parvenaient à se diversifier sous une multitude de formes.

Pendant la dernière partie de l’ère Mésozoïque, les ammonites sont devenues moins abondantes. Puis, durant l’ère Cénozoïque, aucune d’entre elles n’a survécu. Ainsi, les dernières lignées d’ammonites ont disparu avec les dinosaures il y a 65 millions d’années, lors de l’extinction de la fin du Crétacé.

Les fossiles d’ammonites, utiles pour marquer le calendrier géologique

Nous avons certainement tous déjà vu un fossile d’ammonite car ils sont très abondants sur toute la planète. Ces fossiles se forment à mesure que les restes de l’animal s’enfouissent dans des sédiments qui se solidifient ensuite, donnant naissance à des roches ayant leur forme.

Par conséquent, étant donné qu’elles ont été piégées dans différentes strates terrestres tout au long de l’histoire de la planète, les ammonites sont devenues des indicateurs utiles pour marquer les diverses époques de l’histoire géologique. Cette utilisation est possible en raison de deux caractéristiques de l’animal :

  • Evolution rapide : grâce à cette caractéristique, les espèces d’ammonites ont eu une durée de vie relativement courte. Ainsi, dans une même échelle géologique, les espèces qui se sont fossilisées sur des roches sédimentaires marines sont spécifiques.
  • Répartition géographique mondiale : les ammonites sont relativement courantes et assez faciles à identifier.

Grâce à ces caractéristiques, les ammonites peuvent être utilisées pour différencier les intervalles de temps géologique de moins de 200 000 ans. En ce qui concerne l’histoire de la Terre, cela est réellement nécessaire.

Des fossiles d'ammonites.

“Les fossiles d’ammonites sont facilement identifiables en raison de leur coquille en spirale.

La classification des ammonites

Les animaux éteints, de même que les animaux vivants, se classent en taxons, en genres et en espèces. Ainsi, les ammonites sont classées comme les céphalopodes de la sous-classe Ammonoidea.

Jusqu’à présent, on reconnaît neuf ordres d’ammonoideos cinq de l’ère Paléozoïque, et quatre de l’ère Mésozoïque. Nous faisons référence à environ 10.000 espèces d’ammonites au total.

Actuellement, les plus proches parents vivants des ammonites appartiennent à la classe des céphalopodes : poulpes, calamars, seiches et nautiles.

Que sait-on sur les coquilles des ammonites ?

D’après les registres sur les fossiles, les ammonites présentent une coquille en forme de spirale dont les fonctions les plus importantes étaient la protection contre les prédateurs et la flottaison. Au fur et à mesure que l’animal grandissait, il construisait de nouvelles chambres. Chacune d’entre elles était séparée intérieurement par une cloison ou septum.

Cette architecture lui permettait de renforcer la coquille et d’éviter qu’il soit écrasé par la pression extérieure de l’eau. Bien que, selon les estimations, on pense que les ammonites ne pouvaient pas supporter des profondeurs de plus de 100 mètres.

Par ailleurs, il est intéressant de savoir que l’animal vivait seulement dans la chambre externe de la coquille. Les chambres internes étaient remplies d’air ou de fluide que l’ammonite régulait pour contrôler sa flottabilité et ses mouvements. Un peu comme ce qui se passe dans un sous-marin.

En outre, la surface de ces coquilles était très variable. Certaines étaient douces et lisses, et d’autres présentaient des crêtes en spirale, des côtes ou même des épines. Même si la spirale est la forme la plus typique, certains types d’ammonites avaient des coquilles qui s’enroulaient dans des formes plus étranges les unes que les autres. On les appelle les hétéromorphes.

Apparence et habitudes de vie des ammonites

De même que la plupart des céphalopodes, les ammonites étaient des prédateurs. Ainsi, ces créatures, semblables aux nautiles actuels, disposaient de structures cornées en forme de bec à l’intérieur d’un anneau de tentacules. Leur corps mou sortait de la coquille pour attraper des proies telles que de petits poissons et des crustacés.

On présume également que les ammonites se déplaçaient dans des mers chaudes et peu profondes. En utilisant aussi bien la flottabilité des chambres internes de leur coquille, que la propulsion par jet.

Un autre fait curieux est la croyance que ces créatures étaient unisexuelles (elles présentaient un sexe masculin et un sexe féminin séparément) et de fécondation interne. Des caractères sexuels secondaires qui affectent la structure et la forme de la coquille ont été identifiés.

Un dessin d'ammonites.

Existait-il une ammonite géante ?

Tout au long de l’histoire, les espèces d’ammonites ont subi de nombreux changements. Sur le continent américain, la plus grande ammonite documentée fut l’espèce Parapuzosia bradyi, de la période du Crétacé, avec des spécimens mesurant 137 centimètres de diamètre.

Toutefois, le record de taille est détenu par l’espèce Parapuzosia seppenradensis, également pendant le Crétacé, avec 1,95 mètres de diamètre. On estime que ce spécimen, qui a été trouvé en Allemagne en 1895, aurait eu un diamètre d’environ 2,55 mètres au cours de sa vie.

D’autre part, parmi les plus petites ammonites, nous trouvons les nannocardioceras qui vivaient à la fin de la période Jurassique. Chez cette espèce, les individus adultes mesurent rarement plus de deux centimètres de diamètre.

Conclusion…

Les magnifiques coquilles fossiles d’ammonites sont collectées par des personnes depuis des millénaires. Leur aspect a fait l’objet de mythes. Pendant l’époque médiévale, on pensait qu’il s’agissait de serpents qui s’étaient transformés en pierre et qu’ils avaient une valeur commerciale puisqu’ils étaient vendus aux gens lors des pèlerinages.

Cependant, leur utilisation pour dater les sédiments marins avec une extrême précision les rend indispensables pour la génération de connaissances géologiques de notre planète.