Le cerf à canines (Elaphodus cephalophus)

30 juillet, 2020
Même si cela peut sembler étrange, les canines sont une caractéristique habituelle chez certaines espèces de cerfs asiatiques. Découvrez-en plus à ce sujet dans cet article.
 

Le cerf à canines ou cerf huppé est un animal qui semble tout droit sorti d’un bestiaire médiéval ou d’une saga de fantasy. Or, il existe bel et bien. Il est surtout frappant de voir que, malgré son caractère herbivore, comme les autres cerfs, il présente des canines.

Nous allons dès maintenant vous en dire plus sur cette espèce si particulière d’Asie orientale et ses caractéristiques, et également sur la raison pour laquelle son habitat continue à être étudié, même si l’on en connaît déjà certaines données.

Le cerf à canines, particulier et réel

Avant de voir de plus près les caractéristiques du cerf à canines, il est important de prendre en compte un détail important.

Dans le passé, tous les cerfs étaient d’une taille relativement petite et avaient des cornes et des canines. 

Cependant, en raison des pressions évolutives et de la sélection naturelle, ils se sont séparés en deux grands groupes : les cerfs avec des cornes, qui étaient les plus grands, et les cerfs avec des canines, qui étaient plus petits. Parmi ces derniers, nous retrouvons aussi les muntjacs, les cerfs musqués ou les cerfs aquatiques.

Un troupeau de cerfs.
 

Comme nous le disions un peu plus tôt, ce sont les deux canines qui ressortent de sa bouche qui rendent cet animal si particulier. Ces dernières peuvent être très longues, grosses et aiguisées. Il faut cependant savoir que seuls les mâles en ont.

Selon certaines études, les canines servent à lutter contre d’autres mâles au moment des combats ritualisés qui ont lieu pendant la parade. Par ailleurs, il suffit parfois de montrer ses canines pour que l’autre mâle fuie.

Il n’existe pas de preuves indiquant que les canines ont un but lié à l’alimentation. De fait, ce sont des herbacés, mangeant des fruits et du bambou. Le cerf huppé est un animal herbivore.

Les femelles de cette espèce n’ont pas de canines et l’on pense que les mâles en ont pour pouvoir lutter contre leurs adversaires au moment de la parade.

Canines et autres traits particuliers

Le cerf à canines est de petite taille : il mesure entre 50 et 70 centimètres de haut. Malgré cela, il est quand même plus grand que le reste des espèces de son groupe. Ces cerfs sont minces et sveltes, avec une grande variation de poids selon les exemplaires (de 17 à 50 kilogrammes).

Son pelage est épais, composé de poils courts et rigides, d’un ton marron très foncé pendant l’hiver et un peu plus clair en été. Ils ont de longues mèches sur la tête, avec une forme caractéristique de fer à cheval sur le front, qui sont plus foncées que le reste du corps.

Un cerf à canines de profil.
 

Même si l’on ne les voit pas à cause du pelage, les mâles de cette espèce ont aussi deux petites cornes sur leur tête.

Reproduction de l’Elaphodus cephalophus

Les femelles atteignent leur maturité sexuelle à l’âge de 9 ou 10 mois. À ce moment, elles ont leurs chaleurs, et cela se produit généralement à la fin de l’automne. Là, les mâles commencent leur parade, qui consiste en des sons similaires à des aboiements et des combats ritualisés avec d’autres mâles.

La première mise bas se produit habituellement quand elles ont un an et demi environ. Après une gestation de 180 jours en moyenne, les petits naissent à la fin du printemps ou au début de l’été. Normalement, elles n’ont qu’un petit, même s’il arrive qu’il y en ait deux.

La femelle du cerf huppé.

Autres particularité du cerf à canines

Le cerf à canines est un animal solitaire. Il peut malgré tout lui arriver d’être en couple, en période de reproduction ou non.

Par ailleurs, c’est un animal aux habitudes crépusculaires, raison pour laquelle il est beaucoup plus actif quand il y a peu de lumière autour de lui (par exemple, au moment du coucher du soleil ou quand il commence à se lever).

 

Ses territoires sont bien définis et il est habitué à avancer sur les mêmes chemins. En plus de rôder dans les mêmes endroits, il laisse des traces très visibles. Et cela le fait malheureusement tomber facilement dans des pièges posés par les êtres humains.

Sa préférence en matière d’habitat est encore étudiée. Malgré cela, on sait que ces animaux préfèrent les forêts humides aux grands feuillages. Leur territoire est toujours à proximité de cours d’eau et là où il y a des aliments disponibles.

Même si l’on sait qu’il s’agit d’une espèce originaire de Chine et qu’elle habite aujourd’hui dans le centre et le sud du pays, il existe des registres de son existence en Birmanie. On n’y a cependant pas trouvé d’individus de nos jours. Cela peut être dû au fait qu’ils occupent une région très limitée, isolée et à une altitude très élevée.

 

 

 

 

  • Harris, R.B. & Jiang, Z. 2015. Elaphodus cephalophus. The IUCN Red List of Threatened Species 2015: e.T7112A22159620.
  • Li, X., Buzzard, P., & Jiang, X. (2014). Habitat associations of four ungulates in mountain forests of southwest China, based on camera trapping and dung counts data. Population Ecology, 56(1), 251-256.
  • Leslie Jr, D. M., Lee, D. N., & Dolman, R. W. (2013). Elaphodus cephalophus (Artiodactyla: Cervidae). Mammalian Species, 45(904), 80-91.
  • LIU, L., & HU, J. (2008). Habitat selection by tufted deer (Elaphodus cephalophus cephalophus) in spring in Fentongzhai Nature Reserve, Sichuan Province. Sichuan Journal of Zoology, 27, 135-141.
  • Redacción National Geographic. (2014). Ciervos con colmillos. National Geographic. Disponible en: https://www.nationalgeographic.es/animales/ciervos-con-colmillos