Renard de Magellan : habitat et caractéristiques

Le renard de Magellan est un remarquable prédateur. Cependant, il consomme également des plantes, c'est pourquoi il joue un rôle de disperseur de graines dans l'écosystème.
Renard de Magellan : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 30 novembre, 2021

Les canidés représentent une famille de mammifères au long museau et au corps élégant. Le renard de Magellan est l’un d’entre eux.  Malgré son nom, il est plus apparenté aux loups qu’aux autres canidés, c’est pourquoi on l’appelle aussi le loup de Magellan.

Son nom scientifique est Lycalopex culpaeus et il est originaire d’Amérique du Sud. C’est l’un des plus gros canidés du continent. Dans les lignes suivantes, nous vous invitons à en savoir plus sur son habitat, ses caractéristiques, son comportement et son statut de conservation.

L’habitat du renard de Magellan

Comme nous l’avons dit dans les lignes précédentes, le renard de Magellan est originaire d’Amérique du Sud. On le trouve dans toute la cordillère des Andes, de la Colombie à la Terre de Feu, en passant par la Bolivie, l’Équateur, le Pérou, le Chili et l’Argentine.

Son habitat est varié. On trouve cet animal dans des garrigues, des prairies, des vallées, des zones montagneuses, des déserts, des hauts plateaux et divers types de forêts. On le trouve également dans les espaces humanisés, tels que les zones d’élevage et les plantations forestières. Il habite du niveau de la mer jusqu’à 4800 mètres d’altitude.

Un renard.

Caractéristiques

Le renard de Magellan est le deuxième plus grand canidé d’Amérique du Sud. Il mesure entre 44 et 92 centimètres de long, et sa queue mesure entre 30 et 45 centimètres.

Sa masse musculaire oscille entre 5 et 14 kilogrammes. Les mâles ont tendance à être plus gros et plus lourds que les femelles : ils pesant en moyenne 11,4 kilos, tandis que les femelles ne pèsent que 7,8 kilos.

Ce renard arbore un pelage aux couleurs variées. Sa tête, ses oreilles, son cou et ses pattes arborent une base grisâtre avec des tons rougeâtres, tandis que son ventre et son menton sont blancs. Quant à sa queue, elle est touffue, de couleur grise et la pointe est généralement noire.

Ce renard est un animal intéressant et frappant, en raison de son apparence colorée et de sa longue queue touffue.

La sous-espèce Lycalopex culpaeus

À l’heure actuelle, 3 sous-espèces du renard de Magellan ont été reconnues, bien que pour certains auteurs il y en ait 6. Ce sont les suivantes :

  • L. culpaeus andinus
  • L. culpaeus culpaeus
  • L. culpaeus reissii

Le comportement du renard de Magellan

Comme d’autres renards, ce spécimen a des habitudes solitaires. Cependant, il vit en petit groupe pendant la saison de reproduction (les parents et leurs petits). Sa période d’activité varie selon la situation géographique. Dans certains endroits, le renard de Magellan est nocturne, mais dans d’autres, il est diurne et crépusculaire.

On sait peu de choses sur les façons dont ce renard communique dans la nature. Cependant, en captivité, différentes stratégies ont été observées à cet égard, telles que l’émission de grognements et d’autres sons variables. Dans tous les cas, on estime qu’il utilise d’autres stratégies. Son espérance de vie est de 11 ans. 

Comportement alimentaire

L. culpaeus est un prédateur opportuniste qui profite des ressources environnementales. Par conséquent, son régime alimentaire varie en fonction de sa répartition et de la période de l’année.

Parmi ses proies, figurent les rongeurs, les lapins, les oiseaux, les reptiles et les invertébrés, même les insectes. Dans certains endroits, il peut également consommer des organismes plus gros, comme des camélidés, des cervidés ou des agneaux.

Son régime alimentaire comprend également des charognes et des végétaux. Il s’agit donc d’un animal omnivore.

Dans certaines régions, il se comporte principalement comme un carnivore. Cependant, les préférences pour une proie ou une autre varient en fonction de la zone géographique.

Ainsi, par exemple, dans une aire protégée du sud du Chili, les rongeurs sont ses principales proies, suivis des lagomorphes. En revanche, dans la forêt sèche du nord de l’Équateur, il a une prédilection pour les lapins sauvages et les oiseaux.

Les renards sont également connus comme des consommateurs de volaille et de leurs œufs dans les établissements humains, c’est pourquoi ils sont considérés comme nuisibles dans l’industrie de l’élevage.

Les végétaux que ce canidé inclut dans son alimentation sont variés, toujours en fonction de leur disponibilité et de la période de l’année. Parmi eux, figurent le maïs, l’avocat, les petits pois, la papaye et le taxo. Pour cette raison, le renard de Magellan joue un rôle important en tant que disperseur de graines dans les écosystèmes.

Comportement reproducteur

Le renard de Magellan est vivipare et sa période de reproduction a lieu entre les mois d’août et d’octobre. Il existe peu de données sur son système d’accouplement. Cependant, on estime qu’il est monogame comme les autres espèces de renards.

La gestation dure 2 mois et entre 2 et 5 renardeaux peuvent naître par portée. Les petits viennent au monde sans défense, sans poils, les yeux fermés et pesant environ 170 grammes. Ils sont allaités jusqu’à l’âge de 2 mois. A 7 mois, ils ont déjà la taille d’un adulte, et ils atteignent la maturité sexuelle à 1 an.

Le statut de conservation du renard de Magellan

Grâce à sa vaste distribution, le renard de Magellan n’est pas en danger d’extinction. Il est classé dans la catégorie des espèces « préoccupation mineure (LC) » de la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Toutefois, son statut de conservation à l’échelle locale est variable. En effet, cette espèce est vulnérable dans certaines endroits, comme en Colombie. La principale menace est la chasse et le piégeage pour son pelage. De plus, ce renard est également chassé et empoisonné par l’homme pour éviter la perte de volailles.

Un renard de Magellan regardant l'horizon.

En résumé, le renard de Magellan est un canidé solitaire qui, pendant la saison de reproduction, abandonne sa solitude pour s’occuper de son partenaire et de ses petits. C’est un animal opportuniste, qui joue un rôle important dans l’écosystème en tant que prédateur. De plus, il joue un rôle prépondérant en tant que disperseur de graines.

Cela pourrait vous intéresser ...
Renard du Bengale : habitat et caractéristiques
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Renard du Bengale : habitat et caractéristiques

Découvrez l'habitat, les caractéristiques et le statut de conservation du renard du Bengale, un canidé originaire du sous-continent indien.



  • Alvarado, R. (2011). Apuntes sobre los zorros culpeos y chilla en Chile. La chiricoca, 13, 51-55.
  • Beltrán-Ortíz, E., Cadena-Ortiz, H., & Brito, J. (2017). Dieta del zorro de páramo Lycalopex culpaeus (Molina 1782) en un bosque seco interandino del norte de Ecuador. Mastozoología Neotropical, 24(2), 437-441.
  • Guntiñas, M., Lozano, J., Cisneros, R., Llorente, E., Malo, A. (2021). Ecology of the culpeo (Lycalopex culpaeus): a synthesis of existing knowledge. Hystrix, the Italian Journal of Mammalogy, 35(1), 5-17.
  • Lucherini, M. 2016. Lycalopex culpaeus. The IUCN Red List of Threatened Species 2016: e.T6929A85324366. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2016-1.RLTS.T6929A85324366.
  • Lycalopex culpaeus. Animal Diversity Web (ADW). Recuperado a 25 de noviembre en: https://animaldiversity.org/accounts/Lycalopex_culpaeus/
  • Monteverde, M., & Piudo, L. (2011). Activity patterns of the culpeo fox (Lycalopex culpaeus magellanica) in a non-hunting área of northwestern Patagonia, Argentina. Mamman Study, 31, 1.7.
  • Noguera-Urbano, E., Ramírez-Cháves, H., & Torres-Martínez, M. (2006). Análisis geográfico y conservación del zorro andino Lycalopex culpaeus (Mammalia Canidae) en Colombia. Iheringia. Serie Zoológica, 106e:e2016014.
  • Zúñiga, A., & Fuenzalida, V. (2016). Dieta del zorro culpeo (Lycalopex culpaeus Molina 1782) en un área protegida del sur de Chile. Mastozoología Neotropical, 23(1), 201-205.