Qu'est-ce que la succession écologique ?

La succession écologique est un processus dynamique qui explique le remplacement constant et progressif des espèces dans une zone donnée. Cela est essentiel pour le dynamisme des écosystèmes.
Qu'est-ce que la succession écologique ?

Dernière mise à jour : 10 décembre, 2020

Qu’ont en commun les éruptions volcaniques, les ouragans, les incendies de forêt, les tsunamis et l’agriculture extensive ? Ils sont tous le point de départ d’un processus appelé succession écologique.

En termes simples, la succession écologique est l’expression de la force de la nature. Elle fait référence au processus constant de changement et de restructuration subi par tous les écosystèmes. Grâce à ces changements, chaque niche écologique expérimente le remplacement progressif des organismes qui la composent.

Le terme succession fait référence à la substitution, au fil du temps, de certaines espèces par d’autres. Pour résoudre ce problème, il est essentiel d’évaluer les interactions entre les différentes espèces qui partagent un habitat.

Les éléments impliqués dans la succession écologique

En tant que phénomène d’intégration, la succession écologique englobe les facteurs biotiques (êtres vivants) et abiotiques (conditions atmosphériques) d’un écosystème.

Bien que ces théories aient été initialement développées par des botanistes, elles ont été étendues à la compréhension de la dynamique de la faune. En outre, cela s’applique aux communautés microbiennes.

La succession écologique implique les animaux.

Les types de succession écologique

Si la succession implique l’occupation d’une « nouvelle maison », c’est-à-dire la colonisation d’un nouvel habitat sans l’influence de communautés préexistantes, on parle de succession primaire. En revanche, si la succession se poursuit jusqu’à l’interruption d’une communauté préexistante, on parle de succession secondaire.

De manière générale, la succession écologique peut commencer dans deux circonstances fondamentales. Ces circonstances sont :

  • l’occupation d’un nouvel habitat inoccupé.
  • la transformation d’une niche qui subit des changements induits par un événement perturbateur.

Les phases d’une succession écologique

Il existe différentes phases qui composent le phénomène de succession écologique. Nous les expliquons ci-dessous.

1. La mise à nue

La phase initiale commence par la formation d’une zone nue ou sous-alimentée. Cela arrive généralement après des événements catastrophiques, tels qu’une éruption, une inondation ou une érosion. Elle peut également se produire de la main de l’homme : extraction de pierre, hydrofracturation , incendies, construction de réservoirs, etc.

2. L’invasion

Dans cette phase, des espèces pionnières arrivent dans la région. Elles forment la base de la vie d’autres êtres vivants. L’invasion comprend les trois étapes suivantes :

  • Dispersion ou migration de graines ou de spores d’espèces envahissantes.
  • Adaptation ou germination d’espèces végétales migrante dans la nouvelle zone. Cela comprend la croissance des semis et le début de la reproduction des plantes adultes.
  • Agrégation : les individus immigrants survivant d’une espèce augmentent en nombre par reproduction et se regroupent en une grande population dans la région, formant une communauté pionnière.

3. Concurrence et réaction

Les espèces qui prospèrent se font concurrence pour l’espace et la nutrition (compétition intraspécifique). De plus, elles sont en concurrence avec des individus d’autres espèces qui peuvent pénétrer dans la zone (compétition interspécifique). Les espèces installées constituent une communauté sérielle.

Petit à petit, l’environnement change et devient insuffisant pour supporter tous les organismes. Ainsi, tôt ou tard, les espèces se trouvent remplacées par de nouveaux envahisseurs, généralement des animaux plus spécialisés dans l’exploitation des ressources de l’habitat.

La succession écologique favorise la croissance d'un écosystème.

4. La stabilisation

Enfin, la communauté se stabilise et peut rester stable dans les conditions existantes. De cette façon, le système atteint une grande diversité d’espèces, bien réparties et avec des chaînes alimentaires complexes.

Il est important de noter que cette phase était considérée comme une étape finale. La communauté était considérée comme culminante. Cette idée a été cependant largement abandonnée par les écologistes modernes au profit des idées de « non-équilibre » dans la dynamique des écosystèmes.

Un processus essentiel

En somme, la succession écologique est importante pour la croissance et le développement d’un écosystème. La diffusion de ces connaissances permet de comprendre comment commence la colonisation de nouvelles zones et la recolonisation des zones détruites.

Comprendre le processus délicat de la succession écologique nous aide à mettre en perspective nos torts lorsque nous introduisons des espèces envahissantes ou exterminons une espèce par la chasse. Tous les êtres vivants jouent un rôle essentiel dans leur écosystème, et le respect de chaque être est essentiel pour le bien-être de cet écosystème.

Cela pourrait vous intéresser ...
Sélection naturelle et adaptation dans le monde animal
My AnimalsRead it in My Animals
Sélection naturelle et adaptation dans le monde animal

Comment explique-t-on d'un point de vue scientifique la sélection naturelle dans le monde animal ? Est-ce toujours le plus fort qui survit ?