Choléra aviaire : symptômes et traitement

Le choléra aviaire peut devenir un gros problème dans les endroits où les oiseaux vivent en groupe. Cela peut aussi devenir un problème pour les humains qui vivent avec eux.
Choléra aviaire : symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 04 septembre, 2021

Dans les endroits où les oiseaux vivent en groupe (poules, canards, oies et autres) ainsi que dans les zones sauvages, le choléra aviaire peut devenir un réel problème et causer la mort de nombreux spécimens. De plus, cette maladie est causée par une bactérie qui a tendance à résister aux antibiotiques, ce qui complique davantage le tableau clinique et son approche.

Nous vous invitons ici à découvrir les symptômes de cette maladie, afin que vous soyez en mesure de les reconnaître, car une action précoce peut empêcher une épidémie importante. Nous vous disons également comment éviter son apparition. Poursuivez donc votre lecture !

Qu’est-ce que le choléra aviaire ?

Cette maladie bactérienne est causée par la bactérie Pasteurella multocida et se présente sous 3 formes : aiguë, chronique et hyperaiguë. Sa virulence est complexe et variable, car elle dépend de la souche, de l’hôte et des conditions d’infection.

Cette bactérie peut faire partie du microbiote normal (micro-organismes commensaux) des voies respiratoires supérieures des oiseaux, elle est donc considérée comme un agent pathogène secondaire dans d’autres maladies. Cependant, elle peut également être le déclencheur principal de certains tableaux cliniques très spécifiques.

Pasteurella peut rester viable dans un milieu pendant 2 mois entre 5 et 10°C.  C’est une bactérie très résistante.

Les espèces domestiques les plus sensibles sont les dindes, les canards et les jeunes oies. Ce tableau clinique touche également souvent les élevages de masse de poules. Dans ces industries, la maladie est un réel danger en raison de la facilité de contagion entre les oiseaux.

La forme la plus courante d’infection est fécale-orale ou par contamination de l’eau et des aliments. Les bactéries peuvent également être transmises par voie aérienne et cutanée à travers des plaies ouvertes. Cette maladie est zoonotique, ce qui signifie que les humains sont également sensibles au choléra aviaire s’ils sont en contact avec un animal infecté.

Les oiseaux courent un risque de contagion lorsqu’ils touchent avec leur bec une zone où un spécimen malade a déféqué.

Pourquoi un chien attaque-t-il les poules ?

Les symptômes de la maladie

Le choléra aviaire est généralement chronique ou aigu, mais il existe un troisième type, le choléra aviaire hyperaigu. Dans ce dernier cas, les oiseaux meurent avant de présenter le moindre symptôme, de sorte que la maladie ne peut être confirmée que par des tests de diagnostic post-mortem.

Les symptômes du choléra aviaire chronique

Lorsque le choléra aviaire devient chronique, il peut soit atteindre une phase aiguë, soit rester dans un état de faible virulence. Les symptômes sont les suivants :

  • Infections localisées, généralement dans les voies respiratoires
  • Épaississement des mentons
  • Boiterie et cachexie (malnutrition extrême)
  • Arthrite
  • Hyperémies, pétéchies (taches rouges superficielles) et hémorragies.
  • Hépatomégalie et cardiomégalie (épaississement du cœur et du foie) pouvant s’accompagner de zones nécrotiques
  • Ovaires affectés chez les poules

Les symptômes du choléra aviaire aigu

Des épisodes aigus peuvent précéder la chronicisation de la maladie ou la mort de l’oiseau. Les signes cliniques sont les suivants :

  • Anorexie
  • Fièvre
  • Polydipsie et soif
  • Somnolence
  • Prostration
  • Diarrhée abondante pouvant contenir du sang
  • Problèmes respiratoires
  • Mucus
  • Cyanose : les crêtes et les mentons acquièrent une coloration violette due à l’hypoxie, car l’oiseau ne s’oxygène pas bien en raison de problèmes respiratoires.
  • Saignement généralisé

Le traitement

Le traitement du choléra aviaire consiste en l’administration d’antibiotiques, non seulement aux spécimens atteints, mais à toute la population qui vit avec eux. L’idéal est de réaliser un antibiogramme pour trouver l’antibiotique le plus approprié, car c’est une bactérie qui génère facilement des résistances.

En attendant les résultats des cultures, une dose rapide d’antibiotiques est généralement administrée pour tenter d’arrêter la maladie jusqu’à ce que le traitement approprié soit trouvé. Les principes actifs les plus largement utilisés sont le florfénicol, la triméthoprime avec le sulfaméthoxazole et la tétracycline.

Des mesures supplémentaires doivent être prises, telles que l’isolement des personnes malades, l’élimination immédiate des carcasses et la désinfection complète des installations. Plus les conditions de vie des oiseaux sont bonnes, plus ils ont de chances de survivre.

Dans tous les cas, le taux de mortalité général est compris entre 5 et 20 % dans les stades initiaux, et peut atteindre jusqu’à 45 %. Au fur et à mesure que la chronicisation se produit, le taux de mortalité tombe à 2-5 %. Sans traitement approprié, le pronostic global de cette condition est très mauvais.

Comment prévenir le choléra aviaire ?

Il existe plusieurs moyens de prévenir l’apparition de cette maladie. Voici les plus basiques :

  • Vaccination : plusieurs types de vaccins peuvent être administrés dès les premiers mois de la vie d’un oiseau. Plusieurs doses peuvent être nécessaires, selon la souche pour laquelle il est destiné.
  • De bonnes conditions de vie : cela inclut suffisamment d’espace pour vivre, une bonne alimentation, une hygiène quotidienne et une eau propre, des éléments fondamentaux pour garantir leur bien-être et leur santé.
  • Contrôles vétérinaires périodiques : Bien qu’il s’agisse d’une maladie à évolution rapide, le maintien d’une bonne santé aidera à empêcher le choléra aviaire d’apparaître comme une infection secondaire.
  • Désinfection du matériel de travail et des vêtements : cette bactérie peut être facilement détruite avec les désinfectants couramment utilisés, une méthode beaucoup plus économique et pratique qu’un traitement vétérinaire.
Un vétérinaire analyse une poule.

Cette maladie peut devenir un problème majeur dans les élevages de masse, où les conditions d’hygiène sont très difficiles à maintenir à des niveaux optimaux. Dans d’autres contextes, comme les maisons et les refuges, la prévention est la meilleure arme, car les conditions de vie sont souvent meilleures.

D’autre part, et comme toujours, la recommandation la plus importante est de pouvoir compter sur le service d’un vétérinaire spécialisé, car en plus de la prescription d’un traitement, un diagnostic différentiel sera nécessaire, car le choléra aviaire partage des symptômes avec d’autres maladies, telles que la salmonellose. Un animal ne doit jamais être traité sans surveillance professionnelle.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le comportement des poules
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Le comportement des poules

Les poules sont des animaux grégaires, diurnes et hiérarchisés. Les femelles sont de bonnes mères et les mâles gardent le territoire.



  • Malas, M. (2002). Tratamiento y control del cólera aviar-Pasteurelosis-en el siglo XXI. Selecciones avícolas44(12), 867-870.
  • Huberman, Y. D., & Terzolo, H. R. (2015). Pasteurella multocida y cólera aviar. Revista de Medicina Veterinaria (Buenos Aires)96(1), 4-15.
  • Chacana, P. A., & Terzolo, H. R. Sensibilidad de Pasteurella multocida de origen aviar y Avibacterium gallinarum a diferentes antimicrobianos.