Comment les épaulards sont-ils classés ?

Les épaulards changent leurs habitudes et leur morphologie en fonction de leur habitat. Découvrez ici pourquoi.
Comment les épaulards sont-ils classés ?

Dernière mise à jour : 06 juillet, 2021

Populairement connues sous le nom de baleines assassines, les épaulards ou orques sont loin de mériter ce surnom. Ce sont des animaux fascinants à observer, notamment en raison de leur grande intelligence.

Leur répartition est si large que différents groupes en sont venus à développer des adaptations spécifiques dans leur morphologie, leur alimentation, leur comportement et même leur génétique, donnant ainsi lieu à l’apparition de nouvelles espèces. Si nous avons attisé votre curiosité, poursuivez donc votre lecture.

La classification taxonomique des épaulards

L’épaulard  (Orcinus orca) est une espèce de cétacé odontocète appartenant à la famille des Delphinidae. C’est la plus grande espèce des delphinidés et la seule espèce actuellement reconnue au sein du genre Orcinus. Concrètement, sa classification est la suivante :

  • Règne : Animalia
  • Embranchement : Chordata
  • Classe : Mammalia
  • Ordre : Cétacés
  • Sous-ordre : Odontoceti
  • Famille : Delphinidae
  • Sous-famille : Orcininae
  • Genre : Orcinus
  • Espèce : Orcinus orca
Deux épaulards hors de l'eau.

Caractéristiques physiques

L’épaulard est robuste et chaque spécimen a son propre motif blanc et noir. Sa caractéristique la plus frappante, en plus de sa taille énorme, est sa longue nageoire dorsale, qui peut atteindre près de 2 mètres de long chez les grands mâles.

C’est une espèce chez laquelle on observe un dimorphisme sexuel au niveau de la taille : les mâles peuvent atteindre 9 mètres de long et peser 6 tonnes, tandis que les femelles restent à 4 tonnes et 7 mètres de long. Les femelles ont également une nageoire dorsale plus petite.

Reproduction et alimentation

Les épaulards sont des superprédateurs. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas d’ennemis naturels et sont au sommet de la chaîne alimentaire de leur écosystème.

Ils consomment environ 5 % de leur poids sous forme de proies variées, allant des petits poissons et calmars aux requins – et même d’autres baleines. Ils adaptent leur alimentation au lieu où ils se trouvent et à la période de l’année.

Concernant leur reproduction, les femelles sont capables de concevoir à partir de 6 ans environ. Les mâles, en revanche, ne sont pas fertiles avant l’âge de 10 ans.

Étant des animaux si intelligents, ils ont une longue enfance au cours de laquelle ils doivent apprendre tout ce dont ils ont besoin pour survivre avant d’avoir une progéniture.

La femelle donne généralement naissance à un seul petit tous les 5-6 ans, car ce dernier sera suffisamment indépendant pour que la mère puisse s’occuper d’un nouveau-né. La gestation dure entre 15 et 18 mois, et la progéniture peut mesurer 2,5 mètres à la naissance et peser 200 kilos.

Le statut de conservation des épaulards

En raison de sa large distribution, les données sont insuffisantes pour estimer le nombre exact d’épaulards dans le monde. Ils sont protégés par des lois internationales qui tentent d’empêcher leur chasse, mais ils sont également menacés par les incursions pétrolières en haute mer, la pêche non durable et le changement climatique.

Comportement

Ce sont des animaux sociaux, car ils vivent en groupes structurés et ont un système de communication complexe. Le nombre de spécimens varie selon la région dans laquelle ils vivent, bien qu’il soit rare de trouver des groupes de plus de 20 orques.

Leur hiérarchie est matriarcale et basée sur la parenté. La femelle dominante est la plus âgée et la mère de tous les autres membres du groupe, et donc la plus expérimentée pour survivre. Les mâles adultes protègent généralement le groupe sur les côtés, laissant les jeunes et les mères au centre.

Les liens entre les spécimens sont forts et solides grâce à leur système de communication complexe. Avec un mélange de postures et de gestes, de sons audibles et inaudibles, les épaulards sont capables de transmettre toutes les informations nécessaires au sujet de leur alimentation, leur protection et leur socialisation.

Chaque groupe a une série de signaux auditifs stables qu’il répète lorsque les membres sont ensemble en guise de contrôle. C’est ce qu’on appelle le « dialecte » et c’est l’équivalent du « comment ça va ? » des humains.

Leur intelligence est également remarquable : des comportements collaboratifs pour la chasse, l’empathie, la résolution de problèmes et même des concepts mathématiques ont été observés au cours des études en captivité. A tel point que certains les considèrent, avec les dauphins, comme des personnes non humaines en matière de droits légaux.

Les types d’épaulards

Puisque les épaulards sont répartis dans tous les océans et que leurs coutumes, leur alimentation et leur culture changent en fonction de cela, ils ont été classés en 3 types de groupes. Il y a les épaulards transients, les épaulards résidents et les épaulards hauturiers.

Les épaulards résidents

Les épaulards résidents sont ceux qui vivent le plus près des côtes. L’unité minimale est généralement composée de la femelle guide, de ses enfants et de ses petits-enfants, avec une moyenne de 6 spécimens. Ils peuvent se réunir pendant un certain temps avec d’autres groupes d’épaulards apparentés et avec des dialectes similaires.

Ils ne parcourent généralement pas de longues distances, ils partagent donc une caractéristique physique commune : leur nageoire dorsale est incurvée et la pointe a la forme d’une sphère. Ils se nourrissent principalement de poissons et de calmars.

Les épaulards transients

Contrairement aux précédents, les épaulards transients parcourent de longues distances et ne restent pas trop longtemps au même endroit. Leur nageoire dorsale est triangulaire et effilée. Leur régime alimentaire se compose d’animaux plus gros, comme les phoques ou les tortues marines.

Les groupes sont généralement plus petits, généralement constitués d’une femelle adulte et de sa progéniture. Les enfants quittent souvent le groupe familial pour former leur propre unité, surtout dans le cas des femelles. Il y a également des mâles transients solitaires.

Les épaulards hauturiers

Les épaulards hauturiers ont des nageoires dorsales incurvées et sont généralement plus petits. Ils vivent très loin des côtes – 25 kilomètres en moyenne – et forment des groupes beaucoup plus importants, composés de 20 à 75 spécimens. Comme les épaulards transients, ils mangent aussi des animaux plus gros, voire même des requins.

La structure familiale des épaulards hauturiers a été peu étudiée. Cependant, ils sont connus pour former des groupes dynamiques, avec des échanges fréquents de spécimens entre les groupes.

La chasse à l'épaulard est un grave problème écosystémique.

Les épaulards sont si complexes qu’ils ne peuvent pas être décrits en quelques lignes. Les dialectes, les différentes populations et leur incroyable intellect sont quelques-unes de leurs principales caractéristiques. De nombreux chercheurs consacrent leur vie à les déchiffrer, car face à tout cela une question inévitable se pose : sommes-nous vraiment si différents ?

It might interest you...
Baleine 52 herts : la baleine la plus solitaire au monde
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Baleine 52 herts : la baleine la plus solitaire au monde

La baleine 52 hertz est un mystérieux cétacé qui habite l'océan Pacifique. Elle n'a jamais été vue, mais son cri est bien connu.



  • Reeves, R., Pitman, R.L. & Ford, J.K.B. 2017. Orcinus orcaThe IUCN Red List of Threatened Species 2017: e.T15421A50368125. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2017-3.RLTS.T15421A50368125.en. Downloaded on 28 June 2021.
  • Inteligencia de las Orcas. (2014, 27 octubre). Killer Whale Facts and Information. https://www.killer-whale.org/inteligencia-de-las-orcas/
  • Riesch, R., & Deecke, V. B. (2011). Whistle communication in mammal-eating killer whales (Orcinus orca): further evidence for acoustic divergence between ecotypes. Behavioral Ecology and Sociobiology65(7), 1377-1387.
  • Ferguson, S. H., Kingsley, M. C., & Higdon, J. W. (2012). Killer whale (Orcinus orca) predation in a multi-prey system. Population Ecology54(1), 31-41.
  • NWF. (2021). National Wildlife Federation. https://www.nwf.org/Educational-Resources/Wildlife-Guide/Mammals/Orca
  • Denkinger, J., Alarcon, D., Espinosa, B., Fowler, L., Manning, C., Oña, J., & Palacios, D. M. (2020). Social structure of killer whales (Orcinus orca) in a variable low‐latitude environment, the Galápagos Archipelago. Marine Mammal Science36(3), 774-785.