Tout sur les crevettes squelettes

Il est probable que grâce à sa capacité mimétique et sa petite taille, la crevette squelette pourrait devenir une espèce envahissante dans divers types d'habitats. Cependant, pour le moment, aucune information précise ne permet de le confirmer.
Tout sur les crevettes squelettes
Cesar Paul Gonzalez Gonzalez

Rédigé et vérifié par le biologiste Cesar Paul Gonzalez Gonzalez.

Dernière mise à jour : 05 octobre, 2022

Les crevettes squelettes sont un invertébré particulier qui présente une “peau” transparente. Ce qui permet de voir leur “squelette”. Grâce à cette caractéristique, les spécimens peuvent se confondre dans leur environnement et passer inaperçus auprès de leurs prédateurs.

Le terme « crevette squelette » ne désigne pas une seule espèce, mais plutôt toute la famille des Caprellidae. Cependant, il y a un nouveau membre dans ce groupe dont le nom scientifique est Liropus minusculus. Continuez de lire cet article et apprenez-en plus sur la curieuse crevette squelette.

Habitat et répartition

Le premier spécimen connu de cette espèce a été trouvé à 30 mètres de profondeur dans une grotte au large de l’île de Catalina, en Californie. Cependant, on pense qu’elle pourrait se répartir dans tout le nord-est de l’océan Pacifique. Ceci est en contraste frappant avec le reste de la famille des Caprellidae. Car la plupart des spécimens vivent dans l’Atlantique ou la Méditerranée.

Grâce à son apparence, la crevette squelette passe inaperçue de la plupart de ses prédateurs. Elle a donc tendance à rester exposée sur les rochers et les plantes. De plus, elle partage son habitat avec plusieurs animaux marins invertébrés tels que les hydrozoaires et les bryozoaires. Avec lesquels elle se confond pour ressembler à un filament de plus de son corps.

Caractéristiques physiques des crevettes squelettes

Comme mentionné, la principale caractéristique de cette crevette particulière est qu’elle présente un corps translucide qui révèle un type de filament semblable à un “squelette”. Il convient de noter que cette structure ne représente pas leurs os. En effet, les arthropodes n’ont pas de structure osseuse et ont des exosquelettes. Par conséquent, le “squelette” observé est en fait une astuce visuelle pour se fondre dans l’environnement.

De même, la crevette squelette est de petite taille, mesurant seulement entre 2,1 et 3,3 millimètres de longueur. Cela signifie qu’elle est presque invisible pour les humains. Cependant, son corps conserve la forme typique en “C” que l’on retrouve chez les crevettes que l’on connaît déjà. En effet, en raison de leur apparence translucide, elles sont également connues sous le nom de crevettes fantômes.

Le corps des crevettes squelettes conserve la même structure que les autres amphipodes, qui se compose de 13 divisions ou blocs appelés métamères. Chacune de ces sections contient deux paires de pattes qu’elles utilisent pour nager, mais les deux premières sont modifiées en griffes pour attraper et chasser. Tandis que leurs dernières paires de pattes sont conçues pour se fixer sur le substrat.

Comportement

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la crevette squelette est un prédateur né qui reste vigilant afin d’attraper sa proie. Parce que son corps est discret dans l’environnement, tout ce qu’elle a à faire est d’attendre patiemment que ses victimes s’approchent, presque comme une mante religieuse. Pour cette raison, elle passe beaucoup de temps immobiles sur les rochers ou la végétation marine.

Alimentation des crevettes squelettes

En général, la crevette squelette se distingue par son régime alimentaire omnivore, composé d’une grande variété de micro-organismes plus petits qu’elle-même. Parmi les plus populaires figurent les diatomées, les détritus, certains vers, divers types de protozoaires et même certaines larves de crustacés.

Crevette squelette de face sur fond noir

La reproduction

Malheureusement, depuis que la crevette squelette a été signalée en 2013, il n’y a pas beaucoup d’informations sur sa reproduction. Malgré cela, on pense qu’elle pourrait suivre le même schéma d’accouplement que ses plus proches parents. Cela signifie que leur cycle de reproduction a lieu juste après la mue, car c’est seulement à ce moment-là que le mâle peut féconder la femelle.

Ces types d’organismes fertilisent leurs œufs à l’extérieur. Cependant, la femelle capture les œufs et les protège dans un petit “sac” qu’elle présente sur son ventre. Dès leur éclosion, les jeunes ont l’apparence d’un adulte, mais sont beaucoup plus petits.

Enfin, s’il est vrai que l’on ignore encore beaucoup de choses sur la crevette squelette, il est fascinant de voir comment elle s’est adaptée à son environnement. Ses caractéristiques lui ont permis de devenir un prédateur féroce malgré sa taille, ce qui est un avantage dans l’océan. C’est un exemple parfait de la beauté de la nature et de sa capacité à générer des espèces aussi incroyables.

Cela pourrait vous intéresser ...
Coraux et algues microscopiques
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Coraux et algues microscopiques

Dans l'écosystème marin, l'un des exemples les plus connus de symbiose est celle qu'établissent les coraux avec les dinoflagellés photosynthétiques...



  • Sánchez-Moyano, J. E., García-Asencio, I., & Guerra-García, J. M. (2015). Littoral caprellids (Crustacea: Amphipoda) from the Mexican Central Pacific coast, with the description of four new species. Journal of Natural History, 49(1-2), 77-127.
  • Guerra-Garcia, J. M., & Hendrycks, E. A. (2013). A new species of Liropus (Crustacea, Amphipoda, Caprellidae) from California, USA, with an illustrated key of the genus. Zootaxa, 3718(5), 467-476.
  • Mauro, F. D. M., & Serejo, C. S. (2015). The family Caprellidae (Amphipoda: Caprelloidea: Caprellidae) from Campos Basin, Southwestern Atlantic, with a key of species occurring in Brazil. Zootaxa, 4006(1), 103-127.
  • Guerra-Garcia, J. M., Chatterjee, T., & Schizas, N. V. (2015). New genus and new species of Caprellidae (Crustacea: Peracarida: Amphipoda) from the mesophotic coral ecosystems of Puerto Rico and St. Croix, Caribbean Sea. Zootaxa, 4018(1), 80-96.