Couleuvre de Montpellier : habitat et caractéristiques

La couleuvre de Montpellier est le serpent le plus abondant dans la péninsule ibérique et l'un des plus persécutés en raison de sa mauvaise réputation. Si vous voulez apprendre à mieux le connaître, poursuivez donc votre lecture.
Couleuvre de Montpellier : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 05 août, 2021

La couleuvre de Montpellier (Malpolon monspessulanus) est un reptile de la famille des Lamprophiidae. Ce serpent, qui a une large distribution, est le plus grand serpent de la péninsule ibérique. On le trouve également dans des zones proches des établissements humains.

Le fait qu’il habite près des habitations et sa mauvaise réputation (puisqu’il se nourrit parfois de volailles) sont les raisons pour lesquelles ce serpent est attaqué et persécuté. C’est le serpent terrestre le plus abondant en Espagne, et l’un des rares serpents venimeux dans la péninsule ibérique, avec la couleuvre à capuchon orientale (Macroprotodon cucullatus).

L’habitat de la couleuvre de Montpellier

Cette espèce a une répartition périméditerranéenne, car on la trouve dans toute la péninsule ibérique, en Afrique du Nord, dans le sud-est de la France et dans le nord-ouest de l’Italie. Dans la péninsule ibérique, les précipitations annuelles moyennes de ses habitats varient de 170 à 200 millimètres cubes et les températures annuelles moyennes se situent entre 10 ºC et 18,5 ºC.

La couleuvre de Montpellier n’apparaît pas dans les zones qui ont plus de 90 jours de gel par an ou qui présentent des températures moyennes inférieures à 22 ºC en juillet. Elle préfère le maquis avec une couverture moyenne ou faible et des espaces ouverts, il est donc commun de la trouver dans les champs cultivés, les prairies et même les dunes.

Il est aussi commun de trouver ce reptile dans des zones proches des établissements humains, qu’il s’agisse de routes, de jardins et de murs. Quant à l’altitude, on le trouve entre le niveau de la mer et 2 160 mètres à Sierra Nevada. Plus les populations de ce reptile sont situées au nord, moins hauts sont les écosystèmes qu’il habite.

Un serpent.

Caractéristiques physiques

La couleuvre de Montpellier est le plus grand de la péninsule ibérique et d’Europe, puisqu’elle mesure 2 mètres de long. Des spécimens de 2,5 mètres ont même déjà été vus. Les femelles sont plus petites et ne dépassent généralement pas 1,5 mètre.

L’une des caractéristiques les plus représentatives de ce serpent se trouve sur sa tête. Au-dessus des yeux, il a des écailles préoculaires proéminentes qui ressemblent à des sourcils, ce qui donne à ce serpent une apparence unique.

Sa queue est longue et fine. La couleur des mâles adultes est uniforme et varie entre le gris clair, le vert olive et le brun. La zone ventrale est, elle, jaunâtre. Chez les jeunes spécimens et les femelles, le motif est plus varié en couleurs : ils arborent du noir, du blanc, du gris et du marron. Cette coloration leur permet de mieux se camoufler.

Caractère et comportement

Les couleuvres de Montpellier sont des serpents diurnes et ont une température corporelle élevée. Leur période d’activité s’étend généralement de mars à novembre. Toutefois, en raison de l’augmentation des températures due au changement climatique, les périodes pendant lesquelles ces serpents peuvent être vus augmentent.

Le pic d’activité quotidienne a généralement lieu entre 4 heures de l’après-midi et 8 heures. Ces serpents peuvent parcourir des distances d’environ 42 mètres par jour. Les mâles sont territoriaux.

Ce sont des serpents calmes, qui se montrent plus agressifs en période de reproduction ou face aux dangers. S’ils se sentent menacés, ils se lèvent et émettent un sifflement fort pour intimider leurs agresseurs. Ce serpent mord s’il est attrapé, et la blessure qu’il provoque est douloureuse, en raison de l’inoculation de venin.

Le venin de la couleuvre de Montpellier

Ce serpent a une dentition opisthtoglyphique. Cette conformation dentaire se caractérise par deux crocs à l’extrémité de la mâchoire rattachés aux glandes à venin. Afin d’inoculer les toxines, ces serpents doivent mordre fort sur la proie et la garder piégée.

Le venin de cette espèce est neurotoxique et a généralement un effet analgésique, qui se manifeste par des symptômes tels qu’une altération de la conscience et des contractions musculaires, entre autres. Sa morsure n’a pas d’importance clinique (sauf pour les effets indésirables), car son venin n’est pas hautement toxique.

Les morsures de la couleuvre de Montpellier chez l’homme sont très rares, car pour qu’un empoisonnement se produise, il est nécessaire que le serpent attrape la personne et fasse des mouvements de déglutition pour inoculer les toxines. En cas de morsure, les effets sont généralement locaux et apparaissent au cours des 6 premières heures.

Alimentation

Ce sont des serpents considérés comme peu sélectifs lorsqu’il s’agit de sélectionner leurs proies (au sein de leur statut de carnivores), ils ont donc une grande variété de victimes. La couleuvre de Montpellier se nourrit principalement de reptiles, d’oiseaux et de mammifères.

Ces serpents ne sélectionnent pas leur nourriture, ils consomment simplement ce qui abonde dans leurs habitats. Les reptiles sont souvent leurs principales proies, en particulier le lézard ocellé (Timon lepidus) et plusieurs espèces de lézards.

Les oiseaux sont les animaux les moins capturés, car les couleuvres de Montpellier ont tendance à dévorer les petits des nids plus tôt que les oiseaux adultes. Les proies changent selon la taille des spécimens : les nouveau-nés se nourrissent principalement d’insectes et les plus gros sont capables d’attraper des lapins.

Reproduction

Les couleuvres de Montpellier mâles commencent leur spermatogenèse au printemps, la saison de reproduction commence donc entre mai et juin. Les mâles se battent souvent entre eux et il est courant de les voir en boule.

La maturité sexuelle est plus précoce chez les mâles que chez les femelles. Ces dernières atteignent généralement la maturité sexuelle à 5 ans, et sont plus grandes que les mâles.

La ponte varie selon la taille de la femelle, qui peut pondre entre 4 et 20 œufs. Ceux-ci sont ensuite déposés dans des endroits humides et ensoleillés (terriers abandonnés, sous des pierres, sous des bûches ou parmi les feuilles mortes) et éclosent généralement fin août.

Le statut de conservation de la couleuvre de Montpellier

Le Libro rojo de los vertebrados de España classe la couleuvre de Montpellier dans la catégorie « préoccupation mineure », mais elle doit tout de même faire face à plusieurs dangers. Mourir écrasée sur la route est l’une de ses principales menaces lorsqu’elle prend le soleil. La persécution directe par l’homme en est une autre.

La fragmentation de leur habitat et l’accumulation de pesticides et d’insecticides dans les tissus et les œufs supposent également de graves conséquences à long terme pour cette espèce.

De plus, comme elles atteignent la maturité sexuelle tardivement, de nombreuses femelles n’atteignent pas l’âge de 5 ans. Par conséquent, le nombre de spécimens reproducteurs a tendance à diminuer avec le temps.

Il ne faut pas oublier l’importance de la couleuvre de Montpellier dans les écosystèmes, à la fois en tant que ravageur naturel et dans la chaîne alimentaire, puisqu’il est la nourriture de plusieurs espèces. La préserver n’est pas seulement une question de moralité, mais de responsabilité vis-à-vis de l’environnement qui nous entoure.

Cela pourrait vous intéresser ...
Titanoboa : le plus grand serpent du monde
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Titanoboa : le plus grand serpent du monde

Titanoboa cerrejonensis est un parent des anacondas d'aujourd'hui. Il a vécu dans les premières forêts tropicales et a atteint des dimensions immen...