Poisson d'or : habitat, caractéristiques et conservation

Le poisson d'or partage un habitat et ressemble beaucoup à Skiffia multipunctata. En effet, ils sont capables de s'accoupler et de produire une progéniture fertile.
Poisson d'or : habitat, caractéristiques et conservation

Dernière mise à jour : 01 août, 2022

Le poisson d’or est un poisson de petites dimensions avec des écailles assez grandes. Il est considéré comme endémique à la rivière Teuchitlan, à Jalisco, au Mexique. Cependant, il n’a pas été revu sur le site. Malgré cela, il a réussi à s’adapter à la vie en captivité. C’est pourquoi il a survécu de cette manière.

Formellement, son nom scientifique est Skiffia francae et il appartient à la famille des Goodeidae. Ce groupe se caractérise par plusieurs espèces endémiques au Mexique. Que sait-on actuellement sur ce poisson?

Le poisson d’or, vu pour la première fois

En 1978, Dolores Irene Kingston a découvert et décrit pour la première fois le poisson d’or. À cette occasion, elle en a également profité pour exporter certains spécimens du Mexique vers le musée de zoologie de l’Université du Michigan, où ils ont été gardés en captivité et conservés.

Après cette première description, il y a plusieurs tentatives pour recapturer cette espèce, en cherchant dans des régions proches de la zone d’origine. Pour ce faire, l’Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo s’est chargée d’effectuer la recherche, sans obtenir aucun résultat. Pour cette raison, ce poisson a été classé comme une espèce éteinte à l’état sauvage.

Poisson d'or.

Habitat du poisson d’or

Comme ce poisson n’existe plus à l’état sauvage, il existe peu d’informations sur son habitat. Cependant, de la région où il a été vu pour la dernière fois, on pense qu’il a habité des zones avec une végétation aquatique dense et des températures allant jusqu’à 26 degrés Celsius.

Caractéristiques physiques

Ce poisson peut atteindre 50 millimètres de long, il a un corps aplati et est de forme ovale. De plus, sa nageoire dorsale commence après ses nageoires pectorales, presque à mi-chemin de son corps, avec des différences de forme selon le sexe. La mâchoire de l’espèce se termine vers le haut, provoquant une courbure dans la région de son bas-ventre.

Sa coloration est couleur d’or, avec certains tons sombres sur les bords de ses nageoires. Son corps peut avoir certaines taches grises, qui deviennent plus évidentes en atteignant sa queue. Ces poissons possèdent entre 30 et 35 écailles de chaque côté, qui se distinguent par leur taille assez grande par rapport à leur petit corps.

Dimorphisme sexuel

Les mâles se distinguent par quelques indentations sur leur nageoire dorsale. De plus, leur pigmentation est or vif, avec quelques taches de la même couleur sur les nageoires. Leur coloration est plus éclatante pendant la saison de reproduction.

Au contraire, les femelles présentent des tons plus opaques, leurs nageoires sont transparentes ou grises. De même, leurs nageoires anales sont légèrement plus grandes que celles des mâles.

L’alimentation du poisson d’or

En captivité, il se conserve assez bien avec une nourriture sous forme de flocons. Il a également été testé avec des aliments vivants, tels que Daphnia, avec de bons résultats. Cependant, il préfère généralement manger des algues. Il semble donc avoir des habitudes herbivores. Il a même été trouvé en mangeant certaines algues qui sont incrustées dans les parois de l’aquarium.

Dans les premières descriptions de Kingston, il se nourrissait de diatomées, de petits escargots et de grains de pollen. Enfin, sa mâchoire est pleine de dents bifides qui l’aident à gratter diverses surfaces.

Reproduction du poisson d’or

Dans les environnements contrôlés, la saison de reproduction a lieu entre avril et novembre. Lorsque les températures restent à 24 degrés Celsius. Cependant, leur nombre de descendants est minime, comparé aux autres espèces de la même famille. Cela peut être dû au niveau élevé de consanguinité qu’il présente, car ils n’ont pas beaucoup de variation génétique.

C’est une espèce vivipare, dont le nombre de jeunes varie entre 4 et 12. Tandis que sa période de gestation augmente ou diminue en fonction de la température. À 22 degrés Celsius, ce processus ne dure que 8 semaines, donnant naissance à des petits de 11 millimètres de long.

Etat de conservation

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, il est répertorié comme éteint à l’état sauvage. Il ne reste plus qu’un niveau avant l’extinction totale, leur dernier espoir étant la gestion en captivité des spécimens survivants.

Ce poisson est gardé en aquarium depuis sa description jusqu’à nos jours. Il peut donc être considéré comme une espèce domestiquée. Cependant, tous les individus sont issus de la descendance d’une même portée. Cela a entraîné le maintien d’une faible variation génétique et d’une consanguinité élevée.

Menaces qui pèsent sur le poisson d’or

Un poisson d'or dans un aquarium.

Pour ces raisons, l’un de ses plus gros problèmes est l’apparition de malformations chez la progéniture, compliquant les besoins des poissons. Raison pour laquelle leur maintien en captivité est en danger.

Comme si cela ne suffisait pas, son habitat naturel est fortement exploité et pollué. Cela réduit les possibilités de réintroduction de l’espèce. Il atteint donc prochainement l’extinction.

Malheureusement, l’espèce se trouve au bord de l’extinction. Si, d’une part, l’endémisme l’affecte en captivité, l’exploitation de son habitat empêche sa réintroduction. La bataille pour la survie de ce poisson ne fait que commencer, mais elle pourrait se terminer par une fin tragique. Dans certains cas, il est incroyable de constater à quel point il est facile pour l’homme de faire disparaître un animal de la surface de la terre.

Cela pourrait vous intéresser ...

Est-il vrai qu’un poisson grandit en fonction de la taille de l’aquarium ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Est-il vrai qu’un poisson grandit en fonction de la taille de l’aquarium ?

La science tente de déterminer si un poisson grandit en fonction de la taille de l'aquarium. Pour le moment, la réponse est non.



  • Díaz Pardo, E. (2002). Ficha técnica de Skiffia francesae. Peces en riesgo de la Mesa Central de México. Laboratorio de Ictiología y Limnología, Departamento de Zoología, Escuela Nacional de Ciencias Biológicas, Instituto Politécnico Nacional. Bases de datos SNIB-CONABIO. Proyecto No. W039. México, D.F.
  • Webb, S.A. (1998). A phylogenetic analysis of the goodeidae (Teleostei: Cyprinodontiformes). Tesis (doctorado). Museum of Zoology, University of Michigan – Ann Arbor. USA
  • Kingston, D. I. (1978). Skiffia francesae, a new species of goodeid fish from Western Mexico. Copeia, 503-508.
  • la Vega-Salazar, D., & Marina, Y. (2006). Estado de conservación de los peces de la familia Goodeidae (Cyprinodontiformes) en la mesa central de México. Revista de Biología Tropical54(1), 163-177.
  • De La Vega-Salazar, M. Y., Avila-Luna, E., & Macías-Garcia, C. (2003). Ecological evaluation of local extinction: the case of two genera of endemic Mexican fish, Zoogoneticus and Skiffia. Biodiversity & Conservation12(10), 2043-2056.
  • Koeck, M. (2019). Skiffia francesaeThe IUCN Red List of Threatened Species 2019: e.T20285A2757376. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2019-2.RLTS.T20285A2757376.en.