Bassaris rusé : habitat, caractéristiques et soins

Aux États-Unis, le bassaris rusé était autrefois chassé pour sa peau. Cependant, n'étant pas de grande qualité, l'intérêt pour ces mammifères s'est estompé.
Bassaris rusé : habitat, caractéristiques et soins

Dernière mise à jour : 05 juillet, 2021

La plupart des animaux ont été touchés par l’urbanisation et la destruction de leur habitat. Cependant, certaines espèces profitent de cette même situation pour s’adapter et survivre dans de nouveaux environnements étranges. C’est le cas du bassaris rusé, classé comme un organisme généraliste grâce à ses caractéristiques adaptatives.

Ce mammifère a une large distribution, car il est très doué pour coloniser des milieux urbains, agricoles et naturels. Cet animal se distingue par une agilité et une capacité d’escalade étonnantes, qu’il utilise pour échapper aux chats et aux chiens ou pour voler de la nourriture dans les zones de culture.

Le bassaris rusé est également connu sous le nom bassaris nord-américain. C’est un proche parent des ratons laveurs et des coatis et partage avec eux une excellente flexibilité physiologique. Apprenez-en plus sur cet animal dans cet article.

Où vit le bassaris rusé?

Le bassaris rusé (Bassariscus astutus) est naturellement présent dans les régions tempérées, arides et tropicales. Il couvre divers endroits dans le sud des États-Unis et on le trouve aussi dans sud-est du Mexique.

L’environnement naturel de cet organisme comprend des zones montagneuses, des canyons et des pentes. Et ce, car dans ces formations rocheuses, il utilise le sol irrégulier pour grimper.

Ce mammifère et certains carnivores – comme le renard gris d’Amérique (Urocyon cinereoargenteus) – font partie des rares animaux à avoir bénéficié de la présence de l’homme. C’est pourquoi leur répartition s’est considérablement élargie et ils occupent désormais une plus grande variété de milieux, y compris les villes et les champs agricoles.

L’adaptabilité de ces animaux leur permet de profiter des déchets alimentaires des villes, pour survivre sans avoir à chasser. Cela les amène à préférer les écosystèmes “simples” et à facilement s’adapter aux changements anthropiques.

Les caractéristiques physiques du bassaris rusé

La couleur générale de cet organisme varie du jaune au brun foncé. Sa poitrine est blanche. Sa queue est noire avec des anneaux blancs. Ses yeux sont noirs et entourés d’un anneau aux nuances claires, créant ainsi un masque. Il peut mesurer jusqu’à 50 centimètres de long, et sa queue atteint une longueur de 53 centimètres.

Son incroyable capacité d’escalade est due à sa capacité à faire pivoter ses pattes arrière jusqu’à 180 degrés. Selon une étude réalisée par l’Université de Harvard, cette caractéristique est possible grâce à la réduction de l’os du tibia, qui permet au pied de pivoter facilement. De plus, la modification du muscle l’aide à supporter son poids lorsqu’il grimpe.

Ses pattes sont parfaitement adaptées à l’escalade, car elles ont des griffes rétractables, qui servent d’ancrage pour s’accrocher aux surfaces. Cela lui permet non seulement de descendre et de monter rapidement, mais également d’escalader presque n’importe quel obstacle.

Un bassaris rusé.

Caractère et comportement

Le bassaris rusé est un mammifère nocturne, considéré par beaucoup comme un organisme opportuniste. Cela signifie qu’il donne la priorité à la satisfaction de ses besoins de base le plus rapidement possible. C’est pourquoi les villes sont pour lui un buffet, car il ne lui faut pas longtemps pour chercher de la nourriture dans les ordures et les conteneurs.

Sa vie se déroule principalement de manière solitaire. Cependant, il est possible de trouver un père vivant avec ses enfants sur le même territoire. Pour cette raison, ces mammifères montrent également des interactions avec d’autres spécimens par le biais de vocalisations ou de “cris”.

Par ailleurs, cette espèce est assez intelligente. Elle a montré sa capacité à utiliser diverses techniques d’escalade. Les bassaris rusés profitent de l’espace et de la structure de leur environnement pour pouvoir s’appuyer et atteindre des endroits plus élevés. Ce comportement est similaire à celui des humains qui pratiquent le parkour.

Comme certains lézards, cet animal à queue annelée se réfugie dans les ouvertures ou les crevasses du mur. En d’autres termes, c’est une espèce claustrophile, car elle se sent protégée dans des endroits restreints où son propre corps rentre à peine.

Selon des recherches publiées par l’American Society of Mammalogists, leurs comportements comprennent une série de modifications musculo-squelettiques, leur habitat étant entouré de rochers, de pentes et de forêts. Mais curieusement, ce sont ces mêmes raisons qui ont permis au bassaris rusé de survivre dans les centres urbains.

L’alimentation du bassaris rusé

L’une des principales caractéristiques de cet animal est son large choix de nourriture. C’est ce qu’on appelle un omnivore opportuniste, car il peut tout manger, mais il priorise ce qui est plus accessible.

Ce mammifère a une préférence pour la viande, c’est pourquoi il inclut divers insectes, rongeurs et même oiseaux dans son alimentation. Cet animal a, pour cette raison, une mauvaise réputation, car dans certaines fermes il se nourrit généralement de poules. Il est considéré comme un danger pour les producteurs de volaille.

Son régime alimentaire comprend également divers types de fruits. Et ce, car ils contiennent de fortes concentrations de sucre et d’eau.

Selon une étude publiée dans la revue de l’Institut de biologie (UNAM), cette espèce semble suivre la théorie de la recherche de nourriture optimale. Cela signifie qu’il choisit son alimentation en fonction de l’énergie qu’il doit investir et de la qualité de la nourriture.

Les caractéristiques du régime alimentaire de cet animal sont importantes pour la nature, car elles encouragent la dispersion des graines de plantes. De plus, il lutte contre les parasites, puisqu’il se nourrit de divers insectes et rongeurs de la région. Ces services sont importants pour maintenir la santé de l’écosystème.

Reproduction

Les femelles se préparent souvent à la reproduction en augmentant la quantité de protéines qu’elles consomment. Cela signifie qu’elles basent leur alimentation sur la consommation de viande pour la grossesse. La saison des amours va de mars à avril, juste avant la saison des pluies.

La période de gestation dure entre 40 et 50 jours, les petits naissent donc entre mai et juin. Les portées comprennent généralement jusqu’à 4 bébés, qui sont pris en charge par la femelle pendant au moins 10 semaines, au cours desquelles elle leur apprend également à se nourrir.

Le mâle ne montre généralement pas de comportement parental. Mais dans certains cas, il peut jouer avec ses enfants.

Peut-on avoir un bassaris rusé comme animal de compagnie ?

Cette espèce semble être un animal de compagnie parfait, car son apparence mignonne de raton laveur et son comportement de chat donnent une combinaison unique. De plus, si dans son milieu naturel il vit généralement 7 ans, en captivité il peut atteindre l’âge de 16 ans.

Malgré cela, les caractéristiques de l’espèce jouent un rôle défavorable lors de son maintien en captivité, il est donc déconseillé d’avoir un bassaris rusé comme animal de compagnie. Dans son milieu naturel, il est en mouvement constant : il grimpe et se déplace dans les hauteurs. Il ne peut pas avoir ce mode de vie entre 4 murs.

Il est vrai que dans le passé certains mineurs utilisaient ces animaux pour éloigner les rongeurs, c’est pourquoi on les appelle aussi « chats de mineurs ». Cependant, cela ne signifie pas qu’ils peuvent avoir une vie décente en tant qu’animal de compagnie. L’usage que l’on peut donner à une espèce et la qualité de vie qu’on peut lui offrir sont deux choses différentes.

État de conservation

Grâce à ses caractéristiques de survie, le bassaris rusé est considéré comme une espèce peu préoccupante. Cependant, il faut être vigilant, car il y a des problèmes d’interaction avec l’homme pouvant conduire à des affrontements et à une chasse aveugle à l’avenir.

Rappelons que ce mammifère se nourrit de tout, il n’hésitera donc pas à s’attaquer aux cultures ou aux fermes. Malheureusement, les personnes touchées n’hésiteront pas non plus à éviter de partager l’espace avec lui, même au prix de son extinction.

Les conflits entre les humains et les bassaris rusés sont déjà visibles, ils doivent donc être résolus d’une manière ou d’une autre. La première étape consiste à connaître cette espèce, et la seconde consiste à partager ces informations. Tout le monde peut faire partie du changement : ne laissez pas une autre espèce disparaître de la planète.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 curiosités sur les mammifères
My AnimalsLisez-le dans My Animals
5 curiosités sur les mammifères

Il existe de nombreuses curiosités sur les mammifères, puisque cette classe englobe près de 5500 espèces différentes, réparties dans le monde entie...



  • Jenkins Jr, F. A., & McClearn, D. (1984). Mechanisms of hind foot reversal in climbing mammals. Journal of Morphology182(2), 197-219.
  • Sarmiento, E. E. (1983). The significance of the heel process in anthropoids. International Journal of Primatology4(2), 127-152.
  • Trapp, G. R. (1972). Some anatomical and behavioral adaptations of ringtails, Bassariscus astutus. Journal of Mammalogy53(3), 549-557.
  • Willey, R. B., & Richards, R. E. (1981). Vocalizations of the ringtail (Bassariscus astutus). The Southwestern Naturalist, 23-30.
  • Picazo, G. E. R. C., & García-Collazo, R. (2019). Comparación de la dieta del cacomixtle norteño, Bassariscus astutus de un bosque templado y un matorral xerófilo, del centro de México. Biocyt: Biología, Ciencia y Tecnología12(45), 834-845.
  • Nava, V., Tejero, J. D., & Chávez, C. B. (1999). Hábitos alimentarios del cacomixtle Bassariscus astutus (Carnívora: Procyonidae) en un matorral xerófilo de Hidalgo, México. Anales del Instituto de Biología. Serie Zoología70(1), 51-63.
  • Trapp, G. R. (1973). Comparative behavioral ecology of two southwest Utah carnivores: Bassariscus astutus and Urocyon cinereoargenteus. The University of Wisconsin-Madison.
  • Poglayen-Neuwall, I., & Poglayen-Neuwall, I. (1980). Gestation period and parturition of the ringtail, Bassariscus astutus (Lichtenstein, 1830). Z Saugetierk45, 73-81.
  • Liu, M., Zack, S. P., Lucas, L., Allen, D., & Fisher, R. E. (2016). Hind limb myology of the ringtail (Bassariscus astutus) and the myology of hind foot reversal. Journal of Mammalogy97(1), 211-233.