Scincus Scincus : soins et élevage en captivité

11 mars, 2021
Il existe une lacune juridique concernant la détention du poisson de sable comme animal de compagnie. En raison du manque d'informations, cet animal est extrait de la nature et vendu par la suite.

Scincus scincus ou poisson de sable est une espèce qui est récemment devenue populaire en tant qu’animal de compagnie. Les amateurs de reptiles les admirent en raison de leur capacité à se déplacer dans le sable comme un poisson dans l’eau.

Cet animal est originaire de déserts tels que le Sahara. Mais également de régions désertiques et arides d’Arabie Saoudite, d’Irak et d’Iran. Ce sont des reptiles faciles à maintenir en captivité. Même si la plupart du temps ils sont sous le sable du terrarium. Découvrez ici les conditions optimales pour élever le scincus scincus en captivité.

Quelques considérations préalables

Même s’il s’agit d’un animal réellement attractif en raison de son corps allongé, ses courtes pattes et les couleurs de sa peau, le scincus scincus est une espèce rare. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) n’a pas pu établir de rapport sur son état actuel de conservation en raison de la difficulté à suivre l’espèce.

De même, la convention CITES n’inclut cette espèce dans aucune de ses annexes à cause d’un manque total d’informations. En outre, ce reptile se reproduit rarement en captivité.

Et il n’existe pas de données valables sur son mode de reproduction. En effet, nous ne savons pas si la femelle pond des oeufs ou si elle donne naissance à des petits vivants. Nous ignorons également si la parthénogénèse existe chez cette espèce.

Par conséquent, tous les animaux vendus en magasins ou par des particuliers sont retirés de leur milieu naturel et non élevés en captivité. Lorsque l’on achète un poisson de sable, nous cautionnons donc le trafic illégal ou légal des espèces, et tout ce que cela implique.

Un scincus scincus.

Les soins en captivité du scincus scincus

Même s’il n’est pas élevé en captivité, il est facile d’en prendre soin à la maison. Tant qu’il reçoit tout ce dont il a besoin, le poisson de sable vit tranquille dans son terrarium.

Le terrarium

Bien que le scincus scincus passe la plupart de son temps sous le sable, il peut devenir plus actif la nuit lorsqu’il sort chercher de la nourriture ou des compagnons. Il peut mesurer jusqu’à 20 centimètres de longueur, le terrarium doit donc être de la bonne taille.

Les dimensions minimales du terrarium doivent être 75x30x30 (longueur, largeur et hauteur). Soit approximativement les mêmes que pour un aquarium de 75 litres. Le terrarium doit disposer d’un couvercle pour éviter que l’animal ne s’échappe.

Le substrat doit être exclusivement composé de sable fin et doit avoir une profondeur d’environ 5 centimètres. En effet, le poisson de sable s’enfouit généralement à 3 centimètres de profondeur, pas plus. Mais c’est là qu’il passera presque tout son temps.

Il existe deux types de sables – formés à partir de carbonate de calcium – digestibles par les reptiles après une ingestion accidentelle. Ce sera toujours la meilleure option de substrat, car il permet d’éviter des impacts indésirables à long terme.

Par ailleurs, il est intéressant de placer des plantes artificielles ou naturelles dans le terrarium – comme des cactus ou des succulentes – qui peuvent résister au manque d’eau. Il est également pertinent de déposer des rochers afin de créer des cachettes.

Les conditions environnementales

Cet animal est originaire de climats désertiques et, bien qu’il puisse supporter des températures très élevées, il est préférable que la température à l’intérieur du terrarium ne dépasse jamais 35°C. La température optimale pour cette espèce se situe entre 23 et 27°C. La nuit, lorsque la lumière est éteinte, la température devrait descendre jusqu’à 21°C environ.

D’autre part, la chaleur et la lumière sont deux autres facteurs environnementaux qu’il faut prendre en compte. L’installation d’une ampoule de lumière ultraviolette est nécessaire. Il faut la changer tous les six mois, ou selon le fabricant. De plus, une ampoule de chaleur et une lumière froide sont utiles pour marquer le jour et la nuit.

Le dernier facteur à prendre en compte est l’humidité. Elle doit être maintenue en dessous de 30 %. Seules les plantes telles que les cactus ou les succulentes peuvent y vivre.

L’alimentation du scincus scincus 

Le scincus scincus est un animal insectivore. Son alimentation se base sur l’ingestion d’insectes. Il est capable de détecter les petites vibrations qu’ils produisent en marchant sur le sable. Ces reptiles sont de bons chasseurs et il ne faut jamais leur donner plus d’insectes qu’ils ne peuvent en manger en dix minutes.

Selon les informations fournies par les tuteurs, ces animaux peuvent également manger des feuilles et des végétaux de façon sporadique. Cela leur apporte davantage d’eau. Dans tous les cas, en captivité, il est recommandé d’ajouter un petit point d’eau afin que le scincus scincus puisse y avoir accès quand il en a besoin.

Un scincus ou poisson de sable.

Comme nous l’avons vu, les soins apportés au poisson de sable ne diffèrent pas beaucoup de ceux des autres lézards du désert. La principale différence est la difficulté de l’élevage en captivité, raison pour laquelle les animaux sont extraits de leur milieu naturel. Il appartient donc à l’éthique de chaque individu de les acquérir ou non.

  • Haley, M. (2021). Sandfish Shopping List. Reptifiles. Disponible en: https://reptifiles.com/sandfish-care-guide/shopping-list/
  • Hetherington, T. E. (1989). Use of vibratory cues for detection of insect prey by the sandswimming lizard Scincus scincus. Animal Behaviour, 37, 290-297.
  • Smith, K. (2021). Scincus scincus: Sandfish Skink. Animal Diversity Web. Disponible en: https://animaldiversity.org/accounts/Scincus_scincus/
  • Stadler, A. T., Vihar, B., Günther, M., Huemer, M., Riedl, M., Shamiyeh, S., … & Baumgartner, W. (2016). Adaptation to life in aeolian sand: how the sandfish lizard, Scincus scincus, prevents sand particles from entering its lungs. Journal of Experimental Biology, 219(22), 3597-3604.