Harpia harpyja : la plus grande harpie d'Amérique du Sud

29 octobre, 2020
L'harpie féroce est le plus grande rapace vivant dans les forêts amazoniennes. En raison de sa taille, il a besoin de vastes étendues pour pouvoir couvrir ses besoins alimentaires et ses conditions spéciales de reproduction.

La Harpia harpyja ou harpie féroce est le rapace le plus puissant et le plus grand qui vit dans les forêts amazoniennes. Il existe environ 60 espèces d’aigles connues dans le monde dont deux seulement vivent aux Etats-Unis et au Canada. Neuf autres se répartissent entre l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud.

Les espèces qui composent le reste du groupe sont originaires d’Afrique et d’Eurasie. Il est intéressant de savoir que le nom de ce rapace provient des harpies de la mythologie grecque.

Les harpies étaient à l’origine décrites comme de magnifiques femmes ailées, filles d’Electra et de Taumante. En général, on les appelle également aigle harpie et on estime qu’elles peuvent vivre entre 25 et 35 ans.

La classification taxonomique de Harpia harpyja

La taxonomie de ces oiseaux est souvent confuse. Cependant, l’avènement des techniques moléculaires a facilité la tâche de la classification. Actuellement, nous reconnaissons trois genres, Harpia, Morphnus et Harpyosis.

Il faut souligner que chacun de ces genres n’a qu’une seule espèce. Par ailleurs, les espèces Harpia harpyja et Morphnus guianensis partagent la même répartition géographique, ainsi que certaines caractéristiques physiques. C’est pourquoi, il est fréquent qu’elles soient confondues lors des observations.

Le plumage, l'une des caractéristiques remarquables de la harpia harpyja.

La taille et le plumage sont les caractéristiques les plus remarquables de la Harpia harpyja

Concernant la taille de son corps, elle peut varier entre 89 et 102, tandis que l’envergure peut atteindre les deux mètres chez une femelle adulte. En général, les mâles sont plus petits : ils pèsent entre 5 et 8 kilos, tandis que les femelles pèsent, elles, entre 7 et 9 kilos.

Il est propre à l’espèce que les adultes arborent le plumage du manteau, des scapulaires, de la partie externe des ailes et du croupion de couleur noir ardoise ou gris foncé. La queue est formée de longues plumes grises avec des barres horizontales noires. La poitrine, le ventre et les flancs sont blancs ou gris clair avec des rayures horizontales noires.

La tête et les cuisses sont de couleur gris clair et le cou dispose d’une bande sombre. Une autre caractéristique de cet oiseau est sa crête fourchue ou couronne de longues plumes noires qu’il étend lorsqu’il se sent menacé. Certains experts suggèrent que la couronne pourrait servir à focaliser le son, un peu comme le disque facial d’un hibou.

La Harpie féroce possède un bec noir ou gris foncé, les pattes sont de couleur jaune clair avec de puissantes griffes noires qui peuvent mesurer entre 7 et 12 centimètres de long.

Les caractéristiques qui font qu’il est facile de confondre la Harpia harpyja avec son parent Morphnus guianensis

Tout d’abord, il est nécessaire de souligner que durant le développement de l’oiseau, le plumage de la Harpia harpyja subit au moins 4 changements de couleur avant d’atteindre le stade adulte. Leur plumage est complet après 4-5 ans de vie.

Par conséquent, les plus jeunes passent d’un poussin entièrement blanc à un dos et des ailes gris crème avec des éclaboussures noires. A l’état juvénile, ils ont une queue avec 7-8 barres noires et une crête beaucoup plus luxuriante que celle de l’oiseau adulte.

D’autre part, le Morphnus guianensis est principalement blanc avec des ailes plus foncées. Il se distingue de la Harpie féroce par sa taille légèrement plus petite et sa forme plus mince. Il peut donc être facile de confondre une jeune Harpia harpyja avec un Morphnus guianensis.

Voici une façon de les distinguer : chez la Harpia harpyja, la crête est plus longue et clairement séparée en deux pointes, avec une fourche au milieu. De plus, en plein vol, seule la Harpie féroce dévoile ses barres noires et blanches sur ses ailes.

La répartition géographique de l’aigle harpie

Ces oiseaux vivent dans des forêts tropicales et subtropicales, dans les plaines et les collines. Etant donné l’intervention constante de ces régions du Centre et du Sud de l’Amérique, l’espèce s’est adaptée dans une certaine mesure à la fragmentation de son habitat.

Par conséquent, la harpie est capable de survivre dans des parcelles isolées de forêt primaire, de forêt exploitée de manière sélective ainsi que des forêts de seconde croissance si elle offre quelques grands arbres. En outre, son étendue habituelle est de 0-800 mètres au dessus du niveau de la mer, mais elle a été vue jusqu’à 2000 mètres d’altitude.

L’espèce se répartit depuis le sud du Mexique et d’Amérique Centrale, au sud de la Colombie et du Venezuela et jusqu’à l’est de la Bolivie, du Brésil, le nord-est d’Argentine et du Paraguay. Les aigles harpie occupaient antérieurement l’ouest de la Colombie et de l’Equateur, mais ils ont été expulsés de ces régions.

La Harpia harpyja est un puissant prédateur

Ce rapace a un régime alimentaire varié. Diverses études indiquent que sa nourriture préférée sont les mammifères arboricoles tels que les paresseux. Il chasse également des singes, des agoutis, des tatous et du grand gibier. L’oiseau peut aussi se nourrir d’autres oiseaux comme les perroquets, ainsi que des reptiles, notamment les grands lézards et les serpents.

On rapporte que ce prédateur peut chasser des proies qui dépassent son propre poids. Comme la plupart des chasseurs, il contribue au maintien du contrôle des populations de proies. Les harpies jouent donc un rôle important dans le contrôle des mésoprédateurs tels que les singes capucins.

Ses traits de comportement

La Harpie féroce est un prédateur diurne extrêmement territorial qui requiert des zones d’au moins 30 kilomètres pour une chasse adéquate. De plus, ces oiseaux forment des couples monogames qui s’accouplent pour la vie. Il est commun d’observer des couples avec un troisième aigle, leur petit.

Par ailleurs, ces oiseaux utilisent des vocalises pour communiquer entre eux, ainsi que lors des rituels d’accouplement. Ils produisent souvent des sons alors qu’ils se trouvent perchés. Cela leur permet de marquer leur territoire. En plein vol, la Harpia harpyja est extrêmement habile, une caractéristique nécessaire pour gérer son habitat forestier dense.

L’état de conservation de la Harpia harpyja

Cette harpie figure sur la liste rouge de la UICN comme “espèce presque menacée“. Sa population est effectivement sur le déclin. De manière générale, l’espèce a disparu dans des régions où il y a beaucoup d’activité humaine.

Une Harpia harpyja.

Cela est principalement dû à la destruction de son habitat, conséquence de l’exploitation forestière et de la chasse. En outre, il existe des projets de construction de barrages et de reforestation avec des espèces exotiques destinées à l’industrie du bois. Une autre menace est représentée par le commerce entre les collectionneurs et la fauconnerie.

Enfin, il a également été rapporté que la Harpia harpyja est chassée par les agriculteurs, qui perçoivent les aigles comme les prédateurs de leur bétail. Des programmes sont alors mis en place pour éduquer les agriculteurs et les chasseurs afin d’augmenter la sensibilisation et la compréhension des aigles harpie.

  • Lerner HRL, Johnson JA, Lindsay AR, Kiff LF, Mindell DP (2009) It’s not too Late for the Harpy Eagle (Harpia harpyja): High Levels Of Genetic Diversity and Differentiation Can Fuel Conservation Programs. PLOS ONE 4(10): e7336. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0007336
  • Shaner, K. (2011). “Harpia harpyja” (On-line), Animal Diversity Web. Accessed July 04, 2020 at https://animaldiversity.org/accounts/Harpia_harpyja/
  • BirdLife International. (2017). Harpia harpyja (amended version of 2017 assessment). The IUCN Red List of Threatened Species 2017: e.T22695998A117357127. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2017-3.RLTS.T22695998A117357127.en. Downloaded on 05 July 2020.
  • Aguiar-Silva, F. H., Sanaiotti, T. M., & Luz, B. B. (2014). Food habits of the Harpy Eagle, a top predator from the Amazonian rainforest canopy. Journal of Raptor Research, 48(1), 24-36.
  • Urios, V., Muñiz-López, R., & Vidal-Mateo, J. (2017). Juvenile dispersal of harpy eagles (Harpia harpyja) in Ecuador. Journal of Raptor Research, 51(4), 439-445.