Mamba noir : caractéristiques, habitat et venin

13 avril, 2021
Le mamba noir est l'un des reptiles les plus meurtriers de la planète. La puissance des toxines qu'il produit, sa vitesse et sa grâce en font une véritable machine à tuer.

Le mamba noir (Dendroaspis polylepis) est le serpent le plus venimeux de toute l’Afrique. Le taux de mortalité de ses victimes s’élève à près de 100 %. Sur un continent où quelque 20 000 personnes meurent chaque année de l’inoculation de venin par les reptiles, cet élapidé gagne le prix douteux de l’animal le plus dangereux.

Le mamba noir est originaire de certaines régions d’Afrique subsaharienne. Il a été décrit en 1864 et, depuis lors, il a semé la terreur tant chez les touristes que chez les habitants présents dans son aire de répartition. Si vous voulez tout savoir sur ce reptile mortel et magnifique, poursuivez donc votre lecture.

Mamba noir : phylogénie et taxonomie

Le mamba noir (Dendroaspis polylepis) est un serpent qui appartient à l’ ordre des Squamata, plus précisément à la famille des Elapidae. Les élapidés forment un groupe de serpents qui comprend 55 genres et 360 espèces, à la fois terrestres et aquatiques, dont la réputation générale est d’être des animaux hautement toxiques.

Les élapidés ressemblent aux Colubridae, car ils ont un corps long et élancé recouvert d’écailles lisses. Les espèces terrestres de cette famille se trouvent dans les régions tropicales et subtropicales de la Terre, généralement dans l’hémisphère sud. Ce sont généralement des reptiles assez actifs et, par conséquent, dangereux.

Pour en revenir au mamba noir, au sein de la famille des Elapidae, il appartient au genre Dendroaspis, qui ne comprend que 4 espèces vivantes aujourd’hui. Le serpent qui nous concerne ici est le plus atypique de son groupe, puisque le reste des mambas sont de couleur verte et associés à un mode de vie arboricole.

Il existe 3 espèces de mambas au-delà du mamba noir : Dendroaspis angusticeps, Dendroaspis jamesoni et Dendroaspis viridis. Tous sont africains et de couleur verte.

Un mamba noir sur fond noir.

Son apparence physique

Comme tous les élapidés, le mamba noir a une forme allongée, lisse et élancée. Il a une tête en forme de cercueil – ironique, n’est-ce pas ? – et des yeux de taille moyenne. Les spécimens adultes mesurent entre 2 et 3 mètres de long. Toutefois, certains spécimens mesurant 4 mètres de long ont été aperçus.

En raison de sa taille, cette espèce occupe la deuxième position en tant que plus grand serpent venimeux du monde, dépassé par le cobra royal (Ophiophagus hannah). Le mamba noir se différencie facilement du reste des espèces, car comme nous l’avons dit, les autres mambas sont verts et plus petits.

En ce qui concerne sa morsure, cette espèce a des crocs de 6,5 mm de long. C’est un serpent protéroglyphique, c’est-à-dire que les crocs qui inoculent le venin sont situés dans la région antérieure de la bouche. En raison de cette dentition, les élapidés doivent appuyer momentanément pour inoculer le venin.

Nous sommes confrontés à une espèce gracieuse, légère et très rapide, ce qui la rend encore plus mortelle. Sur de bonnes surfaces, le mamba noir atteint une vitesse de 16 km/h pendant une course courte. De plus, en raison de sa longueur, il est capable de parcourir de longues distances pour mordre, et ce, de manière consécutive.

Ces serpents ne pèsent pas plus de 2 kilos et leur vertèbre caudale représente près de 25 % de leur corps. Sans aucun doute, son poids plume confère au mamba noir une vitesse inhabituelle.

Sa distribution

Heureusement – ou malheureusement pour les habitants – le mamba noir est endémique de certaines régions d’Afrique seulement. Dans sa carte de répartition, nous pouvons mettre en évidence des pays tels que l’Angola, le Botswana, le Burkina Faso, la République centrafricaine, l’Érythrée, le Sénégal, le Cameroun, l’Éthiopie.

Bien qu’il soit éminemment terrestre, le mamba noir se développe bien dans les arbres, tout comme ses cousins. Les 4 espèces du genre Dendroaspis sont des prédateurs diurnes. Ils se nourrissent d’oiseaux, d’autres reptiles et de petits mammifères.

Le poison du mamba noir

Nous ne pouvons pas terminer cet article sans souligner la capacité neurotoxique du venin de mamba noir. Ce venin a un taux de mortalité de prÈs de 100 % si le patient n’est pas traité. Une telle efficacité est très rare dans le monde des reptiles.

Fait intéressant, le venin de ce serpent ne contient pas d’enzymes protéases et, par conséquent, ne génère pas de nécrose localisée. Dans tous les cas, ce liquide est riche en dendrotoxines, qui inhibent les récepteurs et circuits nerveux.

En raison de la vitesse de l’animal, le patient peut même ne pas être conscient de la morsure. Les symptômes se présentent généralement au boux de dix minutes.

Les premiers signes cliniques sont un affaissement des paupières (ptosis) et un goût métallique dans la bouche. Petit à petit, le patient subit une paralysie progressive, qui se manifeste par un essoufflement, une incapacité à avaler, une vision trouble et, enfin, un arrêt respiratoire.

Sans traitement, l’effondrement se produit au bout de 45 minutes environ. Et la victime finit par mourir.

Un mamba noir sur terre.

En somme, le mamba noir possède des caractéristiques efficaces pour effrayer les plus courageux. Son venin est extrêmement mortel en soi, mais sa vitesse et sa morsure gracieuse font de ce reptile une véritable machine à tuer. Comme tous les animaux, il mérite respect et efforts de conservation, mais dans ce cas, toujours de loin.

  • Diochot, S., Baron, A., Salinas, M., Douguet, D., Scarzello, S., Dabert-Gay, A. S., … & Lingueglia, E. (2012). Black mamba venom peptides target acid-sensing ion channels to abolish pain. Nature, 490(7421), 552-555.
  • Laustsen, A. H., Lomonte, B., Lohse, B., Fernández, J., & Gutiérrez, J. M. (2015). Unveiling the nature of black mamba (Dendroaspis polylepis) venom through venomics and antivenom immunoprofiling: Identification of key toxin targets for antivenom development. Journal of proteomics, 119, 126-142.
  • STRYDOM, D. J. (1976). Snake Venom Toxins: Purification and Properties of Low‐Molecular‐Weight Polypeptides of Dendroaspis polylepis polylepis (Black Mamba) Venom. European journal of biochemistry, 69(1), 169-176.