Les chenilles sont-elles des vers ?

Les chenilles et les vers partagent de nombreuses caractéristiques, mais s'agit-il de la même espèce ? Nous vous donnons ici la réponse.
Les chenilles sont-elles des vers ?

Dernière mise à jour : 05 août, 2021

Les chenilles sont-elles des vers ? Cette question semble hors de propos au premier abord, mais la réalité est qu’elle peut faire la différence entre un simple contact collant et une visite rapide aux urgences. En effet, certaines chenilles sont vénéneuses : avec leurs poils urticants, elles sont capables de provoquer de graves réactions locales chez l’homme. Peut-on en dire autant des vers ?

Le terme « ver » renvoie à immense groupe d’invertébrés, tous avec des corps cylindriques qui rampent le long des fonds marins ou des sols terrestres. En quoi un ver est-il différent d’une chenille ? Nous vous apportons ici la réponse basée sur des connaissances scientifiques et génétiques.

Que sont les vers et les chenilles ?

Dans la population générale, le terme « ver » désigne tout invertébré allongé aux habitudes fouisseuses (les vers vivent sous terre ou à sa surface). Dans tous les cas, la classification taxonomique des êtres vivants peut ne pas être entièrement en accord avec cette signification. Nous explorons ci-après chaque groupe séparément.

Les vers

Selon le dictionnaire Oxford Languages, un ver est un invertébré au corps aplati ou cylindrique, mou, allongé, contractile et sans membres. Cette appellation n’a pas d’intérêt taxonomique, puisqu’elle englobe un groupe d’êtres vivants très éloignés les uns des autres au niveau génétique.

Le terme “ver” vient du mot vermes, inventé par Carl Linnaeus et Jean-Baptiste Lamarck dans l’ouvrage Systema Naturae, publié pour la première fois en 1735. Cette classification désormais obsolète englobait tous les invertébrés vermiformes qui n’étaient pas des arthropodes, dont les limaces, les nématodes et bien d’autres êtres vivants.

A ce jour, la classification qui nous intéresse ici a été un peu plus esquissée, mais elle reste polyphylétique. Cela signifie qu’elle comprend des milliers d’espèces sans aucune relation directe, et par conséquent, du point de vue scientifique elle n’a pas d’intérêt. De manière générale, les groupes d’invertébrés suivants sont considérés comme des vers :

  • Vers plats : ce sont des invertébrés simples, bilatéraux et non segmentés. Ils n’ont pas d’organes respiratoires et circulatoires spécifiques. Certains sont des parasites et d’autres sont libres. Ils sont associés aux milieux humides d’eau salée ou d’eau douce, bien qu’il existe des espèces terrestres.
  • Nématodes : Contrairement aux vers plats, les nématodes ont un système digestif tubulaire avec des ouvertures aux deux extrémités (bouche et anus). Certains des parasites humains les plus courants, tels que Ascaris et Anisakis, se trouvent dans ce groupe.
  • Annélides : les annélides sont des animaux beaucoup plus évolués que ceux déjà cités, puisqu’ils ont des systèmes nerveux, circulatoire, digestif et même respiratoire (parfois sous forme de branchies). Ces invertébrés sont segmentés et peuvent coloniser aussi bien les milieux terrestres qu’aquatiques. Les célèbres vers de terre font partie de ce groupe.

Au-delà de cette classification, d’autres auteurs avancent que les onychophores, les priapulides et même les larves d’insectes pourraient être regroupés sous le terme de « vers ». Quoi qu’il en soit, la liste que nous vous avons fournie peut être considérée comme la norme.

Les chenilles sont-elles des vers ?

Les chenilles

Le terme « chenille » implique beaucoup moins de maux de tête, car il ne désigne que toutes les larves d’insectes de l’ordre des lépidoptères. En d’autres termes, chaque stade larvaire d’un papillon ou d’une mite est une chenille, quelles que soient sa forme et sa taille.

Tous ces insectes ont un plan d’organisation commun : ils sont divisés en segments, ont 6 pattes (les pseudo-pattes charnues de l’abdomen) et respirent par un système trachéal, qui communique avec l’extérieur par les stigmates. Les 3 premiers segments après la tête forment le thorax, tandis que les 10 suivants représentent la région abdominale.

De nombreuses chenilles arborent des couleurs proches de celles de l’environnement pour se fondre dans le paysage (camouflage). D’autres arborent des couleurs beaucoup plus frappantes pour dissuader leurs proies, ce qu’on appelle l’aposématisme.

De plus, certaines espèces ont des poils qui contiennent des composés chimiques urticants ou toxiques. Il s’agit de leur méthode de défense.

Les chenilles ont la forme d’un ver, mais selon les classifications, il ne s’agit pas strictement de vers.

Une chenille sur fond blanc.

Les chenilles sont-elles des vers ?

Maintenant que vous connaissez les informations de base renfermées dans les deux termes, nous vous rappelons la question initialement posée : les chenilles sont-elles des vers ?

S’il est vrai que le terme “ver” peut englober tous les êtres vivants vermiformes, dans un sens plus strict, on pourrait dire que non. Une chenille n’est ni un ver plat, ni un annélide ni un nématode, mais un insecte lépidoptère.

Les invertébrés les plus proches des vers parmi les larves de papillons sont sans doute les annélides terrestres, mieux connus sous le nom de “lombrics”. Toutefois, les annélides n’ont pas de pattes en tant que telles – certaines espèces ont des parapodes ou des extensions, mais ce ne sont pas des pattes – tandis que les chenilles ont 6 membres bien définis.

Outre cette différence, il faut aussi souligner que les vers de terre sont des généralistes et des détritivores, tandis que les chenilles vivent sur les feuilles des plantes et se nourrissent exclusivement de matières végétales (à quelques exceptions près). Ainsi, alors qu’un groupe s’est spécialisé dans l’herbivorie, l’autre est responsable de la décomposition de la matière organique.

Les chenilles sont des invertébrés vermiformes, mais ce ne sont pas pour autant des des vers, car ce ne sont pas des annélides, ni vers plats ni des nématodes.

Chenilles ou vers ?

Une réflexion finale…

Il convient de noter que si vous entendez quelqu’un appeler les chenilles des vers, il n’aurait pas tout à fait tort non plus. Comme nous l’avons dit, ce dernier groupe est polyphylétique, et donc, tous les êtres vivants vermiformes peuvent y entrer. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus correct, mais dans son sens le plus large, ce n’est pas incorrect non plus.

S’il y a quelque chose de bien clair, c’est que les termes utilisés par la population générale sont de peu d’utilité dans le monde scientifique. En effet, lorsqu’il s’agit de désigner des espèces et de désigner des genres, des familles et des ordres, la seule chose qui compte est la relation génétique des membres, quelle que soit leur apparence.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 raisons pour lesquelles la biodiversité doit être conservée
My AnimalsLisez-le dans My Animals
6 raisons pour lesquelles la biodiversité doit être conservée

La conservation de la biodiversité est l’une des tâches en suspens que nous ne pouvons pas continuer à reporter, car elle est essentielle à la vie.



  • Mora, C., Tittensor, D. P., Adl, S., Simpson, A. G., & Worm, B. (2011). How many species are there on Earth and in the ocean?. PLoS biology, 9(8), e1001127.
  • Thollesson, M., & Norenburg, J. L. (2003). Ribbon worm relationships: a phylogeny of the phylum Nemertea. Proceedings of the Royal Society of London. Series B: Biological Sciences, 270(1513), 407-415.
  • De Ley, P. (2000). Lost in worm space: phylogeny and morphology as road maps to nematode diversity. Nematology, 2(1), 9-16.
  • Greene, E. (1989). A diet-induced developmental polymorphism in a caterpillar. Science, 243(4891), 643-646.