La reproduction du perroquet domestique

La reproduction des perroquets domestiques n'est pas une tâche facile, car les conditions doivent être très similaires à celles de leur habitat naturel. Si vous souhaitez effectuer ce processus, demandez conseil à un professionnel.
La reproduction du perroquet domestique

Dernière mise à jour : 20 décembre, 2021

Faire se reproduire deux perroquets dans une cage n’est pas impossible. Cependant, la tâche nécessite une compréhension du processus d’accouplement et des comportements sexuels de l’espèce. Il est à noter que la reproduction du perroquet domestique a ses complexités.

En captivité, les maîtres ont la responsabilité de créer des conditions propices à l’accouplement. Tout élément discordant pourrait ruiner les plans. Même après la naissance, il y a des règles à suivre impérativement. Si vous faites tout correctement, vous pouvez obtenir de nombreux petits du même couple.

Les étapes de la reproduction du perroquet domestique

L’accouplement commence à partir du moment où la parade nuptiale entre les deux animaux commence. En milieu naturel, cet événement incite un perroquet à choisir un mâle comme partenaire.

Couple de perroquets sur une branche.

Commence alors la période de nidification des œufs et la naissance de la progéniture. Les facteurs environnementaux, la construction du nid et la compatibilité des oiseaux sont des éléments qu’il ne faut pas perdre de vue.

Tout culmine avec l’indépendance des petits. Les maîtres doivent surveiller activement chaque étape et s’assurer que toutes suivent leur cours naturel. La cage ne doit pas interrompre le cycle de vie.

La parade nuptiale : le début du cycle

Sans parade nuptiale, il est difficile de faire se reproduire deux perroquets. De nombreux maîtres ont tendance à croire que cet acte est un comportement étrange et même hostile de l’oiseau mâle. Aussi étrange que ce comportement puisse paraître, l’idéal est de ne pas intervenir.

Cette activité instinctive consiste en des battements, des danses, des cris et des approches progressives qui se soldent par des caresses. Le mâle a tendance à faire glisser doucement son bec sur la tête de la femelle. Et lorsque le mâle donne à manger à la femelle, il s’agit d’un autre signe distinctif de la parade nuptiale.

Bien entendu, chaque espèce a ses propres rites et réactions. Dans tous les cas, la parade nuptiale permet à la femelle de choisir le mâle, de gagner en confiance et de renforcer les liens. Certaines femelles peuvent prendre cette parade très au sérieux et ainsi se montrer très pointilleuse.

Les conditions propices à l’accouplement

Le succès de la parade nuptiale et de l’acte reproducteur dépendra de certains facteurs que les maîtres peuvent favoriser. La première chose à prendre en considération est la taille de la cage, qui doit être suffisamment spacieuse.

Un autre point fondamental est l’alimentation. Pour que les deux animaux s’accouplent, il est essentiel qu’ils soient bien nourris. L’alimentation doit être variée et équilibrée ; elle ne pas être composée uniquement de graines. Avant de promouvoir l’approche, vous devez vous assurer que les oiseaux ne sont pas malades ni obèses.

Aussi, assurez-vous d’avoir deux spécimens appartenant à la même espèce. S’il n’y a pas de compatibilité sexuelle, tous les efforts seront vains.

Les œufs d’un perroquet domestique

Les perroquets peuvent avoir entre deux et six œufs, qui peuvent varier selon les espèces. Par exemple, la perruche australienne a généralement entre quatre à six œufs, et celles qui habitent la région amazonienne ont tendance à avoir un maximum de quatre œufs par portée.

La période d’incubation des œufs oscille entre 20 et 25 jours. En général, c’est la femelle qui couve les œufs, bien que chez certaines espèces ce travail est partagé. Gardez à l’esprit que les perroquets sont monogames.

Couple de perroquets sur une branche.

Le nid : la clé du succès

Le nid de ces animaux est assez particulier : il doit être vertical et plus haut que large. Idéalement, il doit être aussi similaire que possible à leur nid dans la nature.

Vous devez garder à l’esprit que ces oiseaux peuvent creuser leurs propres nids dans les arbres. Par conséquent, l’idéal est de construire un prototype en bois d’au moins 40 cm de long et 20 cm de large. Sur les côtés, laissez un trou sur lequel vous pouvez placer un couvercle rabattable.

Selon l’espèce de vos animaux de compagnie, la taille du nid peut varier. Voici quelues mesures minimales spécifiques :

  • Amazone à lores rouges (Amazona autumnalis) : 50 centimètres de long, 50 centimètres de large, 75 centimètres de haut.
  • Pione à couronne blanche (Pionus senilis) : 20 centimètres de long, 22 centimètres de large, 46 centimètres de haut.
  • Amazone à front blanc (Amazona albifrons) : 50 centimètres de long, 50 centimètres de large, 75 centimètres de haut.
  • Amazonee à tête jaune (Amazona oratrix) : 50 centimètres de long, 50 centimètres de large, 75 centimètres de haut.

Le nid doit être construit avant même l’accouplement. N’oubliez pas de rembourrer l’intérieur du nid avec des copeaux de bois.

Les bébés perroquets

Les petits naissent sans défense et sans plumes, ils doivent donc être protégés par leurs parents. Cet état dure environ un mois et demi ; ce n’est qu’après ce laps de temps qu’ils seront moins sensibles aux maladies infectieuse.

Un dernier avertissement : une fois la période de protection terminée, il faut séparer la progéniture des parents. Après cela, le cycle de reproduction du perroquet domestique recommencera jusqu’à ce que l’un des spécimens meure.

Source de l’image principale : Rodrigo Soldon

Cela pourrait vous intéresser ...
Les perroquets peuvent-ils manger des tomates ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les perroquets peuvent-ils manger des tomates ?

Les perroquets peuvent manger des tomates, mais seulement occasionnellement. Aussi, les tomates ne doivent jamais être vertes.



  • Álvarez, G. G., Azúa, R. V., Solano, C. T., & Gómez, S. R. R. (2005). Manejo en cautiverio de psitácidos utilizados como aves de ornato y compañía. Revista de la Asociación de Médicos Veterinarios Especialistas en Pequeñas Especies, 16(1), 5-17.