Que sont les scinques, des serpents ou des lézards ?

10 juillet, 2020
Les scinques sont des animaux au corps allongé, très semblables aux serpents. Cependant, leur physiologie est différente. Savez-vous ce qui les rend différents ?

Bien que leur apparence laisse planer le doute, les scinques sont des lézards. La plupart d’entre eux sont terrestres, certains vivent dans les arbres. En général, les scinques ont un corps plus long que les autres lézards, et on a donc tendance à les confondre avec les serpents.

Les scinques se nourrissent d’invertébrés, principalement d’insectes. Cependant, certains mangent aussi des plantes, et les grandes espèces se nourrissent de vertébrés. La plupart pondent des œufs, mais il existe plusieurs espèces ovovivipare ou vivipare.

Les scinques sont un groupe très varié, avec un grand nombre de sous-espèces, il y en a plus de 1200.

Principales différences entre les lézards et les serpents

Tout d’abord, les différences entre les lézards et les serpents doivent être clarifiées. Bien que tous deux soient des reptiles, certaines caractéristiques clés les rendent très différents.

La plupart des lézards ont une peau sèche et écailleuse. De plus, les lézards ont quatre pattes à griffes et une longue queue. En général, les lézards ont une queue faible, un petit coup ou une traction la cassera. C’est un mécanisme de défense qui sert à perturber l’ennemi, permettant au lézard de s’échapper.

Les scinques ressemblent ç des serpents

Cependant, perdre la queue peut également être un inconvénient, car c’est là que les lézards stockent leur graisse. De plus, les queues de lézard assurent la stabilité et l’équilibre. Heureusement, les lézards peuvent se faire pousser une nouvelle queue.

D’autre part, nous avons les serpents, qui sont de taille variable. Ils vont des serpents africains – de la taille d’un crayon – aux anacondas assez gros pour avaler de très grosses proies. Ils vivent dans presque toutes les niches écologiques, à l’exception des régions polaires. Cependant, les serpents sont particulièrement abondants dans les régions tropicales et les déserts.

Les serpents – et certains lézards – possèdent des langues fourchues qui fonctionnent en conjonction avec les organes sensoriels du palais comme des scanners de l’environnement. Contrairement aux serpents, les lézards ont des paupières mobiles et une excellente vue.

À quoi ressemblent les scinques ?

Ainsi, les scinques sont, en fait, des lézards. Cependant, le corps de ces animaux a curieusement évolué pour ressembler davantage à des serpents, même s’ils sont toujours des lézards.

Les scinques ont de très petites pattes et c’est la principale différence entre eux et les serpents. En outre, ils ont également une tête légèrement relevée du sol et dirigée vers le haut.

Ces animaux ont une queue très longue et effilée, qui peut se détacher plusieurs fois au cours de leur vie et repousser. Les scinques qui ont perdu leur queue sont ceux qui ressemblent le plus aux serpents.

En raison de l’immense quantité de scinques, leur taille peut varier considérablement. Ils mesurent entre quelques centimètres et plus d’un mètre de long. Leur taille, bien sûr, dépend de leur habitat et de leur sous-espèce.

Les scinques à la queue bleue

 

Répartition géographique de ces curieux lézards

La répartition géographique des scinques n’est pas du tout spécifique car il existe de nombreuses sous-espèces différentes. On les trouve dans les montagnes, les savanes, le désert et même dans les prairies. Cependant, ils peuvent être difficiles à trouver, car ils ont tendance à se confondre très bien dans les arbres.

Quand ils seront enterrés, vous ne pourrez pas les retrouver du tout. De temps en temps, des scinques sont aperçus dans les communautés humaines. Malheureusement, ils sont tués lorsqu’on les voit parce qu’on les prend pour des serpents.

Reproduction des scinques

La reproduction du scinque est peut-être l’une de ses caractéristiques les plus curieuses. Contrairement à beaucoup d’autres animaux, ils ne montrent aucune affection maternelle. Au moment où les jeunes naissent ou dès la ponte, la mère s’en va et ne revient pas.

Comme d’autres types de lézards, certains scinques sont ovovivipares. Cela signifie qu’ils portent les œufs de leurs petits en eux jusqu’à l’éclosion, toujours à l’intérieur du corps de la mère. Mais curieusement, dès que les jeunes voient la lumière, ils sont seuls. La mère ne s’occupe pas d’eux et ne les aide pas, les jeunes doivent trouver un abri et de la nourriture par eux-mêmes.

 

Il en va de même pour la sous-espèce des scinques ovipares. La mère va créer une sorte de nid où les œufs pourront être gardés au chaud et à l’abri d’éventuels prédateurs.

Cependant, la mère quittera le nid dès que tous les œufs y auront été déposés. Elle ne sera pas là pour aider les jeunes à sortir des coquilles ou pour encourager leur survie de quelque façon que ce soit.

Comportement et alimentation

Cette espèce passe généralement beaucoup de temps dans les arbres. Ils descendent rarement sur le sol, seulement lorsqu’ils luttent pour trouver un abri ou de la nourriture. Cependant, il existe aussi des sous-espèces qui creusent pour se protéger au lieu de passer leur temps dans les arbres.

Les scinques ont tendance à être très timides et se débrouillent bien en captivité. Pour cette raison, ils ont aussi tendance à être de bons animaux de compagnie. Toutefois, il est important de s’assurer que vous disposez des moyens nécessaires pour les soigner. Cela comprend l’habitat, la température et la nourriture spécifique dont ils ont besoin.

Enfin, il convient de noter que ces animaux se nourrissent principalement de divers types d’insectes. Il peut s’agir de coléoptères, de grillons, de chenilles et de criquets. Parfois, ils se nourrissent de petits rongeurs et même de petites espèces de lézards.

En général, leur régime alimentaire dépend de leur habitat et des autres aliments disponibles.

 

  • Bauer, A. M., & Branch, W. R. (1999). Field guide to snakes and other reptiles of Southern Africa. Copeia, 1999(1), 236.
  • Luiselli, L. (2006). Resource partitioning and interspecific competition in snakes: the search for general geographical and guild patterns. Oikos, 114(2), 193–211.
  • Hartweg, N. (1931). Apparent Ovoviviparity in the Mexican Skink, Eumeces lynxae Wiegmann. Copeia, 1931(2), 61.
  • Laird, M. K., Thompson, M. B., & Whittington, C. M. (2019). Facultative oviparity in a viviparous skink (Saiphos equalis). Biology Letters, 15(4), 20180827.