L'étourneau améthyste et le secret de son éclat métallique

Découvrez ici l'étourneau améthyste, un oiseau fascinant qui, grâce à sa couleur, ne passe pas inaperçu.
L'étourneau améthyste et le secret de son éclat métallique

Dernière mise à jour : 19 avril, 2021

L’étourneau améthyste (Cinnyricinclus leucogaster), également connu sous le nom d’étourneau de couleur prune, est le seul représentant du genre Cinnyricinclus appartenant à la famille des étourneaux (ordre des Passériformes). Cet animal fascinant habite les forêts de savane de l’Afrique continentale subsaharienne.

De nombreux étourneaux présentent un plumage terne. L‘étourneau améthyste est l’une des espèces à la coloration très irisée. Ce groupe, qui se distingue par sa merveilleuse couleur, comprend des espèces de différents genres :

  • Choucador superbe (Lamprotornis superbus) d’Afrique de l’Est.
  • Choucador royal (Lamprotornis regius), également originaire d’Afrique de l’Est.
  • Stourne luisant (Aplonis metallica), originaire des îles du Pacifique.

Un fort dimorphisme sexuel

Cet oiseau est une espèce relativement petite (17 cm, 55 g). Seul l’étourneau améthyste mâle a la poitrine blanche et le dos violet irisé, couleur caractéristique de l’espèce. Les femelles et les oisillons ont la tête et le dos bruns, un ventre blanc avec des taches brunes. Tous ont un bec et des pattes noirs.

Un étourneau améthyste sur une branche.

Répartition et habitat de l’étourneau améthyste

Cette espèce d’oiseau présente une distribution très large. Nous pouvons en effet rencontrer cet oiseau du sud-ouest de la péninsule arabique à l’Afrique subsaharienne.

Il est courant de le trouver dans les forêts tropicales et les savanes, mais il peut également être vu dans les parcs et jardins des maisons. On le voit rarement au sol : il se trouve souvent dans les arbres et en hauteur.

L’étourneau améthyste se trouve généralement dans toute la savane boisée d’Afrique, du nord au sud des forêts équatoriales. Selon les rapports scientifiques, l’espèce est partiellement migratrice. Elle s’éloigne donc de l’équateur pour se reproduire juste avant et pendant les pluies respectives, et revient pendant la saison sèche suivante.

Il y a trois sous-espèces. Chacune dispose de sa propre répartition géographique :

  1. Cinnyricinclus leucogaster leucogaster. Cette sous-espèce est présente au Sénégal, en Gambie, en Éthiopie, au Kenya et en Tanzanie.
  2. Cinnyricinclus leucogaster arabicus. Nous trouvons cette sous-espèce dans l’est du Soudan, le nord-ouest de la Somalie et la péninsule arabique.
  3. Cinnyricinclus leucogaster verreauxi. Cette sous-espèce est présente dans le sud de la République démocratique du Congo, dans l’ouest de la Tanzanie jusqu’au Botswana, au nord-est de l’Afrique du Sud et au Mozambique.

Les habitudes de vie de l’étourneau améthyste

Ces oiseaux sont très sociables. Ils vivent en effet ensemble en colonies. Leur alimentation de base sont les fruits ainsi que les insectes, notamment les termites qu’ils attrapent en vol.

Ils construisent leur nid, en forme de grottes, dans de vieux arbres. Ils utilisent pour cela des plumes, des matières végétales et des excréments. La femelle peut pondre jusqu’à six œufs, qu’elle couve pendant 14-18 jours.

Pourquoi la couleur du plumage est-elle importante ?

Dans la nature, les modèles de coloration sont un élément clé de la sélection sexuelleLa coloration des espèces animales est souvent impliquée dans la communication inter et intraspécifique.

Il est intéressant de savoir que les différents modèles que nous trouvons dans la nature ont très peu étudiés. Peut-être en raison de la difficulté à saisir efficacement leur variabilité avec les méthodes habituelles.

La coloration du plumage de l’étourneau améthyste

Il est tout d’abord important de noter que les colorations du plumage, comme chez les papillons et autres animaux, sont de deux types. Ce sont les suivants :

  • Colorations à base de pigments. Elles incluent notamment les mélanines, les caroténoïdes. Elles composent une petite palette de couleurs.
  • Colorations structurelles. Elles se forment par l’effet de la lumière sur les nanostructures. Les teintes irisées sont souvent le résultat de la structure de la plume. Une large gamme de couleurs irisées est possible grâce à ce mécanisme.

Comment se produit la coloration d’une plume ?

Dans une plume, les barbes se ramifient perpendiculairement en barbillons ou barbules. Ces barbules se ramifient alors en crochets. Les crochets des barbillons adjacents s’accrochent entre eux dans la plume, formant la structure de cette dernière.

La coloration structurelle du plumage est le produit d’arrangements à échelle nanométrique de divers éléments : les plaques de kératine, les mélanosomes et l’air des barbules de plumes. La même espèce d’oiseau peut évidemment présenter dans son plumage des zones de couleurs produites par différents mécanismes et pigments.

Il est en outre courant qu’un même plumage présente des combinaisons des deux mécanismes. Les mélanosomes, petits paquets de mélanine présents dans les plumes, la peau et la fourrure de nombreux animaux, peuvent produire des couleurs structurelles lorsqu’ils sont correctement disposés en couches solides.

Pourquoi les couleurs de l’étourneau améthyste sont-elles si brillantes ?

Nous venons de voir que les couleurs structurelles se forment par l’arrangement de nanostructures thermodynamiquement stables. Par exemple des assemblages hexagonaux.

Les mélanosomes généralement impliqués dans l’arrangement du plumage de nombreux oiseaux sont solides. Cela conduit donc à de faibles variations de coloration. De sorte que la nature à besoin de remplir l’une de ces deux conditions pour obtenir des couleurs plus vives ou plus saturées :

  • Améliorer le contraste de l’indice de réfraction.
  • Augmenter la quantité relative de matière dans l’arrangement, avec un faible indice de réfraction.

Le plumage de l’étourneau améthyste remplit la deuxième condition. Un rapport scientifique a établi en 2013 que l’arrangement structurel du plumage coloré de l’étourneau améthyste présente un mélange variable de mélanosomes creux et solides. Il s’agit là du secret de l’intense brillant de la couleur irisée de son plumage.

Un étourneau améthyste sur une branche.

État de conservation et rôle écologique

Nous pouvons généralement nous attendre à ce que les passereaux contribuent à la propagation des graines sur plusieurs kilomètres. L’étourneau améthyste migrant pourrait disperser davantage les graines ingérées.

La population mondiale de l’étourneau améthyste n’a pas été quantifiée. L’espèce est néanmoins décrite comme abondante dans toute son aire de répartition. L’UICN (Union mondiale pour la nature) classe cette espèce comme « la moins préoccupante » eu égard à sa large distribution et de l’absence de danger spécifique connu.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le quetzal : un bel oiseau mystérieux
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Le quetzal : un bel oiseau mystérieux

Le quetzal, scientifiquement connu sous le nom de Pharomachrus mocinno, est l'un des oiseaux grimpeurs les plus emblématiques d'Amérique du Sud.