Les fourmis piquent ou mordent ?

Les fourmis piquent ou mordent ? Vous vous êtes sûrement déjà posé cette question pendant que vous les observiez en train de faire leur travail. La réponse vous surprendra.
Les fourmis piquent ou mordent ?

Dernière mise à jour : 12 avril, 2022

Vous avez sûrement déjà vu un groupe de fourmis transporter leur nourriture vers une ouverture dans un grand monticule de sable. Si vous avez décidé d’interagir avec elles, vous avez peut-être remarqué une petite piqûre au doigt, presque imperceptible. Il est normal que dans ce scénario la question suivante se pose : les fourmis piquent-elles ou mordent-elles ?

Les fourmis sont des insectes eusociaux fascinants à tous égards. Cependant, s’approcher trop près d’une colonie de certaines espèces peut être très désagréable pour l’homme. Nous vous expliquons ici les méthodes de défense de ces insectes et comment gérer leurs piqûres ou morsures.

Les principales caractéristiques des fourmis

Le terme fourmi s’applique à tous les insectes hyménoptères appartenant à la famille des Formicidae. Ce sont des animaux eusociaux, c’est-à-dire qu’ils vivent en colonie constituée de castes et qu’en général un seul spécimen – la reine – est capable de pondre des œufs fécondés.

D’autre part, les ouvrières qui se comptent par centaines à milliers par fourmilière sont chargées de s’occuper de l’installation, de chercher de la nourriture et de protéger les larves.

Les colonies de fourmis sont scientifiquement connues sous le nom de super -organismes, car la somme de tous les spécimens dépasse de loin les capacités de chaque ouvrière ou de la reine seule. Ces insectes agissent comme une unité fonctionnelle et la fourmilière ne s’effondre que lorsque la reine meurt, ce qui peut naturellement prendre jusqu’à 30 ans.

Les fourmis sont très réussies d’un point de vue évolutif. Elles habitent presque tous les écosystèmes de la planète et représentent jusqu’à 25 % de la matière organique animale présente sur notre planète.

Plus de 22 000 espèces ont été découvertes, mais seulement 13 800 environ ont été décrites avec précision. Elles sont généralement identifiées au niveau taxonomique par les particularités de leurs antennes.

Les fourmis sont de proches parents des guêpes et des abeilles.

Une fourmi ailée sur fond blanc.

Alors, les fourmis piquent ou mordent ?

Comme nous l’avons dit, les fourmis font partie de l’ordre des Hyménoptères. Elles partagent un taxon avec les guêpes et les abeilles, groupes réputés pour présenter un ovipositeur modifié sous la forme d’un dard.

Cette structure ancestrale servait à pondre des œufs. Cependant, dans certains groupes, elle s’est développée avec une glande toxique pour adopter la fonction d’arme.

Certaines fourmis conservent cet ovipositeur modifié en forme de dard et sont capables de piquer et de mordre, tandis que d’autres ont perdu ce trait et ne peuvent utiliser que leurs mâchoires pour se défendre. Découvrez ci-dessous les méthodes d’attaque des 2 sous-familles de fourmis les plus célèbres et les plus abondantes.

Les fourmis qui ne piquent pas, mais mordent (sousfamille Formicinae)

La sousfamille des Formicinae contient environ 3030 espèces de fourmis, qui sont réparties dans un très large éventail d’habitats terrestres. Les genres Lasius et Camponotus sont les plus connus et les plus communs dans les écosystèmes européens, bien qu’il y en ait beaucoup plus.

Ces espèces ont de minuscules aiguillons – essentiellement des vestiges -, et ont une glande venimeuse agrandie dans leur abdomen qui a assumé une fonction particulière. Bien qu’elles soient incapables d’inoculer leur dard, cet outil s’est spécialisé dans la synthèse et la libération d’acide formique. C’est une excellente méthode de défense pour échapper aux prédateurs.

En plus de cela, il convient de noter que certaines espèces de la sous-famille des Formicinae, comme celles du genre Camponotus, ont des ouvrières spéciales, appelées majors. Celles-ci ont une tête allongée et des mâchoires très puissantes qui peuvent déchirer la peau d’un humain d’une seule morsure.

Les fourmis de cette sous-famille ne possèdent pas de dard utile, mais certaines espèces ont des mâchoires très puissantes.

Une fourmi camponotus major.

Les fourmis qui piquent et mordent (sousfamille Ponerinae)

La sous-famille des Ponerinae est l’une des plus grandes, avec quelque 1600 espèces réparties en 47 genres. Parmi ces espèces, figurent les plus belles et les plus mortelles du monde.

Ces espèces nécessitent une humidité élevée et vivent sur le continent asiatique ou sud-américain. De plus, elles ont tendance à avoir des nids avec peu d’ouvrières (200). Leurs colonies sont donc très instables et parfois la reproduction se fait de manière hiérarchique.

Ces fourmis sont considérées comme primitives d’un point de vue biologique et il n’y a pas toujours une reine par colonie, comme c’est souvent le cas chez les espèces de la sous-famille des Formicinae.

Chez certaines espèces, il n’y a même pas de reine spécifique, comme chez Diacamma rugosum. Chez d’autres, les ouvrières peuvent se reproduire si elles évincent la femelle dominante.

Les fourmis de ce groupe ont un dard et certaines d’entre elles peuvent provoquer de graves réactions allergiques. Les espèces du genre Odontomachus, connues sous le nom de trap-jaw, en sont un exemple clair, puisqu’il y a des rapports d’œdème, de rougeur et beaucoup de douleur chez l’homme.

De plus, de nombreuses espèces incluses dans ce groupe ont des mâchoires modifiées pour maximiser leur efficacité lors de la chasse. Les fourmis sauteuses asiatiques (Harpegnathos venator) et les fourmis pièges à mâchoires (Odontomachus bauri, Odontomachus monticola et Odontomachus clarus, entre autres) en sont des exemples vivants.

Les fourmis à mâchoires pièges ferment leurs mâchoires 2 300 fois plus vite qu’un humain cligne des yeux.

La fourmi la plus dangereuse du monde pourrait appartenir à ce genre.

Elles piquent et mordent !

Vous venez de découvrir des exemples de fourmis qui piquent et d’autres qui piquent et mordent en même temps. Dans tous les cas, les insectes les plus mortels au sein de ce groupe sont les fourmis appartenant à la sous-famille des Myrmeciinae.

Également connues sous le nom de fourmis bouledogues, certaines de ces espèces sont connues pour tuer les humains allergiques à leurs piqûres extrêmement puissantes. Les 90 espèces incluses dans ce groupe sont endémiques d’Australie (une d’elles de Nouvelle-Calédonie).

Elles sont extrêmement agressives et ont une société de caste plutôt instable. Chez certaines espèces, il a été observé que les ouvrières sont capables de se reproduire.

Au moins 6 personnes sont mortes des suites d’une morsure de certaines espèces de Myrmecia. Ces fourmis se distinguent par leur agressivité inhabituelle.

Une fourmi.

En résumé, la plupart des fourmis européennes ne piquent pas, mais ont des mâchoires puissantes capables de faire quelques dégâts. En revanche, les spécimens asiatiques et tropicaux de la sous-famille des Ponerinae (entre autres taxons) possèdent un dard qu’ils planteront dans la peau au moindre signe de danger.

Cela pourrait vous intéresser ...
Colonie de fourmis : les principes de base pour en prendre soin
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Colonie de fourmis : les principes de base pour en prendre soin

Voulez-vous avoir une fourmilière? Découvrez ici les premières étapes pour monter une colonie de fourmis et les erreurs les plus courantes.