Caméléon de Jackson : habitat et caractéristiques

Les cornes exubérantes des caméléons de Jackson ne sont présentes que chez les mâles. Chez les femelles, elles sont à peine perceptibles ou absentes.
Caméléon de Jackson : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 14 octobre, 2021

Parmi tous les reptiles qui existent, les caméléons font partie des spécimens les plus curieux et particuliers. Et ce, pas seulement pour leur capacité à changer de couleur, mais aussi parce que certains ont des ornements colorés sur la tête. Un cas exceptionnel est celui du caméléon de Jackson ou caméléon à trois cornes, l’un des spécimens les plus recherchés.

Le nom scientifique de cette espèce est Trioceros jacksonii, un reptile qui fait partie de la famille des Chamaeleonidae. Cet animal tire son deuxième nom de ses trois cornes sur sa tête, une caractéristique très appréciée dans le domaine de la terrariophilie. Apprenez-en plus ici sur ces animaux colorés et particuliers.

Habitat et répartition du caméléon de Jackson

Ce petit reptile est réparti dans toute l’Afrique de l’Est, où se trouvent les forêts humides du Kenya et de la Tanzanie. Dans son habitat naturel, il préfère vivre dans des écosystèmes avec un excès d’humidité qui ont également des arbres feuillus à cacher.

Ces animaux passent généralement plus de temps sur les branches. Et ce, car leur camouflage fonctionne mieux avec les feuilles environnantes.

Caractéristiques physiques

Ces reptiles mesurent entre 15 et 35 centimètres de long. Leur corps est assez frappant, car ils ont 3 grandes cornes allongées sur le front et le nez. De plus, sur leur dos se trouve une crête dentelée.

Les pattes de ces animaux sont adaptées à la vie arboricole, puisque la position de leurs doigts forment un « Y » qui leur permet une meilleure prise sur les branches. De plus, ils sont capables d’arborer une couleur plus foncée. Cependant, cette transformation est conditionnée par l’humeur et la santé du reptile.

Une autre caractéristique typique des caméléons est la forme particulière de leurs yeux, car la peau les recouvre complètement et seules leurs pupilles sont visibles. Enfin, ces reptiles sont capables de déplacer leurs yeux à 180 degrés et peuvent contrôler chacun d’eux avec précision et de manière indépendante.

Une des espèces de caméléons.

Les sous-espèces

Il existe 3 sous-espèces reconnues qui diffèrent les unes des autres par leur taille et leurs légers changements de couleur. Certains admirateurs de ces reptiles reconnaissent plus de variétés ou de « formes », mais seules les trois suivantes ont été acceptées par la communauté scientifique :

  • Trioceros jacksonii xantholophus : Il est originaire de l’est du Kenya, bien qu’en raison de sa popularité comme animal de compagnie, il ait été introduit à Hawaï, en Floride, en Louisiane et en Californie. Cette sous-espèce est la plus grande et aussi la plus connue au monde, car elle est célèbre dans le commerce des îles hawaïennes.
  • Trioceros jacksonii merumontanus : Trouvé sur le mont Meru en Tanzanie, cette sous-espèce est la plus petite des trois, c’est pourquoi on l’appelle parfois le caméléon nain de Jackson.
  • Trioceros jacksonii jacksonii : C’est la sous-espèce la plus naturelle.

D’autres types

Malgré le fait que cette espèce soit la plus connue au monde, le genre Trioceros regroupe d’autres spécimens avec des cornes similaires. D’ailleurs, il existe actuellement 41 espèces reconnues, dont seulement certaines ont des cornes sur la tête. Voici quelques exemples :

  • Trioceros balebicornotus : On le trouve dans les hautes forêts d’Éthiopie et ses caractéristiques les plus importantes sont les doubles cornes sur son nez.
  • Trioceros quadricornis : originaire du Cameroun et du Nigeria, il se distingue par la présence de quatre cornes au lieu de trois.
  • Trioceros hoehnelii : endémique de l’Ouganda et du Kenya, il diffère des autres espèces du genre, car il n’a pas de cornes apparentes. Il se distingue par la grande ornementation de sa tête appelée casque, en plus de son unique et petite corne sur le nez.
  • Trioceros narraioca : c’est l’espèce unique du mont Kulal au nord du Kenya. Comme T. hoehnelii, il a une ornementation exubérante sur la tête. Sur son nez se trouve une fausse corne : il s’agit en réalité d’écailles allongées dont la forme est similaire à celle d’une corne.

Le comportement du caméléon de Jackson

Les mâles de cette espèce sont très territoriaux, ils utilisent donc leurs cornes comme armes pour attaquer leurs concurrents. Bien que cela semble contradictoire, la plupart des animaux essaient toujours d’éviter les conflits, car tout dommage grave pourrait entraîner la mort.

Pour cette raison, les caméléons effectuent un type de rituel menaçant avant de se lancer dans un duel. Au moment où deux mâles se rencontrent, ils commencent à marcher côte à côte pour essayer de se faire peur.

Ils prennent de l’air pour paraître plus gros et plus longs et ainsi faire baisser les bras de leur rival. Ils arborent également des couleurs plus lumineuses qui montrent à quel point chaque spécimen est sain et fort.

En dernier recours, ils ouvrent la bouche pour afficher leurs couleurs, il s’ahit du dernier avertissement. À ce stade, la plupart des spécimens faibles abandonnent et fuient la scène. Cependant, si les deux rivaux tiennent toujours le coup, ils commenceront à se battre avec leurs cornes pour tenter de se blesser gravement.

Comportement alimentaire

Le régime alimentaire de ce reptile est basé sur les insectes, car sa langue est adaptée à leur capture. Il a tendance à rester immobile pendant de longues périodes, et chasse sa proie en attaquant quand elle s’y attend le moins.

Parmi les victimes les plus courantes figurent les orthoptères, les vers, les limaces et certains escargots. Mais il peut aussi consommer une grande variété d’invertébrés.

Les yeux sont très importants dans ce processus, car ils permettent aux caméléons d’observer tout leur environnement et de localiser leurs victimes. Ils sont également capables de déplacer chaque œil indépendamment, ce qui leur permet de concentrer facilement leur attention sur différents points sans avoir à se déplacer.

En fin de compte, il n’auront qu’à lancer leur longue langue collante sur leur proie pour la capturer. Intéressant, n’est-ce pas ?

Comportement reproducteur

Ces caméléons sélectionnent leurs compagnons à travers un rituel de parade nuptiale. Ce processus est assez similaire aux duels entre mâles : ils affichent leurs attributs pour montrer qu’ils sont le meilleur choix. En effet, le mâle entoure la femelle en se gonflant pour paraître plus grand tout en arborant des couleurs plus vives pour l’impressionner.

De son côté, la femelle devra décider si elle accepte ou non le mâle. Pour rejeter le prétendant, la femelle doit juste se montrer agressive et l’empêcher de s’approcher. Si elle n’émet aucun son et se montre docile, le mâle peut s’approcher d’elle pour initier la copulation.

Enfin, les mâles utilisent leur organe reproducteur appelé hémipénis  qu’ils introduisent dans l’ouverture cloacale de la femelle. Ce processus est plus fréquent entre les mois de mars et mai, bien que certains spécimens soient prêts à s’accoupler à partir de février.

Gestation et naissance

Les femelles de l’espèce sont polygames. Pour cette raison, elles parviennent à s’accoupler avec d’autres mâles tout au long de la saison de reproduction. Après être tombée enceinte, la nouvelle mère passera par une gestation de 190 jours.

Comme d’autres reptiles, cette espèce de caméléon produit également des œufs. Cependant, la femelle les retient jusqu’à quelques instants avant l’éclosion, c’est pourquoi ils sont considérés comme des animaux ovovivipares. Ainsi, lors de l’accouchement, le nouveau-né est entouré d’une sorte de capsule qu’il parvient à ouvrir une fois sorti du corps de sa mère.

Le statut de conservation du caméléon de Jackson

Contrairement à ce qui est attendu, cette espèce est considérée comme une espèce envahissante et dangereuse pour certains écosystèmes. Et ce, parce que ce sont des animaux qui s’adaptent bien à d’autres environnements : ils n’ont besoin que d’être humides et d’avoir suffisamment de nourriture.

D’ailleurs, en raison de l’impact écologique qu’ils peuvent causer, il est illégal à Hawaï  de garder, de transporter ou de commercialiser ces reptiles.

Un caméléon à trois cornes sur toute sa longueur.

En somme, en raison de leur apparence curieuse, les caméléons de Jackson sont souvent considérés comme de bons animaux de compagnie. Cependant, il est difficile d’entretenir ces reptiles, raison pour laquelle ils ne conviennent pas aux débutants.

Si vous souhaitez acquérir un de ces spécimens, soyez responsable. Ne le relâchez pas dans l’environnement parce que vous ne parvenez pas à en pendre soin.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le comportement des caméléons
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Le comportement des caméléons

Les caméléons sont solitaires et timides. Le changement de coloration joue un rôle fondamental dans leur communication, leur défense et leur chasse...



  • Tolley, K. 2014. Trioceros jacksonii (errata version published in 2017). The IUCN Red List of Threatened Species 2014: e.T172531A109922526. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2014-3.RLTS.T172531A1344462.en.
  • Lin, J. Y., & Nelson, C. E. (1980). Comparative reproductive biology of two sympatric tropical lizards Chamaeleo jacksonii Boulenger and Chamaeleo hoehnelii Steindachner (Sauria: Chamaeleonidae). Amphibia-Reptilia, 1(3), 287-311.
  • Barej, M. F., Ineich, I., Gvoždík, V., Lhermitte-Vallarino, N., Gonwouo, N. L., LeBreton, M., … & Schmitz, A. (2010). Insights into chameleons of the genus Trioceros (Squamata: Chamaeleonidae) in Cameroon, with the resurrection of Chamaeleon serratus Mertens, 1922. Bonn Zoological Bulletin, 57(2), 211-229.
  • Necas, P., Modry, D., & lapeta, J. R. (2003). Chamaeleo (Trioceros) narraioca n. sp.(Reptilia Chamaeleonidae), a new chameleon species from a relict montane forest of Mount Kulal, northern Kenya. Tropical Zoology, 16(1), 1-12.
  • Kraus, F., & Preston, D. (2012). Diet of the Invasive Lizard Chamaeleo jacksonii (Squamata: Chamaeleonidae) at a Wet-Forest Site in Hawai ‘i 1. Pacific Science, 66(3), 397-404.