Les caridés : où peut-on les trouver ?

07 septembre, 2020
Les caridés regroupent des milliers d'espèces de décapodes connus sous le nom de crevettes. En raison de leur abondance et de leur distribution mondiale, ils constituent une ressource très précieuse pour l'Homme et la nature.

Les caridés sont un groupe de crustacés décapodes (Decapoda: Caridea) constitué de diverses espèces. En nombre, ce groupe taxonomique n’est dépassé que par ses parents les crabes. En plus de ces derniers, d’autres parents proches sont les langoustines et les langoustes.

On connaît plus communément les caridés sous le nom de crevettes. Leurs nombreuses espèces habitent dans les fonds marins, dans presque tous les environnements aquatiques du monde.

Une immense diversité de crevettes vit dans la mer mais aussi dans les eaux salées et douces des côtes, estuaires, fleuves et lacs. Si vous voulez en savoir plus sur ces invertébrés sympathiques, n’hésitez pas à poursuivre votre lecture.

Les caridés : un groupe en expansion

En 2011, à l’échelle mondiale, on a reconnu environ 3500 espèces, mais ce nombre augmente constamment ; 770 – 800 espèces environ vivent en eau douce et dans les eaux continentales, par exemple dans les cavernes souterraines. Les caridés d’eau douce représentent un cinquième de la diversité mondiale de crevettes.

Nous pouvons donc affirmer que les caridés sont largement distribués dans le monde entier, de l’équateur jusqu’aux régions polaires. Quant à son habitat, on les retrouve dans diverses niches écologiques, des eaux côtières peu profondes aux eaux modérément profondes.

Nous trouvons aussi des espèces pélagiques (eaux moyennes de l’océan, jusqu’à 200 mètres de profondeurs) mais d’autres sont considérées benthiques (qui vivent dans le fond marin, à plus de 5000 mètres de profondeur).

Dans ce contexte, il est difficile d’estimer la véritable magnitude du nombre d’espèces de crevettes car, chaque année, on continue à découvrir de nouveaux taxons. Parmi les espèces d’eau douce, deux genres dominent sur le plan numérique : Caridina et Macrobrachium. Quoi qu’il en soit, on peut s’attendre à ce que de nombreuses espèces soient encore découvertes.

Les caridés sont un groupe en expansion.

 

Le cas spécial des espèces de caridés commensaux

Curieusement, on a aussi signalé l’existence de certaines espèces de caridés qui vivent dans une relation de commensalisme avec des éponges et autres invertébrés. Le commensalisme, même s’il s’agit d’un mode de vie généralisé chez les espèces de crevettes marines, ne se retrouve que rarement chez les espèces d’eau douce. Jusqu’à aujourd’hui, on en connaît deux :

  • Limnocaridina iridinae, qui vit dans le creux de la coquille d’une moule unionidé (Unionidae est une famille de mollusques bivalves) du lac Tanganyika, en Afrique centrale
  • L’espèce Caridina, qui vit en mutualisme avec des éponges d’eau douce dans le lac Towuti, à Sulawesi, Indonésie

L’anatomie des crevettes et des langoustines est très ressemblante, mais pas similaire

Ces deux créatures ont un corps divisé en trois parties : céphalotorax, abdomen et telson (queue en forme de petit éventail). Cette queue leur permet de nager rapidement en arrière. Comme tous les décapodes, elles ont dix pattes spécialisées dans la réalisation de différentes fonctions : manger, se nourrir ou se reproduire.

Par ailleurs, chez les deux, la respiration est branchiale et les deux espèces possèdent un exosquelette en chitine. Même si elles peuvent être colorées, elles sont souvent semi-transparentes. Cela explique pourquoi il est difficile de les voir dans l’eau. Elles ont aussi trois paires d’antennes sensorielles et de puissantes maxilles au niveau du céphalotorax.

Les antennes sont généralement longues et peuvent dépasser la taille du corps.

Différences physiques entre crevettes et langoustines

Chez les langoustines, on retrouve, pour celles qui vivent dans les eaux marines, mais très peu chez celles habitant en eau douce, des branchies ramifiées en forme d’arbres et des antennes qui peuvent faire deux fois la taille du corps.

Elles ont aussi six pinces, une à chaque extrémité des trois premières paires de pattes. Quand on observe l’exosquelette, on voit que la première plaque se superpose sur la seconde, et la seconde sur la troisième.

Chez les crevettes, les branchies sont en forme de feuille. Les antennes sont relativement petites et n’excèdent pas la taille du corps. La troisième paire de pattes ne finit jamais par une pince mais elles peuvent quand même en avoir sur la première et la deuxième pair, ou seulement sur la deuxième.

La taille des crevettes est variable selon les espèces ; certaines comme Periclimenes imperator ne mesurent pas plus de quelques millimètres, tandis que d’autres peuvent mesurer jusqu’à 20 centimètres de long.

À quoi ressemble l’alimentation des caridés ?

En général, beaucoup d’espèces de ce sous-ordre se nourrissent par filtration. Certaines sont néanmoins omnivores, ce qui veut dire qu’elles consomment de la matière végétale et animale.

On sait donc que les caridés peuvent manger des crustacés, des mollusques, des ophiures, des algues, du tissu nécrotique d’autres organismes, divers parasites et d’autres organismes benthiques qui se déplacent lentement.

Il est important, pour les niches écologiques, que les caridés consomment de la charogne. Grâce à leur travail, étant donné qu’ils consomment des tissus morts ou des parasites d’autres espèces, on les appelle souvent les crevettes nettoyeuses.

Il est intéressant de savoir que des espèces de la famille Alpheidae, connues sous le nom de crevettes pistolet, étourdissent leur proie avant de la manger en faisant un bruit fort avec l’une de leurs pinces, produisant une détonation à travers l’eau.

La crevette transparente fait partie des caridés.

Les crevettes sont essentielles pour la vie de toutes les espèces

Il est important de prendre en compte qu’en raison de leur petite taille et de leur grande abondance, les caridés sont la proie naturelle de nombreux prédateurs du monde entier.

Leurs nombreuses espèces constituent la base de l’alimentation des oiseaux marins, des poissons, des crabes et de nombreuses autres espèces marines. En raison de leur valeur diététique pour les humains, leur commercialisation est très importante dans l’économie de nombreux pays.

L’état de conservation

Récemment, un total de 13 espèces de crevettes d’eau douce a été inclus dans la liste rouge de l’UICN. Le risque est plus élevé pour les espèces qui vivent dans une caverne ou un système de cavernes car ces systèmes sont menacés d’invasion humaine et de pollution des eaux souterraines. Jusqu’à maintenant, Syncaris pasadenae est la seule espèce de crevettes actuellement considérée comme éteinte.

 

  • (2020). Shrimp. Encyclopædia Britannica https://www.britannica.com/animal/shrimp-crustacean Access Date: May 28, 2020
  • Ahamed, F., & Ohtomi, J. (2011). Reproductive biology of the pandalid shrimp Plesionika izumiae (Decapoda: Caridea). Journal of Crustacean Biology, 31(3), 441-449.
  • King, M. G. (1993). Deepwater shrimp. Nearshore marine resources of the South Pacific, 513-38. http://www.spc.int/DigitalLibrary/Doc/FAME/Reports/King_93_DeepwaterShrimp.pdf
  • De Grave, S., Cai, Y., & Anker, A. (2008). Global diversity of shrimps (Crustacea: Decapoda: Caridea) in freshwater. Hydrobiologia, 595(1), 287-293.
  • De Grave, S., Smith, K.G., Adeler, N.A., Allen, D.J., Alvarez, F., Anker, A., Cai, Y., Carrizo, S.F., Klotz, W., Mantelatto, F.L., Page, T.J., Shy, J.-Y., Villalobos, J.L. and Wowor, D.  (2015). Dead shrimp blues: a global assessment of extinction risk in freshwater shrimps (Crustacea: Decapoda: Caridea). PLoS ONE 10(3): e0120198. DOI: 10.1371/journal.pone.0120198. [Mar 2015]. https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0120198
  • De Grave, S., & Fransen, C. H. J. M. (2011). Carideorum catalogus: the recent species of the dendrobranchiate, stenopodidean, procarididean and caridean shrimps (Crustacea: Decapoda) (pp. 195-588). Leiden: NCB Naturalis. http://www.vliz.be/imisdocs/publications/ocrd/231051.pdf