Tortue alligator : habitat et caractéristiques

La tortue alligator est une espèce dont la détermination du sexe dépend de la température de l'environnement. De plus, cette tortue fait partie des chéloniens les plus grands et les plus meurtriers au monde.
Tortue alligator : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 30 juin, 2021

Quand on entend le mot “tortue”, l’image d’un beau reptile avec une carapace vient à l’esprit. Cependant, il existe une espèce qui ressemble plus à un petit dinosaure. La tortue alligator (Macrochelys temminckii) a des caractéristiques physiques qui rappellent assez celles d’un alligator ou d’un crocodile, du fait qu’elle a plusieurs pics et élévations le long de son corps.

Si son apparence ne suffisait pas, la morsure de ce reptile est aussi très puissante : elle peut endommager les tissus de n’importe quel vertébré. Cette tortue est plutôt grande et assez robuste, elle est donc capable de faire beaucoup de dégâts si vous la dérangez. Poursuivez donc votre lecture pour en apprendre plus sur cette espèce fascinante et dangereuse.

Les caractéristiques de la tortue alligator

La tortue alligator peut dépasser les 80 kg et est capable de vivre jusqu’à 70 ans en captivité. Elle se caractérise par un corps recouvert d’écailles et de plaques osseuses, qui ont des constrictions en forme de bec. D’autre part, sa carapace présente 3 rangées de pics le long de son corps, ce qui donne à l’animal un aspect épineux et archaïque.

Elle peut mesurer environ 75 centimètres de long, et sa queue se distingue par son épaisseur et sa longueur. La carapace de l’espèce peut mesurer jusqu’à 30 centimètres, certaines parties de son corps ne sont donc pas protégées. Cependant, ce chélonien est armé de griffes acérées et d’une forte mâchoire à bec, son armure n’est donc pas sa seule défense.

Les couleurs de la tortue sont sombres et vont du gris-brun au vert olive. Habitant les courants des rivières, son corps est souvent tapissé d’algues.

Une tortue alligator avec une bouche ouverte.

Comment la tortue alligator vit-elle ?

Le mode de vie de ce reptile est centré sur le maintien de sa position dans les courants d’eau, car c’est de là qu’il obtient la plupart de sa nourriture. Sa forme physique lui permet d’avoir un avantage, car il peut facilement être confondu avec le fond des rivières. Malgré cela, il se déplace beaucoup le long des plans d’eau et choisit des lieux de repos pour pouvoir s’abriter.

N’étant pas une espèce migratrice, son habitat est assez limité. Bien qu’elle passe la majeure partie de sa vie dans l’eau, lorsqu’elle se reproduit, elle pond ses œufs sur terre. En raison de ses caractéristiques, elle est considéré comme un prédateur du plus haut niveau trophique, ce qui signifie qu’elle a très peu d’ennemis à l’âge adulte.

Comment s’alimente-t-elle ?

Cette tortue est carnivore durant les premiers stades de sa vie. Cependant, au fur et à mesure qu’elle se développe, elle élargit son spectre nutritionnel et atteint le statut omnivore. Son régime alimentaire est composé de divers poissons, oiseaux, insectes, amphibiens, mammifères, crustacés et même d’autres tortues.

Ces chéloniens n’ont pas de préférence pour le type de viande car, en captivité, ils peuvent manger n’importe quel composé de viande, y compris des charognes.

La bouche de cet animal a développé une caractéristique particulière pour attirer et chasser les poissons. Le bout de la langue de cet animal ressemble à l’apparence d’un ver – forme vermiforme – dans le but d’inciter le poisson à se rapprocher. La tortue reste immobile au fond de l’eau avec la bouche ouverte, et lorsque sa proie arrive, elle a recours à sa morsure rapide, précise et mortelle.

Ce reptile chasse de préférence la nuit, presque comme une espèce nocturne. Cependant, il a également une activité pendant la journée, c’est pourquoi certains considèrent qu’il s’agit d’un animal opportuniste.

Reproduction

La tortue alligator est une espèce ovipare qui n’atteint sa maturité sexuelle qu’à 11 ou 17 ans. De plus, les mâles sont généralement plus gros que les femelles. Leurs nids comptent environ 35 œufs par ponte, mais ils ont une forte probabilité d’être pillés. C’est l’une des raisons pour lesquelles les populations de cette espèce ont diminué.

En 2013, le département de biologie et le musée d’histoire naturelle de l’université de Louisiane ont mené une expérience pour en savoir plus sur la prédation subie par les nids. Cette équipe a découvert que 100 % des abris ont été détruits et que les œufs sont devenus de la nourriture pour d’autres animaux. Ces résultats ne sont pas inhabituels, car selon la saison, un maximum de 20 % de la progéniture naît.

Comme si cela ne suffisait pas, parmi ces nouveau-nés qui parviennent à éclore, seuls 19,5 % parviennent à atteindre l’âge juvénile. Pour cette raison, la protection des nids a été proposée comme moyen d’empêcher le déclin de la population et une éventuelle extinction de l’espèce.

Le sexe de ces tortues est déterminé par la température à laquelle les œufs sont incubés. De plus, leur développement dans des eaux chaudes supérieures à environ 30°C les fait grandir plus vite.

Distribution

La tortue alligator est une espèce aquatique originaire des rivières des États-Unis. Elle est limitée aux plans d’eau qui se jettent dans le golfe du Mexique, de sorte que sa distribution s’étend de la Floride à l’est du Texas, en passant par l’Arkansas, la Géorgie, la Louisiane et l’Oklahoma.

Elle est considérée comme la plus grande espèce d’eau douce de la région, bien qu’elle ait subi des décennies de prédation humaine. La population de ce reptile a diminué à des niveaux qui commencent à être alarmants, en raison de la demande pour sa viande et les plats typiques de certaines régions, comme la soupe de tortue.

Peut-on avoir une tortue alligator comme animal de compagnie ?

Bien qu’elle puisse sembler être un animal exotique idéal pour les aquariums géants, il n’est pas recommandé d’avoir une tortue alligator chez soi. Et ce, en raison de sa taille et de son poids. Il est ainsi recommandé d’opter pour d’autres espèces de tortues comme animal de compagnie.

Par ailleurs, son habitat doit comporter à la fois des plans d’eau et des terres. En plus de cela, il doit y avoir de la végétation, des poissons, des roches et un débit d’eau constant. C’est pourquoi seuls les centres de protection spécialisés, les parcs naturels ou les zoos sont capables d’assumer la responsabilité d’entretenir et d’élever des spécimens de tortues alligators sur le long terme.

Enfin, du point de vue de sa conservation, cette espèce est classée comme vulnérable. Cette situation est due à son histoire de surexploitation par l’homme, et à des problèmes d’habitat et de reproduction. Heureusement, il existe déjà divers efforts pour la protéger de l’extinction, donc tout n’est pas encore perdu.

Dans certaines régions, il est interdit de garder cette espèce à la maison sans permis en raison de sa taille et de la puissance de sa morsure.

Une tortue alligator dans un aquarium.

Malgré ses mâchoires mortelles, cette espèce ne se distingue pas par son agressivité. Cependant, il faut faire très attention si vous tombez sur un de ces spécimens, car sa mâchoire peut briser des os. Tant que vous ne l’agressez pas ou n’essayez pas de la manipuler, vous serez en sécurité. Gardez toujours à l’esprit qu’il est essentiel de respecter la nature et ses membres.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’origine de la tortue
My AnimalsLisez-le dans My Animals
L’origine de la tortue

Nous avons pris l'habitude de la considérer comme un animal de compagnie... Mais quelle est donc l'origine de la tortue ?



  • Sheil, C. A. (2005). Skeletal development of Macrochelys temminckii (Reptilia: Testudines: Chelydridae). Journal of Morphology263(1), 71-106.
  • Riedle, J. D., Shipman, P. A., Fox, S. F., & Leslie Jr, D. M. (2006). Microhabitat use, home range, and movements of the alligator snapping turtle, Macrochelys temminckii, in Oklahoma. The Southwestern Naturalist, 35-40.
  • Baker, S., Kessler, E., Darville-Bowleg, L., & Merchant, M. (2019). Different mechanisms of serum complement activation in the plasma of common (Chelydra serpentina) and alligator (Macrochelys temminckii) snapping turtles. PloS one14(6), e0217626.
  • Chaffin, K., Norton, T. M., Gilardi, K., Poppenga, R., Jensen, J. B., Moler, P., … & Mazet, J. (2008). Health assessment of free-ranging alligator snapping turtles (Macrochelys temminckii) in Georgia and Florida. Journal of wildlife diseases44(3), 670-686.
  • Jensen, J. B., & Birkhead, W. S. (2003). Distribution and status of the alligator snapping turtle (Macrochelys temminckii) in Georgia. Southeastern Naturalist2(1), 25-34.
  • Elsey, R. M. (2006). Food habits of Macrochelys temminckii (alligator snapping turtle) from Arkansas and Louisiana. Southeastern Naturalist5(3), 443-452.
  • Alhaboubi, A. R., Pollard, D. A., & Holman, P. J. (2017). Molecular and morphological characterization of a haemogregarine in the alligator snapping turtle, Macrochelys temminckii (Testudines: Chelydridae). Parasitology research116(1), 207-215.
  • Lescher, T. C., Briggler, J. T., & Tang-Martínez, Z. (2013). Relative abundance, population structure, and conservation of alligator snapping turtles (Macrochelys temminckii) in Missouri between 1993–1994 and 2009. Chelonian Conservation and Biology12(1), 163-168.
  • Holcomb, S. R., & Carr, J. L. (2013). Mammalian Depredation of Artificial Alligator Snapping Turtle (Macrochelys temminckii) Nests in North Louisiana. Southeastern Naturalist, 12(3), 478–491. doi:10.1656/058.012.0303
  • Trauth, S., Farris, J., & Rauschenberger, R. H. (2004). Incubation of alligator snapping turtle (Macrochelys temminckii) eggs in natural and agricultural soils. Applied Herpetology1(3-4), 299-309.