Le comportement des loups

Le comportement des loups a inspiré des mythes et des légendes qui ne favorisent pas exactement leur conservation. Découvrez ici la vraie nature du loup.
Le comportement des loups

Dernière mise à jour : 12 juillet, 2021

Le comportement des loups a toujours été synonyme de cauchemar : hurlements, yeux brillants la nuit et crocs acérés. Dans les temps anciens, lorsque les humains parcouraient les forêts non protégées, ces canidés pouvaient être un réel danger.

Aujourd’hui, les rôles se sont inversés. Le folklore rural donne lieu à l’extermination de cette espèce, soit pour protéger le bétail, soit pour accrocher sa tête à un mur, l’amenant ainsi à être une espèce menacée d’extinction. Connaître la vraie nature des loups est essentiel pour sauver cette espèce de la disparition définitive.

Les caractéristiques des loups

Le loup (Canis lupus) est un mammifère appartenant à l’ordre des carnivores et à la famille des canidés. Actuellement, environ 50 sous-espèces de loup sont reconnues, bien que ce soit un sujet en discussion en raison des similitudes entre certaines d’entre elles.

Sa hauteur varie entre 60 et 90 centimètres, et il peut mesurer 130 centimètres de long, en comptant la queue. Les mâles sont généralement plus gros que les femelles et peuvent peser 90 kilogrammes.

Les loups sont capables de s’adapter à différents écosystèmes selon les espèces. Toundra, milieux rocheux ou montagneux, prairies, forêts et même les déserts. Ils sont répartis dans tout l’hémisphère nord.

Leur régime alimentaire est fondamentalement carnivore et opportuniste. Ils chassent les grosses proies lorsqu’ils vivent en groupe et les petits mammifères lorsqu’ils sont seuls.

Le caractère des loups

Les loups vivent en groupes fortement hiérarchisés. Ce sont des animaux intelligents, avec une communication riche et variée typique des troupeaux aux relations familiales complexes. Ils sont également territoriaux, ils peuvent donc être agressifs s’ils se sentent envahis ou menacés.

Leurs habitudes sont fondamentalement nocturnes. La nuit, ils peuvent parcourir de longues distances à la recherche de nourriture. Ils peuvent également être vus actifs pendant la journée, mais généralement, ils se reposent.

Le dilemme des animaux monogames.

Communication

Étant des animaux sociables, la communication est un élément d’une grande importance dans le comportement des loups. Il existe trois voies principales de communication chez cette espèce : la voie olfactive, la voie auditive et la voie visuelle.

Communication olfactive

Les loups ont un odorat très développé qui leur permet de capter les odeurs sur une distance de plusieurs kilomètres. En utilisant des produits chimiques volatils dans l’urine et les selles, ils sont capables de marquer le territoire et de donner des informations sur leur santé, leur identité et leur moment de reproduction.

Ils ont également des glandes exocrines sur leurs pattes, ce qui leur permet de savoir qui a traversé leur environnement et de suivre la piste s’il s’agit d’une femelle en chaleur.

Communication orale

Les loups ont un large éventail de vocalisations : hurlements, grognements, aboiements et gémissements. Habituellement, les sons les plus forts serviront d’avertissement ou de marquage du territoire sur de longues distances. Lorsqu’il s’agit de socialiser au sein de la meute, ils ont tendance à avoir recours aux jappements, aux gémissements et aux grognements à faible volume.

Le hurlement, en particulier, est un appel interurbain pour localiser votre meute ou d’autres individus. On suppose également qu’il s’agit d’un marquage à longue distance.

Si vous vous demandez si les loups hurlent vraiment à la lune, sachez que c’est un mythe : lorsqu’ils lèvent la tête, il peut sembler qu’ils la regardent, mais ce geste leur permet en réalité d’émettre les sons à une plus grande distance.

Communication visuelle

La communication des loups a une forte composante visuelle. Les vocalisations pouvant attirer des concurrents ou des envahisseurs de leur territoire, tout ce qui touche à la socialisation de groupe et à l’établissement de hiérarchies repose fondamentalement sur le langage non-verbal.

Par le langage corporel, les loups peuvent transmettre des émotions telles que la peur, la colère et même l’affection ou exprimer des comportements de jeu.

La hiérarchie s’établit à travers des comportements de domination et de soumission, qui se manifestent généralement par des gestes. Par exemple, un loup allongé sur le dos dans une posture tendue montre sa soumission à un individu de rang supérieur.

Le comportement des loups

L’étude du comportement des loups repose essentiellement sur l’observation de sa socialisation. Voyons quel est son comportement dans différents contextes.

Comportement de meute

Les meutes sont généralement des groupes familiaux dominés par un couple reproducteur, appelé alpha. La taille de la meute peut beaucoup varier, entre 2 et 40 spécimens. Cependant, généralement, une meute de loup est composée entre 8 et 9 spécimen, un nombre idéal pour que tout le monde puisse manger quand une proie est attrapée.

Étant donné que la paire dominante est généralement la seule à se reproduire, les dynamiques de fission-fusion sont observées dans de grands groupe. Certains membres ont tendance à se diviser en groupes plus petits et à migrer vers d’autres territoires. Cependant, ils peuvent choisir de rester avec la meute toute leur vie.

Comportement en solo

Certains spécimens quittent leur groupe familial pour chercher un partenaire ou leur propre territoire. Parfois, ils forment un nouveau groupe avec un compagnon ou rejoignent une autre meute. Rarement, ils peuvent rester seuls et passer le reste de leur vie ainsi.

Comportement alimentaire

Il a été démontré que les loups sont capables de concevoir des stratégies de chasse afin de capturer leurs proies. Ils sont capables de parcourir des kilomètres seuls tout en faisant part de leurs découvertes.

Ce comportement provient de la compétition avec d’autres prédateurs, car lorsqu’ils chassent en groupe, ils ont un avantage sur les autres espèces solitaires, comme les renards et les ours. D’autre part, se déplacer en groupe leur offre une plus grande protection contre d’éventuelles attaques d’autres carnivores.

Les spécimens plus âgés sont capables de transmettre des informations et d’enseigner des stratégies de chasse aux plus jeunes, telles que des techniques pour coincer les proies ou des emplacements optimaux pour les attraper.

Le comportement des loups est très frappant.

Les loups sont des créatures intelligentes et sensibles. Le fait qu’ils ne soient pas amicaux avec les hommes ne leur ôte pas leur droit à la vie, car ils jouent également un rôle fondamental dans l’équilibre des écosystèmes.

Lorsqu’un loup quitte son habitat pour abattre des moutons dans des fermes d’élevage, posez-vous la question suivante : courrait-il ce risque s’il avait suffisamment de nourriture et d’espace ?

Cela pourrait vous intéresser ...
Les différences entre les loups, les renards et les coyotes
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les différences entre les loups, les renards et les coyotes

Bien que renards, loups et coyotes soient des canidés qui peuvent être confondus, plusieurs différences permettent de les identifier correctement.



  • Nichols, T. C. (2015). Cooperative hunting of Canada geese (Branta canadensis) by gray wolves (Canis lupus) in northern Quebec. The Canadian Field-Naturalist129(3), 290-292.
  • Canis lupus (gray wolf). (s. f.). Animal Diversity Web. Recuperado 8 de julio de 2021, de https://animaldiversity.org/accounts/Canis_lupus/
  • Cordoni, G., & Palagi, E. (2008). Reconciliation in wolves (Canis lupus): new evidence for a comparative perspective. Ethology114(3), 298-308.
  • Ujfalussy, D. J., Virányi, Z., Gácsi, M., Faragó, T., Pogány, Á., Bereczky, B. M., … & Kubinyi, E. (2020). Comparing the tractability of young hand-raised wolves (Canis lupus) and dogs (Canis familiaris). Scientific reports, 10(1), 1-14.
  • Janeiro-Otero, A., Newsome, T. M., Van Eeden, L. M., Ripple, W. J., & Dormann, C. F. (2020). Grey wolf (Canis lupus) predation on livestock in relation to prey availability. Biological Conservation, 243, 108433.
  • Hamilton, L. C., Lambert, J. E., Lawhon, L. A., Salerno, J., & Hartter, J. (2020). Wolves are back: Sociopolitical identity and opinions on management of Canis lupus. Conservation Science and Practice, 2(7), e213.