Les particularités de l'alimentation des éléphants en captivité

23 octobre, 2020
Les éléphants sont des animaux imposants et complexes. Leur maintien en captivité exige une grande quantité de soins et d'attentions.

Être capables de comprendre les ficelles de l’alimentation des animaux en liberté est d’une grande aide au moment de couvrir leurs besoins en captivité. Dans le cas des éléphants, savoir à quel point ils sont sélectifs, connaître les nutriments dont ils ont besoin ou, tout simplement, leur comportement, est extrêmement utile.

Ainsi, pour être efficaces au niveau de l’alimentation des éléphants en captivité, il faut être bien préparés. Nous allons ici parler en profondeur des caractéristiques les plus notables de la nutrition de ces animaux et de la façon dont une mauvaise gestion alimentaire pourrait déclencher de sérieux problèmes de santé.

L’écologie générique de l’alimentation des éléphants

Le régime naturel des éléphants a été largement étudié pour les trois espèces existantes : l’éléphant de savane d’Afrique, l’éléphant de forêt d’Afrique et l’éléphant asiatique. Cependant, il manque encore beaucoup de données sur le pourquoi de la sélectivité marquée et sur encore d’autres normes alimentaires.

Les éléphants en liberté ont un appétit très varié, car ils consomment plus de 400 espèces différentes de plantes. L’herbe, accompagné de feuilles, de petites branches, de racines, de fruits, de graines, de plantes herbacées, de terre et de pierres représente généralement le plus grand pourcentage.

Au sein de cette diversité, les études suggèrent que les éléphants sont, en réalité, très sélectifs avec ce qu’ils mangent. Par exemple, au cours de la saison humide, les éléphants préfèrent souvent le pâturage.

En d’autres termes, ils tirent profit des joncs et des herbes lorsque leur teneur en protéines est au plus haut. Des études ont pu démontrer que les éléphants savent parfaitement ce qui leur convient à chaque époque de l’année.

Les particularités de l'alimentation des éléphants.

Leur comportement au cours de leur alimentation

Plusieurs études révèlent des schémas similaires chez les animaux en liberté et en captivité à l’heure de se nourrir. La tendance habituelle semble montrer trois pics d’alimentation :

  • un le matin, rapide et pauvre en quantité ;
  • un autre l’après-midi, lent et beaucoup plus abondant ;
  • et enfin un autre pic dans la nuit, tranquille et adapté aux besoins de la journée.

Que ce soit en liberté ou en captivité, le besoin de se déplacer pour chercher de l’eau ou de l’ombre pour se reposer réduira le taux d’alimentation de l’animal.

Quelles sont les recommandations nutritionnelles pour les éléphants en captivité ?

En prenant en compte la physiologie de cette espèce, et tant que l’on ne dispose pas d’autres données, les besoins nutritionnels minimum prennent comme point de référence les normes diététiques publiées pour les chevaux.

  • Le foin (fourrage) de bonne qualité doit constituer la base de l’alimentation.
  • Le reste correspond à un concentré avec du fourrage complémentaire et des suppléments alimentaires.

L’une des données spécifiques dont on dispose est celle du « besoin de croissance », de 1300 grammes de protéines par jour. Les apports inférieurs à cette valeur ou la mauvaise qualité du foin peuvent conduire à une carence protéique et, par conséquent, à l’apparition de maladies.

Le concentré s’utilise pour équilibrer la carence en certaines vitamines et certains minéraux, mais il ne doit en aucun cas remplacer le foin en tant que source primaire de fibre. Autrement, l’appareil digestif de l’animal ne pourra pas fonctionner normalement.

Il est néanmoins vrai qu’à certains moments de la vie d’un éléphant (par exemple, au cours de la gestation), on peut remplacer une portion de foin par de la luzerne de meilleure qualité et même augmenter la dose de certains suppléments.

Il est donc très important de connaître la qualité et la consistance d’un fourrage. Cela doit constituer l’objectif principal d’un programme alimentaire pour éléphants.

La composition d’une ration type

En captivité, les éléphants consomment approximativement 150 kilos de nourriture par jour. Cette quantité serait insuffisante s’ils se trouvaient dans leur habitat naturel, mais la captivité leur permet d’économiser de grandes quantités d’énergie. Les aliments doivent donc être adaptés.

Les éléphants adultes requièrent, en moyenne, 70 000 calories par jour.

Pour couvrir ces besoins, la ration doit contenir :

  • du foin qui, comme nous l’avons dit, sera l’élément principal ;
  • tout type de légumes et de plantes (acacias, concombres, salade, etc.) ;
  • et une immense quantité d’eau.

L’alimentation des éléphants a-t-elle une influence sur leur santé ?

La conservation d’éléphants en captivité n’est ni un travail facile, ni un travail économique. Les responsables cherchent donc à optimiser leur état de santé pour améliorer leur bien-être et, ainsi, augmenter leur espérance de vie.

Une mauvaise alimentation, comme chez d’autres espèces, peut être nocive pour l’appareil digestif et/ou métabolique.

Des éléphants qui mangent des branches.

Tous les animaux en captivité ont tendance à souffrir de problèmes de surpoids et d’obésité. Cela est dû au fait qu’ils mangent beaucoup mais ne font pas suffisamment d’exercice physique ; ils n’en ont pas la place dans leurs installations ou, pire encore, ils ne se sentent pas stimulés.

Les coliques sont également une grande source d’inquiétude et offrir du foin de bonne qualité en tant que base de l’alimentation est la mesure prophylactique la plus importante contre ces maladies. En général, il n’est pas recommandé de leur donner des fruits, des céréales, du pain ou d’autres « aliments humains », car ils peuvent être nocifs pour eux.

  • Fowler M, Mikota S. Biology, Medicine, and Surgery of Elephants. Hoboken: John Wiley & Sons; 2008
  • All About Elephants – Diet & Eating Habits | SeaWorld Parks & Entertainment [Internet]. Seaworld.org. [cited 22 July 2020]. Available from: https://seaworld.org/animals/all-about/elephants/diet/