Les 11 maladies les plus courantes chez l'agame barbu

Les parasitismes intestinaux et les infections à adénovirus font partie des pathologies les plus fréquentes chez l'agame barbu. Apprenez-en plus ici sur les principaux tableaux cliniques qui peuvent affecter ce reptile.
Les 11 maladies les plus courantes chez l'agame barbu

Dernière mise à jour : 20 novembre, 2021

L’agame barbu (Pogona vitticeps) est généralement assez docile, social, voyant et facile à garder en captivité. Cela en a fait un animal de compagnie très populaire parmi les fans de reptiles. Cependant, il faut faire attention à sa santé, car il est sensible à différentes maladies.

Ce reptile a une grande résistance aux conditions défavorables de son habitat, mais cela ne l’immunise pas contre toutes les pathologies. Il faut donc lui prodiguer des soins appropriés de manière continue pour préserver sa santé.

Les facteurs qui favorisent les maladies chez l’agame barbu

La plupart des pathologies qui affectent les reptiles en captivité sont causées par l’imprudence de leurs gardiens. Il est donc nécessaire de faire attention aux besoins de l’animal pour éviter des problèmes qui peuvent être fatals. Voici quelques points à considérer :

  • Conditions de l’habitat. Les reptiles dépendent des conditions de leur environnement pour activer leur métabolisme, donc toute altération pourrait avoir de graves conséquences sur leur santé. La température, l’humidité et l’éclairage sont les paramètres qui ont le plus d’impact sur ces animaux.
  • Régime alimentaire. Le régime alimentaire des animaux omnivores est généralement l’un des plus compliqués à maintenir, car ces animaux ont besoin d’une grande variété d’aliments. Ce facteur est très important, car une bonne nutrition maintient le corps vigoureux et lui permet de faire face aux pathologies. De plus, il existe une grande variété de problèmes nutritionnels qui peuvent coûter la vie à un reptile.
  • Hygiène. Au fil du temps, la saleté dans l’habitat s’accumule, ce qui entraîne l’apparition de sources d’infection dangereuses pour le reptile. Vous devez suivre une routine de nettoyage appropriée pour éviter cela. De plus, pensez à vous laver les mains avant et après avoir manipulé l’animal, afin d’empêcher la propagation des maladies.
  • Accidents. Toute blessure physique peut entraîner une pathologie grave, il est donc préférable de la traiter rapidement et correctement.
Un agame barbu.

Quelles sont les maladies les plus courantes chez l’agame barbu  ?

Les terrariums dans lesquels vivent les agames barbus sont souvent un endroit idéal pour l’éclosion des agents pathogènes. Par conséquent, si le reptile est faible à cause d’un manque de soins, il pourra facilement souffrir d’une pathologie qui menacera sa vie. Nous énumérons ci-dessous les maladies les plus fréquentes chez l’agame barbu.

1. La maladie osseuse métabolique

La maladie osseuse métabolique est une affection qui frappe plusieurs types de reptiles domestiques. Elle est causée par une carence en calcium et en vitamine D.

Ces carences sont généralement le résultat d’une mauvaise alimentation et d’un éclairage insuffisant (manque d’UVA et d’UVB). Le métabolisme de l’animal commence à déminéraliser les os, et les os deviennent alors plus cassants.

Le traitement consiste à donner des compléments alimentaires à l’animal, ce qui résout le problème en peu de temps. Cependant, les cas les plus sévères présentent des déformations invalidantes de la colonne vertébrale. Seul un vétérinaire sera en mesure de vous indiquer la meilleure option selon le cas.

2. La lipidose hépatique

La lipidose hépatique est causée par une consommation de graisses excessive. Cette ingestion excessive est due à une alimentation mal équilibrée ou à une suralimentation.

Les acides gras sont stockés dans le foie et ont des effets sur le métabolisme de l’animal. Les signes cliniques les plus courants sont la perte de poids, la léthargie et la pâleur de la muqueuse interne.

Le traitement de cette pathologie passe par des modifications du régime alimentaire de l’animal en vue de réguler l’apport en graisses et de stopper l’agglutination dans le foie. Cependant, il est également possible qu’une maladie adjacente soit à l’origine de la lipidose, ce qui est généralement exclu avec un examen clinique approfondi.

3. L’hypovitaminose (carence en vitamine B1)

La vitamine B1 (thiamine) joue un rôle essentiel dans l’organisme, car elle contribue à fournir de l’énergie à toutes les cellules du reptile. Ainsi, une carence en cette substance provoque une paralysie, une faiblesse et des spasmes. Le manque de thiamine peut être dû à une alimentation qui ne contient pas de légumes frais.

4. Les problèmes de mue

Ces problèmes sont généralement causés par la faible humidité de l’environnement. Toutefois, certaines parasitoses et autres maladies peuvent également être impliquées. Les zones les plus touchées sont les orteils, la queue et les pattes.

La peau morte stoppe la circulation sanguine. Par conséquent, les membres s’atrophient et finissent par disparaître. Le signe le plus évident est la présence de plaques opaques ou blanchâtres sur la peau.

5. La stomatite

La stomatite est une inflammation de la bouche, qui peut être due à divers agents pathogènes. Chez les agames barbus, cette situation est généralement causée par une bactérie qui profite de la susceptibilité de leurs dents (acrodonta). En effet, la structure dentaire de ces animaux est assez fragile et les prédispose à l’infection.

6. Les acariens

Les ectoparasites comme les acariens sont également courants sur la peau des reptiles. Il existe trois acariens différents pouvant infester l’agame barbu et s’installer dans les plis de sa peau. Le problème avec cette parasitose est sa persistance, car sans traitement approprié, il est difficile d’éliminer complètement les parasites.

Il est recommandé de nettoyer constamment l’habitat de l’agame barbu malade, afin d’éviter des infestations.

7. La maladie du champignon jaune

Cette maladie est causée par un champignon pathogène qui envahit la peau de l’agame barbu. Une dermatite jaune très évidente se développe à mesure que l’infection progresse. Cette pathologie peut être mortelle si elle s’aggrave, car elle affecte également les organes internes et provoque une défaillance multisystémique.

Pour le diagnostic, il est nécessaire qu’un professionnel examine les lésions et confirme la présence du champignon. Quant au traitement, seul un vétérinaire peut suggérer l’antifongique approprié pour contrôler la maladie. Malgré cela, gardez à l’esprit qu’il n’existe toujours pas de médicaments efficaces pour combattre la maladie.

8. L’infection à adénovirus

Les adénovirus sont un groupe d’agents pathogènes qui causent divers problèmes chez l’agame barbu. En général, la plupart des symptômes sont associés au système digestif, de sorte que les animaux atteints ne grandissent pas beaucoup et ne perdent pas de poids.

Les spécimens les plus touchés sont les jeunes et les nouveau-nés. Mais il existe également des cas parmi les adultes.

L’infection peut être détectée par une variété de tests cliniques, bien que les tests de nouvelle génération, tels que la PCR, soient un peu plus efficaces. Il n’existe actuellement aucun traitement efficace contre les adénovirus.

9. Les infections intestinales (oxyures et coccidies)

Les parasites intestinaux sont généralement courants chez les spécimens nourris avec des légumes non désinfectés. Dans ce cas, les endoparasites tels que les coccidies et les oxyures affectent l’intestin de l’animal.

Les symptômes les plus courants sont la léthargie, la diarrhée et la perte de poids. Les infestations sévères par les oxyures peuvent provoquer une occlusion intestinale.

10. L’occlusion intestinale

Les agames barbus ont tendance à consommer accidentellement une certaine partie de leur substrat, qui se retrouve dans leur système digestif et cause des problèmes. Il est donc essentiel de bien choisir le substrat.

Le sable, les graviers ou la sciure de bois peuvent s’agglomérer dans l’intestin de l’animal et provoquer une obstruction. Ces substrats sont donc déconseillés.

11. Les infections respiratoires

L’habitat des reptiles offre des conditions idéales pour le développement de divers agents pathogènes. Des micro-organismes comme les bactéries peuvent s’y développer sans une routine de nettoyage appropriée.

De plus, l’humidité permet à ces agents d’être en suspension dans l’air. Ils peuvent donc pénétrer dans les poumons de l’animal, et ainsi provoquer des maladies respiratoires.

Pour éviter cela, une excellente ventilation dans le terrarium est nécessaire. Vous évitez ainsi que l’air s’agglomère et que les bactéries aient les conditions pour se développer.

N’oubliez pas qu’il est également crucial de maintenir la propreté de la zone. Et ce, car les matières fécales et les déchets alimentaires sont des sources d’infection qui favorisent les infections respiratoires.

Les maladies courantes chez les pogonas sont multiples.

La plupart des pathologies chez les reptiles peuvent être évitées avec un bon entretien du terrarium. Tenez compte de tous les besoins fondamentaux de votre agame barbu, autrement vous devrez faire face à ses maladies.

Face à tout changement au niveau du comportement ou du physique de votre animal, consultez un vétérinaire. Un bilan préventif ne fait jamais de mal.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 reptiles domestiques pour les débutants
My Animals
Lisez-le dans My Animals
5 reptiles domestiques pour les débutants

Malgré l'incapacité de les apprivoiser complètement, certains reptiles sont des animaux de compagnie. Nous vous présentons ici 5 reptiles domestiqu...



  • Schmidt-Ukaj, S., Hochleithner, M., Richter, B., Hochleithner, C., Brandstetter, D., & Knotek, Z. (2017). A survey of diseases in captive bearded dragons: a retrospective study of 529 patients. Veterinární medicína, 62(9), 508-515.
  • Raiti, P. (2012). Husbandry, diseases, and veterinary care of the bearded dragon (Pogona vitticeps). Journal of Herpetological Medicine and Surgery, 22(3-4), 117-131.
  • Benato, L. (2010). Managing stomatitis in pet reptiles. Vet Times (Peterb), 2, 1-4.
  • Boyer, T. H. (2015). Diseases of bearded dragons. In Proceedings of the Pacific Veterinary Conference (pp. 1-6).
  • Barboza, T. (2021). Hepatic Lipidosis in the Bearded Dragon (Pogona vitticeps): Diagnostic and Therapeutic Investigations (Doctoral dissertation).
  • Abarca, M. L., Martorell, J., Castellá, G., Ramis, A., & Cabañes, F. J. (2009). Dermatomycosis in a pet inland bearded dragon (Pogona vitticeps) caused by a Chrysosporium species related to Nannizziopsis vriesii. Veterinary dermatology, 20(4), 295-299.