Apprenez à connaître le cormoran : habitat, caractéristiques et reproduction

Le cormoran n'est pas seulement un oiseau aux capacités incroyables, mais représente également un certain risque pour l'environnement. En effet, il produit des matières fécales très acides, qui peuvent tuer la végétation et modifier les propriétés du sol.
Apprenez à connaître le cormoran : habitat, caractéristiques et reproduction
Cesar Paul Gonzalez Gonzalez

Rédigé et vérifié par le biologiste Cesar Paul Gonzalez Gonzalez.

Dernière mise à jour : 02 décembre, 2022

Le cormoran est un oiseau de pêche fantastique qui vit dans les régions côtières et dans divers plans d’eau à travers le monde. Bien qu’il soit capable de se submerger comme les autres oiseaux aux habitudes aquatiques, ces espèces particulières ont une caractéristique unique qui leur permet de mieux se déplacer dans l’eau.

Le terme “cormoran” ne se réfère pas seulement à une espèce particulière. Mais à plusieurs qui sont regroupées dans la famille des Phalacrocoracidés. S’il est vrai que les caractéristiques varient dans chacun des spécimens, ils présentent tous une coloration plus ou moins homogène et un plumage particulier. Continuez à lire cet article et découvrez-en davantage sur le cormoran.

Répartition et habitat

Le terme « cormoran » étant utilisé pour désigner plusieurs espèces, il est difficile de définir sa répartition. En effet, si tous les spécimens portant ce nom commun sont pris en compte, on pourrait dire qu’ils sont cosmopolites. Cependant, il y a une plus grande diversité dans les zones tropicales et avec des climats tempérés.

De plus, comme ils ont tous certaines habitudes aquatiques, ils sont limités à vivre à proximité de plans d’eau tels que des rivières, des ruisseaux, des lacs et des mers. La seule exigence que doit avoir son environnement est la présence de poisson. Car c’est le principal composant de son alimentation.

Un cormoran sur un morceau de bois au dessus de l'eau.

Caractéristiques physiques du cormoran

Les cormorans sont des oiseaux de taille moyenne avec une longueur de corps comprise entre 45 et 100 centimètres. Le bec est long et ils possèdent une poche pharyngienne qui s’étend pour stocker leurs proies. Cet oiseau également une paire de pieds palmés qui lui servent pour nager, mais qui se trouvent loin sur son corps. Ce qui le fait marcher un peu maladroitement sur terre.

Quant à leur coloration, les cormorans ne présentent généralement que deux motifs différents : une couleur foncée (noire ou brune) avec un éclat métallique sur tout le corps (monochromatique). Ou la partie supérieure foncée avec un plumage inférieur blanc (bicolore).

Types de cormorans

Selon une étude publiée dans la revue scientifique Molecular Phylogenetics and Evolution, il existe environ 40 espèces de cormorans dans le monde. Tous sont regroupés en 3 genres différents :

  • Microcarbo : aussi appelé cormoran de petite taille. Il contient 5 espèces vivantes, parmi lesquelles se distinguent le cormoran couronné et le cormoran africain.
  • Phalacrocorax : dans ce genre sont regroupés les grands cormorans qui vivent dans l’ancien monde. L’espèce la plus représentative est le grand cormoran.
  • Leucocarbo : du nom des cormorans aux yeux bleus. Habituellement, le groupe contient des espèces réparties dans l’hémisphère sud, en particulier en Amérique. Bien que certains spécimens vivent en Antarctique et en Nouvelle-Zélande.

Comportement

Comme mentionné, ces beaux oiseaux sont capables de s’immerger dans l’eau à des profondeurs de près de 10 mètres. Ceci grâce à deux facteurs principaux, ses puissantes pattes palmées qui le propulsent et son plumage adapté à se mouiller. Ce qui le rend facile à plonger. Bien sûr, le cormoran ne se repose pas dans l’eau, mais sort à terre et se repose sur les arbres ou sur les rochers pour sécher.

Contrairement à ce qui se passe chez les autres oiseaux semi-aquatiques, le cormoran n’a pas de plumage imperméable qui repousse l’eau. Cependant, grâce au fait que ses plumes se mouillent, cet oiseau prend du poids et est capable de plonger plus profondément. Ce qui facilite la capture de sa proie.

Bien que le cormoran possède des glandes qui sécrètent une huile spéciale pour imperméabiliser son plumage, c’est la structure de ses plumes qui leur permet de se mouiller. Cela signifie que cette fonctionnalité est en fait une adaptation qui améliore sa capacité à plonger.

Un cormoran dans l'eau.

Alimentation du cormoran

Comme vous pouvez l’imaginer, les cormorans basent leur alimentation sur le poisson. Bien qu’on puisse parfois les voir manger d’autres animaux tels que des mollusques, des crustacés, des vers et des céphalopodes. En général, le régime alimentaire de la plupart des espèces contient au moins 50 % de poisson.

Pendant la chasse, les poissons non seulement localisent leur proie d’en haut, mais après avoir plongé, ils la poursuivent également activement dans l’eau. Dès qu’ils sont capturés, ils sont ramenés à la surface et avalés entiers. Cela ne représente aucun problème pour leur digestion. Puisqu’ils régurgitent les parties les plus dures et les plus indigestes comme les os et les écailles.

La reproduction

La reproduction du cormoran a généralement lieu une fois par an peu avant le printemps. Cependant, en raison de sa large répartition et de sa diversité, le moment est susceptible de varier en fonction de l’espèce en question. Habituellement, les mâles accomplissent des actes de parade nuptiale qui consistent à montrer leurs ailes et leur plumage, avec lesquels ils essaient d’inciter la femelle à accepter d’être leur partenaire.

Si la femelle accepte, les deux commencent à construire le nid avec différents matériaux trouvés dans leur habitat. Alors que le mâle transporte tous les objets pour la construction, la femelle les accueille jusqu’à ce que son nid soit terminé. Dès qu’ils auront terminé, la nouvelle mère pondra entre deux et 4 œufs qui seront incubés pendant un maximum de 35 jours.

Force est de constater que le cormoran est un oiseau incroyable aux capacités aquatiques fabuleuses. En effet, depuis le 17e siècle, certaines populations asiatiques leur ont attachés des cordes autour du cou pour les empêcher d’avaler le poisson. Ensuite, ils les mettaient à pêcher puis récupéraient le poisson, ce qui facilitait leur travail. Cela ne fait que confirmer que les gens reconnaissent depuis longtemps la valeur et les capacités du cormoran.

Cela pourrait vous intéresser ...
La faune des îles Galápagos
My Animals
Lisez-le dans My Animals
La faune des îles Galápagos

Les îles Galápagos forment un endroit très spécial sur la planète, perdu au beau milieu de l'océan, qui abrite une faune absolument unique.



  • Beike, M. (2012). The history of cormorant fishing in Europe. Vogelwelt, 133(2012), 1-21.
  • Ishida, A. (1996). Changes of soil properties in the colonies of the common cormorant, Phalacrocorax carbo. Journal of Forest Research, 1(1), 31-35.
  • Velando, A., Alvarez, D., Mourino, J., Arcos, F., & Barros, A. (2005). Population trends and reproductive success of the European shag Phalacrocorax aristotelis on the Iberian Peninsula following the Prestige oil spill. Journal of Ornithology, 146(2), 116-120.
  • Grémillet, D., Argentin, G., Schulte, B., & Culik, B. M. (1998). Flexible foraging techniques in breeding Cormorants Phalacrocorax carbo and Shags Phalacrocorax aristotelis: benthic or pelagic feeding?. Ibis, 140(1), 113-119.
  • Lack, D. (1945). The ecology of closely related species with special reference to cormorant (Phalacrocorax carbo) and shag (P. aristotelis). The Journal of Animal Ecology, 12-16.
  • Kennedy, M., & Spencer, H. G. (2014). Classification of the cormorants of the world. Molecular Phylogenetics and Evolution, 79, 249-257.

Le contenu de Mes Animaux est rédigé à des fins informatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. En cas de doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.