Que mangent les araignées ?

Les araignées ont un régime très strict. Découvrez ici ce qu'elles mangent en fonction de leur habitat et de leur taille.
Que mangent les araignées ?

Dernière mise à jour : 06 septembre, 2021

Vous êtes-vous déjà demandé ce que mangent les araignées ? Selon leur forme, leur taille et leurs stratégies vitales, ces arthropodes et invertébrés ont des choix alimentaires très divers. Mais tous ont un régime alimentaire commun basé sur la matière organique d’origine animale.

Ces êtres vivants fascinants ont une mauvaise réputation non méritée : même si cela n’en a pas l’air, les araignées prennent soin de nous en éloignant les insectes nuisibles et en empêchant la propagation des maladies zoonotiques (elles tuent les vecteurs). Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur ces invertébrés !

Que sont les araignées ?

Avant d’explorer leur choix alimentaires, il est intéressant de décortiquer brièvement ces êtres vivants au niveau taxonomique. Ces invertébrés appartiennent à la classe des arachnides, dans laquelle se trouvent également les scorpions, les solifuges, les uropyges, les opiliones, les acariens et les tiques. A ce jour, environ 49 623 espèces d’araignées réparties en 129 familles différentes ont été décrites.

L’ordre Araneae se distingue par son plan d’organisation commun au sein de son propre groupe, partagé dans une certaine mesure avec tous les autres arachnides. Par exemple, leur plan d’organisation est divisé en 2 tagmes communs : une tête et un thorax fusionnés (céphalothorax ou prosome) et un abdomen gonflé (opisthosome). Les deux sections sont séparées par une constriction appelée le pédicelle.

Sur la tête, les araignées ont des chélicères (crocs) très développés, accompagnés d’une paire de pédipalpes, qui sont principalement utilisés lors de la reproduction. De plus, elles ont 4 paires d’yeux dans la partie frontale du céphalothorax, dont la disposition varie considérablement selon les espèces et les familles. Les araignées sauteuses (Salticidae) voient exceptionnellement bien.

Il existe de nombreuses familles d’araignées et chacune a ses propres particularités.

Une araignée tigre dans une toile.

Comment chassent-elles ?

Maintenant que vous savez à quoi elles ressemblent, nous pouvons parler de leur alimentation. Mais pour cela, il est d’abord nécessaire de décrire leurs pièces buccales et leur méthode de chasse.

Comme nous l’avons dit précédemment, les araignées ont une paire de chélicères qui se terminent par des crocs pointus. Ceux-ci s’accrochent à la proie et inoculent des toxines de complexité variable, car ils sont connectés aux glandes à venin.

Comme tous les arachnides, les araignées ont un tube digestif très fin qui ne laisse pas entrer les aliments solides. C’est pourquoi il est nécessaire que les toxines et enzymes de leur venin pénètrent dans le corps de la victime et liquéfient ce dernier. À l’aide de leurs chélicères et de pédipalpes, elles aspirent le contenu nutritionnel de la proie sans avoir à avaler des morceaux entiers.

Les déchets alimentaires sont transformés en acide urique et sont sécrétés sous forme de matière solide blanchâtre. Comme vous pouvez le voir, l’alimentation des araignées est à la fois archaïque et fascinante.

Que mangent les araignées ?

Nous sommes prêts à répondre à la question posée. Pour cela, il faut prendre la taille en considération : le régime d’une araignée sauteuse et celui d’une tarentule géante sont très différents. Quoi qu’il en soit, toutes les espèces sont carnivores.

Que mangent les petites araignées ?

Nous commençons par le régime alimentaire des petites araignées en nous référant à la famille des Salticidae, qui compte plus de 600 genres et 6000 espèces décrites aujourd’hui. Ces arthropodes se distinguent par leur petite taille (entre 1 et 25 millimètres), leur excellente vision et leur capacité à manœuvrer dans les airs après s’être propulsés, d’où leur nom d’ « araignées sauteuses ».

En raison de leur taille réduite, ces araignées attaquent les petits invertébrés qu’elles trouvent sur les feuilles des plantes, tels que les charançons, les larves de mites, les mouches et les hémiptères. Fait intéressant, certaines espèces complètent également leur alimentation avec du nectar.

Un Phidippus regius sur une feuille.

Et celles de taille moyenne ?

Nous prendrons l’espèce Lycosa tarentula comme référence, un aranéomorphe de la famille des Lycosidae que l’on retrouve dans différentes parties de la péninsule ibérique et d’Europe. Cette espèce mesure environ 2,7 centimètres de long, ce qui lui permet de chasser des proies beaucoup plus grosses que celles dont se nourrissent les araignées sauteuses.

Cet arachnide chasse et se nourrit de sauterelles, de grillons, de larves d’insectes de taille moyenne, ainsi d’autres invertébrés de taille moyenne. Sa stratégie de chasse est généralement de type sit and wait. Il attend que sa victime passe devant son antre et l’attaque ensuite avec précision. Parfois, il poursuit activement ses proies.

Et les grosses araignées ?

Dans cette section, nous n’allons pas parler des gros arachnides en général, mais de l’espèce qui a mérité le titre de la plus grande araignée du monde : la mygale Goliath (Theraphosa blondi). Cet arthropode fascinant peut facilement mesurer 30 centimètres d’une patte à l’autre ; rien que ses crocs mesurent 2,5 centimètres intimidants de long.

Avec ces dimensions, cet arachnide ne peut pas se contenter de sauterelles et de larves de papillons. Il se nourrit donc de gros cafards, de mille-pattes géants, de coléoptères, de criquets et, dans certains cas, de petits mammifères, d’oiseaux, de reptiles et d’amphibiens. C’est l’un des rares arachnides qui peut mettre fin à la vie d’un vertébré sans en mourir.

Une araignée Goliath.

Des araignées végétariennes ?

Nous vous avons dit que toutes les araignées mangent de la nourriture vivante, mais il y a une exception à cette règle. Il s’agit de l’araignée sauteuse verte herbivore Bagheera kiplingi, la seule araignée sauteuse (et aranéomorphe) aujourd’hui considérée comme herbivore. Cette espèce se nourrit de l’extrémité des feuilles et du nectar des acacias sauvages, où elle cohabite avec de nombreuses espèces de fourmis.

Plus précisément, elle consomme les structures des acacias appelées corps beltiens, des terminaisons situées dans les feuilles à très haute teneur en protéines et en matières grasses. De temps à autre, elle vole également des larves de fourmis, mais ce n’est pas un comportement courant.

Le régime fascinant de cette araignée est composé de 90 % de matière végétale

En résumé, on peut dire que toutes les araignées mangent des insectes, mais certaines espèces chassent les vertébrés, ou prélèvent le nectar des fleurs ou encore les structures spécialisées des feuilles de certains végétaux. Quoi qu’il en soit, la réponse générale est claire : chaque araignée est carnivore et insectivore.

Cela pourrait vous intéresser ...
Morsure d’araignée chez le chien : que faire ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Morsure d’araignée chez le chien : que faire ?

Face à une morsure d'araignée chez le chien, nous ne devons nous alarmer seulement si le chien présente des symptômes graves.



  • Persons, M. H., Walker, S. E., Rypstra, A. L., & Marshall, S. D. (2001). Wolf spider predator avoidance tactics and survival in the presence of diet-associated predator cues (Araneae: Lycosidae). Animal behaviour, 61(1), 43-51.
  • Kloock, C. T. (2001). Diet and insectivory in the “araneophagic” spider, Mimetus notius (Araneae: Mimetidae). The American Midland Naturalist, 146(2), 424-428.
  • Meehan, C. J., Olson, E. J., & Curry, R. L. (2008, August). PS 62-107: Exploitation of the Pseudomyrmex-Acacia mutualism by a predominantly vegetarian jumping spider (Bagheera kiplingi). In The 93rd ESA Annual Meeting.
  • Scully, E. J. (2012). Nesting ecology of the herbivorous ant-acacia jumping spider, Bagheera kiplingi. Villanova University.