Arc-en-ciel de Boeseman : caractéristiques et soins

Les couleurs de l'arc-en-ciel de Boeseman reflètent sa santé. Si son environnement est de mauvaise qualité, les couleurs de ce poisson deviennent plus ternes. Lorsque les paramètres de l'eau sont stables, la période de reproduction commence.
Arc-en-ciel de Boeseman : caractéristiques et soins

Dernière mise à jour : 10 août, 2021

L’arc-en-ciel de Boeseman fait partie des espèces d’aquarium douces les plus attrayantes et les plus appréciées des aquariophiles. De plus, ce sont des spécimens paisibles, ils cohabitent donc sans problème avec d’autres poissons ornementaux. Bien que leur entretien ne soit pas difficile, la qualité de l’eau – leur besoin le plus complexe – doit être surveillée.

Il existe plusieurs types de poissons arc-en-ciel, mais tous appartiennent à la famille des Melanotaeniidae. Nous parlerons ici spécifiquement de l’arc-en-ciel de Boeseman (Melanotaenia boesemani), le spécimen le plus coloré de ce groupe. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cet organisme qui remplira votre aquarium de vie et de couleurs.

Les caractéristiques physiques de l’arc-en-ciel de Boeseman

La forme du corps de ce poisson est ovale et aplatie, ses nageoires sont très peu développées et il mesure à peine 10 centimètres de long. De plus, seules les nageoires dorsale et anale sont celles qui ressortent, car leurs couleurs ornent finement le vertébré.

Les couleurs de cette espèce font partie de ses qualités remarquables, puisqu’elles honorent pleinement son nom. Ce poisson arbore des tons bleus, turquoises et violets, jaunes, orange et rouges.

L’arc-en-ciel de Boeseman est le poisson le plus coloré de toute la famille des Melanotaeniidae.

Dimorphisme sexuel

Bien que tous les spécimens arborent généralement les mêmes couleurs, les femelles ont des tons plus ternes que les mâles. Cette différence marque le dimorphisme sexuel : le mâle utilise son apparence pour attirer la femelle pendant la saison des amours. Aussi, les femelles ont une silhouette plus fine et plus stylisée.

Habitat naturel

Ce poisson est originaire du lac Ajamaru et du lac Aitinjo (en Papouasie occidentale). D’autres espèces de sa famille habitent le nord de l’Australie et une partie de la Nouvelle-Guinée. En raison de leur grande adaptabilité, il est à craindre que ces poissons puissent envahir d’autres écosystèmes n’importe où dans le monde.

L’habitat naturel de ces poissons comprend des eaux douces cristallines, beaucoup de végétation et un pH d’environ 8,0. Ils occupent des zones peu profondes (10 mètres maximum), où les températures oscillent entre 25 et 28 degrés Celsius, des températures normales dans les eaux tropicales.

Un poisson arc-en-ciel dans un aquarium.

Les soins à prodiguer à l’arc-en-ciel de Boeseman

Pour être en bonne santé en captivité, l’arc-en-ciel de Boeseman doit vivre dans un un bac d’au moins 200 litres. Ce bac doit également être pourvu d’une bonne quantité de végétation, car la végétation lui permet de se cacher, ainsi que de se détendre.

N’oubliez pas que l’un des processus les plus compliqués pour votre poisson sera de s’adapter à sa nouvelle maison. Faire en sorte qu’il y ait des cachettes dans l’aquarium l’aidera à rester calme.

Par ailleurs, s’agissant d’une espèce grégaire, il est recommandé d’avoir entre 6 et 8 spécimens dans un aquarium. De plus, s’agissant d’une espèce pacifique, ces poissons peuvent vivre dans des réservoirs communautaires. Mais gardez à l’esprit que ces poissons vivent dans des eaux légèrement alcalines, vous devez donc vous assurer que les autres types de poissons répondent à ces exigences.

Paramètres de l’eau

Les soins à prodiguer à ces poissons sont simples. Toutefois, ce poisson a besoin de conditions d’eau particulières : l’eau est un paramètre particulièrement important chez cette espèce, et par conséquent le soin le plus complexe. Il est essentiel de maintenir les paramètres suivants :

  • Température : 26 à 28°C.
  • pH : 6-8 (plage optimale 7-8).
  • Dureté : 10-20 °H.
  • Changement de l’eau : minimum 25 % par semaine. Cette espèce nécessite un filtre dans le réservoir.

Préparation de l’aquarium

Si c’est la première fois que vous avez un aquarium, il est nécessaire que vous effectuiez la maturation du bac. Installez tous vos équipements et faites-les fonctionner pour que l’environnement se stabilise et crée un mini-écosystème fonctionnel. Pour que le processus avance plus vite, il faut mettre un peu de nourriture dans le bac et laisser le matériel fonctionner pendant quelques semaines.

La stabilisation des paramètres de l’aquarium prend généralement un mois.

Avant d’introduire votre animal dans l’aquarium, il est nécessaire de l’acclimater pour qu’il ne se stresse pas trop. Pour ce faire, placez le sac dans lequel votre poisson a été mis au moment de l’achat dans le réservoir, afin que la température commence à s’égaliser. Après cela, mélangez l’eau du sac avec celle de l’aquarium, lentement et en continu, afin d’homogénéiser les deux milieux.

Ce processus est fastidieux et demande de la patience, mais il aidera votre nouvel animal de compagnie à mieux s’adapter à son nouveau foyer et à profiter d’une belle vie. N’oubliez pas qu’un des principaux facteurs qui affecte le plus la santé des poissons est le stress : plus vous leur éviter du stress, mieux leur système immunitaire réagira.

Le régime alimentaire de l’arc-en-ciel de Boeseman

Dans son état naturel, ce poisson est un organisme omnivore. Il mange donc une grande variété de types d’aliments, et c’est pourquoi en captivité, il ne représente aucune difficulté, car il peut consommer aussi bien les aliments transformés que vivants. De plus, sa bouche étant légèrement courbée vers le haut, il peut se nourrir facilement à la surface.

En raison de la variété des aliments commerciaux et du fait qu’il n’en existe pas un qui contient tout ce dont le poisson a besoin, il est préférable d’offrir les deux types d’aliments. Ce poisson est exigeant en matière de consommation alimentaire : il faut le nourrir entre 2 et 3 fois par jour.

Reproduction

La reproduction de cette espèce est simple, car elle ne nécessite pas de soins spécifiques supplémentaires. De plus, la plupart des spécimens vendus proviennent d’ élevages spécialisés. En raison de leur succès et de leur coût d’entretien relativement faible, ils sont devenus des poissons populaires auprès des aquariophiles.

Rituel d’accouplement

Le mâle fait sa parade nuptiale au moyen d’une « danse », essayant ainsi d’attirer la femelle. A ce moment, commence une nage qui alterne des mouvements de gauche à droite, assez lents et très similaires à une valse. Ensuite, le mâle attaque la femelle 4 à 9 fois, et si elle accepte, la ponte et la fécondation commencent.

Ponte et éclosion des œufs

Ces poissons sont ovipares, ils collent donc leurs œufs directement sur les feuilles de la végétation, et attendent qu’ils soient fécondés. S’agissant de spécimens à fécondation externe, c’est le mâle qui termine le processus en jetant son sperme sur les œufs.

Ces spécimens pondent entre 19 et 56 œufs à la fois. Bien qu’ils puissent frayer à tout moment, ils ont une préférence pour les premières heures de la journée. Il n’y a pas de période d’accouplement spécifique pour cette espèce, la reproduction peut donc se produire à tout moment de l’année, tant qu’ils ont une bonne alimentation et vivent dans de bonnes conditions.

Les œufs éclosent entre 5 et 14 jours après la ponte, selon la température de l’eau. À des températures plus chaudes, les nouveau-nés éclosent plus tôt, tandis qu’à des températures plus froides, leur éclosion est retardée. Comme un adulte, l’alimentation de la progéniture doit être équilibrée : il faut varier entre les aliments transformés et les aliments vivants.

En somme…

Si vous souhaitez vivre l’expérience de la reproduction, il est recommandé de s’appuyer sur les conseils d’un expert. Bien que ce processus paraître simple, certains soins simples sont à prodiguer aux jeunes spécimens de manière continue. Si ces soins sont négligés, la vie des poissons est en danger.

L’une des meilleures stratégies consiste à garder les jeunes spécimens dans un bac différent. Ils pourront ainsi recevoir des soins spécifiques sans que cela n’affecte les spécimens adultes.

Le poisson arc-en-ciel est considéré comme une espèce menacée, car sa population naturelle a diminué de façon alarmante. Cependant, ces poissons sont faciles à reproduire en captivité, leur survie dans des environnements artificiels est donc assurée.

Ce n’est pas la meilleure façon de sauver une espèce, mais c’est mieux que de faire face à son extinction.

Des poissons arc-en-ciel dans un aquarium.

De plus, vous devez être conscient de la responsabilité que représente avoir un animal de compagnie : ce dernier dépendra de vous tout au long de sa vie. Si vous suivez toutes nos recommandations et les conseils d’experts, vous prendre alors bien soin de ce poisson et profiterez de l’un des plus beaux spécimens que l’on puisse trouver dans un aquarium.

Cela pourrait vous intéresser ...

10 poissons pour un petit aquarium
My AnimalsLisez-le dans My Animals
10 poissons pour un petit aquarium

Vous voulez avoir un petit aquarium ? Les spécimens de cette liste prospère dans un aquarium de 40 litres d'eau, voire moins.



  • Radael, M. C., Rezende, F. P., Fosse, P. J., Vidal, J., & de Andrade, D. R. (2016). Reproductive behavior of Boeseman’s rainbowfish and fecundity in three size ranges. Revista Brasileira de Reprodução Animal40(3), 111-115.
  • Nugraha, M. F. I., Pouyaud, L., Carman, O., Widyastuti, U., Junior, M. Z., Kadarusman, & Avarre, J. C. (2015). Genetic diversity of Boeseman’s Rainbowfish (Melanotaenia boesemani) reared in Indonesian farms compared to endangered natural populations. Tropical Conservation Science8(3), 796-812.
  • Hismayasari, I. B., Marhendra, A. P. W., Rahayu, S., Saidin, S. D., & Supriyadi, D. S. (2015). Gonadosomatic index (GSI), hepatosomatic index (HSI) and proportion of oocytes stadia as an indicator of rainbowfish Melanotaenia boesemani spawning season. International Journal of Fisheries and Aquatic Studies2(5), 359-362.
  • Radael, M. C., Fosse, P. J., Silva, R. M. D., Fosse Filho, J. C., Andrade, D. R. D., & Vidal Junior, M. V. (2016). Morphological description of Melanotaenia boesemani ovaries in reproductive activity. Pesquisa Veterinária Brasileira36(9), 893-900.
  • Akhsan, W. M., Nur, B., & Dewi, N. N. (2020, February). Growth performance and survival rate of Boeseman’s rainbowfish (Melanotaenia boesemani) in natural spawning technique at Depok, West Java, Indonesia. In IOP Conference Series: Earth and Environmental Science (Vol. 441, No. 1, p. 012037). IOP Publishing.
  • Radael, M. C., Cardoso, L. D., de Andrade, D. R., Ferreira, A. V., da Cruz Mattos, D., & Vidal, M. V. (2016). Effect of temperature on embryonic development of Melanotaenia boesemani (Allen and Cross, 1982). Zygote24(2), 301-309.
  • Allen, G. R., & Cross, N. J. (1980). Descriptions of five new rainbowfishes (Melanotaeniidae) from New Guinea. Records of the Western Australian Museum8(3), 377-396.
  • Martínez-Castro, A., & Ramírez-Herrera, M. (2016). Catálogo de peces ornamentales producidos en Morelos con capacidad de ser especies exóticas invasoras (EEI) elaborado dentro del proyecto GEF 00089333 “Aumentar las capacidades de México para manejar especies exóticas invasoras través de la implementación de la Estrategia Nacional de especies Invasoras”. Morelos, México.