Grimpereau des jardins : habitat et caractéristiques

Le bec du grimpereau des jardins est spécialisé dans la capture d'insectes. La longueur de son bec lui permet de pénétrer dans les recoins de l'écorce, et ainsi de retirer sa proie par la force.
Grimpereau des jardins : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 18 septembre, 2021

Le grimpereau des jardins est un oiseau curieux qui change ses couleurs voyantes pour des tons plus opaques afin de survivre. Contrairement à ce qui se passe avec d’autres oiseaux, ce petit oiseau essaie de se fondre dans son environnement en simulant les couleurs de l’écorce des arbres. Grâce à cela, il est difficile à détecter à l’œil nu et rend difficile la chasse aux prédateurs.

L’espèce est connue sous le nom de Certhia brachydactyla, et fait partie des oiseaux chanteurs (passereaux). Elle appartient à la famille des Certhiidae, connus pour les caractéristiques de leur queue, qui les aide à grimper aux arbres. Poursuivez donc votre lecture pour en apprendre plus sur ce petit oiseau.

Habitat et répartition

Le grimpereau des jardins a une grande distribution, car il couvre différentes régions d’ Europe, d’Asie et du nord-est de l’Afrique. On peut le trouver au Portugal, en France, en Pologne, en Hongrie, en Bulgarie et au sud du Danemark. Il est également capable d’habiter certaines îles méditerranéennes, comme la Sicile et la Crète.

Les habitats préférés de cette espèce sont principalement les forêts, qui peuvent être constituées de chênes, de pins ou de sapins. Contrairement aux autres oiseaux, le grimpereau des jardins est un organisme généraliste, capable de résister à des environnements divers à la seule condition qu’il y ait des bosquets.

Cette espèce n’est pas non plus restreinte en hauteur, puisqu’elle occupe des zones situées à 2000 mètres d’altitude, comme la Sierra Nevada.

Un accapareur commun de près.

Caractéristiques physiques

Ce petit oiseau mesure entre 11 et 13 centimètres de long et ne pèse que 8 ou 10 grammes en moyenne. Son bec est si long – entre 16 et 22 millimètres – qu’il occupe plus de la moitié de la taille de sa tête. Et les plumes de sa queue sont assez rigides et ondulées, car elles sont destinées à servir de point d’appui lorsque l’oiseau grimpe sur les troncs.

Quant à sa coloration, cet oiseau arbore des couleurs qui lui permettent de se camoufler dans les troncs. Pour cette raison, tout son corps présente une fusion de brun, de noir et de blanc qui sont répartis en motifs de taches le long de son dos. Son ventre présente des tons plus clairs, avec des petites nuances de marron-café.

Le comportement du grimpereau des jardins

En général, le grimpereau des jardins a des habitudes solitaires, on ne les voit en groupe que pendant leur saison de reproduction. De plus, c’est une espèce sédentaire dont les déplacements se limitent aux seuls changements d’habitat, en cas de diminution de la nourriture.

Par ailleurs, ces oiseaux ont tendance à éviter les zones surpeuplées. Et ce, car ce sont des spécimens territoriaux : ils sont capables de défendre leur espace si nécessaire.

Comportement alimentaire

Cet oiseau a un régime insectivore et sa nourriture préférée est constituée de différents types de coléoptères. Il consomme aussi des perce-oreilles, des hémiptères, des pseudoscorpions, des araignées et des trichoptères. En général, les invertébrés qui composent son alimentation sont des habitants typiques des arbres, il n’investit donc pas beaucoup de temps pour trouver sa nourriture.

Comportement reproducteur

La saison de reproduction commence fin mars et dure jusqu’au mois de juin. Ces oiseaux sont sont capables de faire jusqu’à deux couvées par an. Ils sont monogames et prodiguent généralement des soins parentaux.

Ces oiseaux prolongent considérablement leur saison de reproduction pour s’assurer que la plupart de leurs petits peuvent quitter le nid vivants.

Les nids sont construits dans des crevasses ou dans les trous des troncs. Cependant, en raison de la déforestation, l’espèce a dû s’adapter aux changements de son environnement. Les façades de maisons, les lampadaires, les poutres métalliques, les nichoirs et d’autres structures artificielles sont d’autres endroits potentiels pour la construction d’un nid.

Au total, la ponte comprend entre 3 et 6 œufs qui seront couvés pendant au moins 14 jours. Grâce aux excellents soins des parents, presque tous les petits qui naissent atteignent un âge juvénile d’indépendance.

Selon une étude menée par l’ Université d’Alcalá, cette espèce a un succès reproducteur élevé, puisque la plupart des descendants survivent à leur stade de juvénile. C’est une bonne nouvelle, car cela aide leurs populations à rester stables.

Le statut de conservation du grimpereau des jardins

L’Union internationale pour la conservation de la nature classe cet oiseau parmi les espèces les moins préoccupantes. En effet, sa population a un grand succès de reproduction et, malgré la fragmentation de son habitat, elle semble s’adapter à d’autres milieux. Grâce à cela, ces oiseaux ne semble pas menacés. Du moins, pas pour le moment.

En somme, cet oiseau n’est pas en danger critique d’extinction. Cependant, cela ne signifie pas que l’on peut continuer à détruire des forêts. Malgré sa capacité d’adaptation, les déplacements d’espèces peuvent causer des problèmes dans les écosystèmes.

Un accapareur commun sur une pomme.

Ce problème n’est pas nouveau. Un déplacement d’une espèce se traduit par une invasion d’un autre habitat. Ces oiseaux s’adaptent à des niches qui ne leur correspondraient pas du fait de leur adaptabilité, et ils peuvent devenir nuisibles.

Les conséquences du déséquilibre dû à l’action anthropique sont toujours les mêmes : une rupture de l’équilibre écologique et l’extinction conséquente d’autres animaux. Il est ainsi nécessaire de surveiller cette espèce pour éviter des problèmes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les maladies transmises par les lapins
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les maladies transmises par les lapins

Les maladies transmises par les lapins à l'homme peuvent être bactériennes, fongiques, virales ou parasitaires. Apprenez-en plus ici !



  • Carrascal, L. M. (2014). Agateador común – Certhia brachydactyla. En: Enciclopedia Virtual de los Vertebrados Españoles. Salvador, A., Morales, M. B. (Eds.). Museo Nacional de Ciencias Naturales, Madrid. http://www.vertebradosibericos.org/
  • Kuitunen, M. (1989, January). Food supply and reproduction in the common treecreeper (Certhia familiaris). In Annales Zoologici Fennici (pp. 25-33). Finnish Zoological Publishing Board, formed by the Finnish Academy of Sciences, Societas Scientiarum Fennica, Societas pro Fauna et Flora Fennica and Societas Biologica Fennica Vanamo.
  • Frías, O., Villar, S., & POTTI, J. (1999). Datos sobre la reproducción del Agateador Común (Certhia brachydactyla) en la Sierra de Ayllón (Sistema Central). Anuario Ornitológico de Madrid, 1999, 108-113.
  • Boulaouad, B. A., Ailam, O., Daoudi-Hacini, S., & Doumandji, S. (2018). Trophic ecology of short-toed treecreeper’s Certhia brachydactyla (Brehm, 1820) nestling in the suburban area of Elharrach (Algeria). JAPS: Journal of Animal & Plant Sciences, 28(2).
  • BirdLife International. 2016. Certhia brachydactyla. The IUCN Red List of Threatened Species 2016: e.T22711249A87839163. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2016-3.RLTS.T22711249A87839163.en. Downloaded on 12 September 2021.
  • Carrascal, L. M., & Telleria, L. (1989). Comportamiento de búsqueda del alimento y selecti6n de especies arbóreas: Análisis con el agateador común (Certhia brachydactila) durante el invierno. Ardeola, 36(2), 149-160.