Le poisson lune (Mola mola), le plus lourd du monde

18 juillet, 2020
Le poisson lune détient le titre du poisson osseux le plus lourd du monde. Découvrez-en plus à son sujet !
 

Le poisson lune (Mola mola) n’est pas seulement extrêmement remarquable par son apparence, c’est également le poisson osseux le plus lourd du monde. Les poissons osseux sont des animaux vertébrés dont le squelette est totalement calcifié. Bien qu’ils puissent avoir également certaines parties cartilagineuses.

Ils sont très différents des poissons cartilagineux tels que les requins ou les raies. Leur squelette se compose de cartilage, à l’exception de la mâchoire qui est osseuse. C’est pourquoi, nous ne trouvons que des mâchoires de requins préhistoriques, et jamais d’autres parties du corps.

Par ailleurs, ces poissons furent victimes de la chasse au cours des siècles précédents. En effet, leur viande était considérée comme un mets délicat. Heureusement, de nos jours, on le consomme que dans quelques régions d’Asie Orientale. Sa pêche et sa consommation sont totalement illégales dans l’Union Européenne, ainsi que dans les autres pays du monde.

Malgré cela, le nombre d’individus dans le monde diminue et, par conséquent, le poisson lune devient une espèce vulnérable selon l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Anatomie du poisson lune

Un poisson lune dans les profondeurs de l'océan
 

L’anatomie du poisson lune est très particulière. A l’âge adulte, son corps est latéralement plat. Il lui manque une nageoire caudale, qui correspond à la nageoire de la queue. A sa place, il possède une structure appelée clavus, qui est une espèce de prolongation de la peau du corps qui lui donne une apparence plus aérodynamique.

D’autre part, les nageoires dorsales et anales sont extrêmement développées et lorsqu’il les étend, le poisson lune est aussi large que long.

Comme la plupart des poissons, le poisson lune est plus foncé sur le dos et plus clair sur la partie du ventre. Cela lui sert de camouflage. En effet, si un prédateur le regarde d’en haut, il le confond avec l’obscurité des profondeurs. De plus, s’il le regarde d’en bas, il peut être imperceptible avec la luminosité qui entre à la surface de l’eau.

Un autre aspect curieux du poisson lune est qu’il peut changer sa couleur s’il se sent sous une menace. Ou si un prédateur l’attaque.

Pourquoi le poisson lune est-il si grand?

Depuis les différentes données de captures des poissons lune, des spécimens énormes ont été trouvé.

En 1910, sur les côtes Est de l’Afrique, près des Îles Canaries, un poisson lune pesant plus de 1500 kilos fut capturé. Autrement dit, une tonne et demie. Dès lors, des spécimens encore plus grands ont été pêchés, dépassant parfois les 3000 kilos.

Une étude récente publiée dans la revue GigaScience, souligne que le poisson lune atteint des tailles aussi énormes en raison d’un taux de croissance élevée. Cela s’explique par un certain nombre de gènes qui entraînent la surproduction de l’hormone de la croissance.

 

En captivité, on a observé qu’un poisson lune prenait 820 grammes par jour pendant 15 mois. Soit un total de 400 kilos en un peu plus d’un an. Si l’on compare ce chiffre avec le taux de croissance d’un poisson normal -entre 0,02 et 0,049 kg par jour- nous pouvons constater qu’il est incroyablement plus important.

Un poisson lune avec un plongeur sous-marin

Les menaces du poisson Mola-mola

Dans la nature, les poissons lune n’ont pas beaucoup de prédateurs. Seulement les grands requins, les orques et les otaries. La véritable menace pour cet animal, comme pour tant d’autres, est l’être humain et son activité.

La pêche est illégale dans de nombreux endroits de la planète. Cependant, il existe encore bien trop de cas de captures accidentelles. En d’autres termes, les poissons lune qui restent coincés dans les filets sans être la cible de la pêche à l’origine. Ces filets sont de type filet araignée ou chalut, illégaux dans la plupart des pays car ils sont responsables de la disparition de nombreuses autres espèces. Comme par exemple le vaquita.

Même s’il ne s’agit pas d’un poisson commercial, il est important pour le marché du Japon et de Taïwan. Dans cette région du monde, entre 20 et 50 tonnes de viande de poisson lune sont déplacées. Sa pêche a lieu dans l’Océan Pacifique occidental et l’Océan Atlantique sud.

 

Enfin, nous espérons que, dans un futur assez proche, la pêche et la consommation de ce géant marin si incroyable cesseront définitivement. Son apparence enrichit effectivement les océans et l’imagination de beaucoup.

 

  • Adeney, R. J., & Hughes, G. M. (1977). Some observations on the gills of the oceanic sunfish, Mola mola. Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom, 57(3), 825-837.
  • Gudger, E. W. (1928). Capture of an ocean sunfish. The Scientific Monthly, 26(3), 257-261.
  • Liu, J., Zapfe, G., Shao, K.-T., Leis, J.L., Matsuura, K., Hardy, G., Liu, M., Robertson, R. & Tyler, J. 2015. Mola mola (errata version published in 2016).