Les scorpions : 8 données que vous devez connaître

23 janvier, 2020
Les scorpions sont des créatures démonisées. Or, ces arachnides ne sont pas aussi dangereux qu'on nous l'a fait croire : leur pire ennemi est l'Homme, qui les capture pour les domestiquer, détruit leur habitat naturel et les anéantit.

En général, les articles sur les scorpions ne servent qu’à nous faire prendre conscience du caractère effroyable de ces créatures. Or, leur mauvaise réputation n’est absolument pas méritée. C’est pour cette raison que, tout au long de cet article, nous allons vous présenter des données passionnantes sur ces animaux. Vous verrez que les scorpions sont incroyables et possèdent des habiletés étonnantes!

1. Les scorpions sont des arachnides venimeux

Les scorpions sont des arthropodes qui appartiennent à la classe Arachnida. Les arachnides incluent les araignées, les tiques et les acariens : ils ont tous un corps en deux sections et huit pattes.

Les scorpions sont venimeux

Tous les scorpions produisent du veninLeur queue, qui a un aspect effrayant, se compose de cinq segments de l’abdomen, courbés vers le haut, avec un segment final qui porte le nom de telson. C’est dans le telson qu’est produit le venin. Le bout de la queue présente une structure affilée en forme d’aiguille qui s’appelle l’aculeus : c’est de là que sort le venin.

Un scorpion peut contrôler le moment où il produit le venin et la quantité qu’il inocule. Tout dépend s’il a besoin de tuer une proie ou de se défendre face à ses prédateurs.

2. Le scorpion n’est pas si dangereux pour les Hommes

En vérité, à quelques exceptions près, les scorpions ne peuvent pas faire beaucoup de mal aux humains. Sur les 2000 espèces de scorpions connues dans le monde, seules 25 produisent un venin suffisamment puissant pour mettre en péril la vie d’un adulte.

Les enfants les plus jeunes sont ceux qui courent le plus grand danger, tout simplement parce qu’ils sont plus petits. Aux États-Unis, un seul scorpion est préoccupant. Il s’agit du scorpion d’Arizona (Centruroides sculpturatus) qui produit un venin suffisamment fort pour tuer un enfant.

L’anti-venin est heureusement disponible dans toutes les installations médicales, et les morts sont donc peu fréquentes.

3. Les scorpions sont vivipares

À la différence des insectes, qui pondent des œufs, les scorpions produisent des bébés déjà formés. Ils sont donc viviparesL’étape de gestation peut durer de 2 à 18 mois en fonction de l’espèce. Après leur naissance, les scorpions nouveaux-nés montent sur le dos de leur mère, où ils sont protégés jusqu’à leur première mue.

4. Les scorpions existent depuis très longtemps

Ces animaux descendent de créatures gigantesques – d’environ un mètre – qui vivaient dans la mer. Les preuves fossiles montrent que, jusqu’à maintenant, ils n’ont pas changé sur le plan morphologique.

Les premiers ancêtres du scorpion vivaient dans les mers et ont possiblement eu des branchies. Au cours de la période silurienne, il y a 420 millions d’années, certaines de ces créatures avaient atteint les terres : leur ancêtre était donc présent avant les dinosaures.

5. Les scorpions peuvent survivre à presque n’importe quoi

Maintenant que nous en savons plus sur leurs origines, nous pouvons imaginer que ces animaux sont étonnamment résistants. Même s’ils vivent généralement deux à trois ans, certains scorpions peuvent atteindre les 25 ans! Ce sont des champions de la survie.

Un scorpion peut vivre une année entière sans manger ou boire. Il peut en effet ralentir son métabolisme quand les aliments se font rares. Par ailleurs, il a des poumons laminaires qui lui permettent de rester sous l’eau pendant des heures et survivre.

Les scorpions vivent dans des environnements durs et secs. Ils ont des taux métaboliques extrêmement bas et n’ont besoin que d’un dixième de l’oxygène de la majorité des insectes. Ils ont montré une grande résistance aux effets des émissions radioactives. Leurs possibilités de survie face à une attaque nucléaire sont donc beaucoup plus élevées que celles de la majorité des autres espèces animales.

Les scorpions sont les rois de l’adaptation. Ce n’est pas un hasard s’ils ont colonisé tous les continents de la planète à part l’Antartide.

6. Ils mangent presque tout ce qu’ils peuvent dominer

Ce sont des chasseurs nocturnes. La majorité des scorpions se nourrit d’insectes, d’araignées et d’autres arthropodes mais certains mangent des larves et des vers de terre.

Les plus grands scorpions peuvent manger des proies plus grandes. Certains se nourrissent même de petits rongeurs et de lézards. Tandis qu’une grande partie des scorpions mangent ce qui leur semble appétissant, d’autres se spécialisent dans des proies particulières, comme certaines familles de scarabées ou d’araignées. Une mère affamée mangera même ses propres bébés si elle ne trouve rien d’autre.

7. Ils brillent dans le noir

Pour des raisons dont les scientifiques ne sont pas encore sûrs, les scorpions brillent sous une lumière ultraviolette. La cuticule (ou peau) du scorpion absorbe cette lumière et la reflète comme une lumière visible.

Les scorpions brillent dans le noir

Ce trait a fait augmenter le nombre d’espèces de scorpions recensées. Les fossiles de scorpion peuvent encore émettre une fluorescence, même s’ils ont passé des centaines de millions d’années incrustés dans la roche.

8. Les scorpions dansent avant de s’accoupler

Les scorpions participent à un rituel élaboré de parade, qui inclut une danse. Celle-ci commence quand le mâle et la femelle entrent en contact. Au cours de la danse, le mâle trouve un endroit adéquat pour son spermatophore.

Une fois qu’il a déposé son sperme, il guide la femelle sur lui et place son ouverture génitale pour qu’elle puisse récupérer le sperme. Dans la nature, le mâle part rapidement une fois que l’accouplement est terminé. En captivité, la femelle finit souvent par le dévorer. 

 

  • Santillan, E. G. (2004). Diversidad, taxonomía y habitat de alacranes. Artrópodos de Chamela, 25-35.
  • Castilla, A. M., & Pons, G. X. (2007). Primeros datos sobre la población de escorpiones (Buthus occitanus) en las Islas Columbretes (Mediterráneo, España). Bolletí de la Societat d’Història Natural de les Balears, 50, 257-268.
  • Abolafia, J., Arbea, J. I., Garcia, L., Hernando, C., López-Rodríguez, M. J., Mauriès, J. P., … & Subías, L. S. (2016). Invertebrados de interés en cuevas y simas de la Sierra de Segura (Jaén, Andalucía, España). Actas Espeleo Meeting Ciudad de Villacarrillo, 105, 111.
  • Ortuño, V. M., & Martínez-Pérez, F. D. (2011). Diversidad de artrópodos en España. Memorias de la Real Sociedad Española Historia Natural2(9), 235-284.