Les corbeaux et leur capacité cognitive

03 août, 2020
Les corvidés présentent une capacité cognitive comparable à celle de plusieurs espèces de primates. Nous vous présentons ici les données qui appuient cette affirmation.

Une bonne façon d’aborder cette question est de citer Lewis Carroll : “Pourquoi est-ce qu’un corbeau ressemble à un bureau“. Ou, plutôt, pourquoi est-ce que les corbeaux ressemblent à des singes ? Les corvidés, comme les primates, ont une grande capacité cognitive pour le travail de la mémoire. Et ce malgré leurs espèces très différentes. Si vous êtes curieux de connaître l’intelligence de ces oiseaux énigmatiques, n’hésitez pas à poursuivre votre lecture.

La capacité cognitive des corvidés

Les corbeaux, les pies, les choucas, les corneilles et les sérioles appartiennent à la famille des corvidés. Ce groupe est bien connu pour sa grande intelligence et ses compétences. Il existe de nombreuses études qui testent leurs capacités cognitives. Et il a été démontré que les corvidés se distinguent par :

  • L’utilisation du raisonnement analogique : les corbeaux mettent en relation des faits et des expériences qui ne se ressemblent pas, mais qui ont des points communs avec d’autres expériences antérieures
  • Une mémoire épisodique : ces animaux peuvent avoir des souvenirs très clairs de situations spécifiques qu’ils ont vécues
  • L’utilisation d’outils
  • Des interactions sociales complexes : les corvidés sont capables de déchiffrer la dynamique sociale d’autres groupes de corbeaux. De comprendre les relations entre les membres de leur propre groupe et les autres. Dans une communauté de corbeaux, les relations s’établissent par les rangs sociaux de chaque membre. Et elles émettent des caractéristiques dites de dominance ou de soumission
  • Une conscience d’eux-mêmes et de l’état mental de leurs spécificités : les corbeaux sont capables de se reconnaître dans un miroir, sont conscients de leur état et peuvent également se souvenir des autres de leur espèce

Les corbeaux ont une mémoire de travail

Le niveau cognitif élevé des primates s’explique par la mémoire de travail et le stockage à court terme. Mais aussi la manipulation des informations. D’autres aptitudes mentales telles que la planification ou la flexibilité cognitive dépendent directement de la mémoire de travail.

Les résultats de nombreuses études sur les corvidés montrent qu’ils ont développé une grande capacité de mémoire de travail, équivalente à celle des primates, tout au long de leur histoire évolutive. Un exemple de ce type de travail est l’expérience éthologique du psychologue Balakhonov et de son équipe, que nous présentons ci-dessous.

Corbeaux et primates

Balakhonov a entraîné deux corneilles noires (Corvus corone) pendant dix mois pour surmonter une expérience menée précédemment sur deux espèces de macaques. L’expérience consistait à présenter une série de stimuli visuels sur un écran et à enregistrer le suivi de la tête et des yeux au moment du stimulus, en entraînant préalablement les oiseaux à garder la tête centrée.

Les stimuli visuels étaient des carrés colorés qui restaient sur l’écran (toujours les mêmes), disparaissaient pendant quelques secondes et réapparaissaient avec quelques modifications. Chaque fois qu’il y avait un changement de forme, l’animal picorait l’écran.

Ils ont découvert que le nombre maximum d’éléments que le corvidé pouvait travailler sur l’écran était de quatre, un résultat très similaire à celui obtenu avec les primates.

Les corbeaux sont des animaux très intelligents.

Les corbeaux peuvent résoudre des problèmes complexes

La capacité cognitive des corbeaux les aide à résoudre les problèmes de la vie quotidienne. Par exemple, la création d’outils à partir de la mémoire des instruments précédents qu’ils ont créés pour une situation similaire. Ou même de ceux réalisés par un autre partenaire.

Ils peuvent ainsi résoudre des expériences qui nécessitent plusieurs étapes dans un ordre précis. Puisqu’ils ont la possibilité de stocker ces informations et de les utiliser de manière séquentielle.

La répétition d’expériences sur des animaux aussi différents que les oiseaux et les mammifères est possible car ils partagent certaines similitudes telles qu’une capacité cognitive élevée, un système visuel très précis ou une résolution des couleurs dans ce cas.

Ces travaux montrent que, bien qu’ayant des lignes d’évolution différentes, les différentes espèces peuvent partager des caractéristiques par une évolution convergente.

La résolution de problèmes dans le monde naturel peut faire la différence entre la vie et la mort, il n’est donc pas surprenant que de nombreux êtres vivants fassent preuve de capacités aussi extraordinaires.

 

  • Balakhonov, D., Rose, J. Crows Rival Monkeys in Cognitive Capacity. Sci Rep 7, 8809 (2017).
  • Massen, J., Pašukonis, A., Schmidt, J. et al. Ravens notice dominance reversals among conspecifics within and outside their social group. Nat Commun 5, 3679 (2014).
  • elbert SA, Singh PJ, Gray RD, Taylor AH (2015) New Caledonian Crows Rapidly Solve a Collaborative Problem without Cooperative Cognition. PLoS ONE 10(8)