Y a-t-il des animaux droitiers et gauchers ?

27 octobre, 2020
Les animaux vertébrés peuvent être droitiers ou gauchers. Savez-vous ce qu'il en est pour votre animal de compagnie ? Voici quelques conseils pour le savoir.

Bien qu’ils n’utilisent pas leurs membres comme chez l’homme, les animaux peuvent être bel et bien droitiers ou gauchers. Cela peut paraître incroyable, mais les vertébrés ont également tendance à utiliser un de leurs membres plus que l’autre. Au sein de chaque espèce, le pourcentage de gauchers et de droitiers est généralement de 50 %.

Bien que cette caractéristique ne soit pas une condition chez les animaux domestiques, il est toujours curieux d’en savoir plus sur l’animal qui vit avec vous. C’est pourquoi nous vous disons ici quels animaux sont gauchers ou droitiers et comment le découvrir.

Les animaux gauchers et droitiers dans la nature

Certaines études ont montré que chez les chimpanzés et les gorilles, le pourcentage d’utilisation de la main droite s’élève respectivement à 65 % et 75 %. De plus, cela semble être positivement corrélé avec la main utilisée par la mère.

C’est pourquoi de nombreux chercheurs considèrent que l’utilisation de la main droite ou gauche chez les primates est quelque chose d’appris. Cela n’est pas le cas de l’homme, chez qui cette utilisation semble être innée.

Cette question ne concerne pas seulement les primates et les humains, car tout animal vertébré montrera une préférence pour l’utilisation de l’un ou l’autre membre.

Asymétrie cérébrale et animaux droitiers et gauchers

Les animaux vertébrés, y compris les humains, ont le cerveau divisé en deux moitiés ou hémisphères. Cette latéralisation affecte également le reste du corps. Ainsi, le côté droit du cerveau contrôle le côté gauche du corps et l’hémisphère gauche du cerveau contrôle le côté droit.

Cela pourrait être la raison pour laquelle, chez les humains, certains d’entre nous ont plus de contrôle sur le côté droit et d’autres sur le côté gauche. Chez les autres espèces de vertébrés, la même chose se produit : la latéralisation peut entraîner l’existence d’animaux droitiers et gauchers.

La latéralisation du cerveau explique le fait qu'un animal peut aussi être droitier ou gaucher.

Les processus de développement qui provoquent la latéralisation sont encore à l’étude. Cependant, de nombreux tests empiriques effectués sur des animaux montrent qu’ils peuvent avoir un meilleur contrôle de leur main droite ou gauche, de leur jambe, de leur aile et de leur nageoire.

D’autre part, des recherches sur les rats montrent que les rats droitiers ont une concentration d’un neurotransmetteur différente dans une région du cerveau que les rats gauchers ou ambidextres. Malgré cela, il s’agit d’un domaine très vaste qui nécessite encore beaucoup de recherches.

On ne sait pas comment se créent ces connexions qui pourraient faire qu’un animal soit droitier ou gaucher. On ne sait pas non plus si elles sont influencées par des facteurs génétiques, environnementaux ou comportementaux. Pour le moment, il n’existe que des théories, lesquelles sont très critiquées.

Pourquoi est-il important de savoir si un chien est droitier ou gaucher ?

Cette question va au-delà du fait de savoir avec quel membre son animal de compagnie est le plus à l’aise. Lorsqu’un spécimen utilise sa patte droite, cela nous montre que le côté gauche de son cerveau est plus développé et peut posséder plus de connexions neurales dans cet hémisphère.

Le cerveau en tant que tel est divisé en différentes zones réparties en groupes de neurones. Si un animal en utilise certains plus que d’autres, cela pourrait définir de nombreux facteurs de son comportement. Par exemple, un animal droitier peut avoir une plus grande capacité à s’orienter qu’un gaucher, ou un gaucher peut avoir une plus grande capacité à se concentrer.

Répondre à cette question nous permet alors de savoir savoir quels sont les chiens les plus adaptés pour être des chiens guides, des chiens de thérapie ou d’aide, des chiens policiers, des chiens de secours, etc. Pour ce type de travail, seuls les chiens droitiers sont recherchés.

Comment savoir si son animal est droitier ou gaucher ?

Comment savoir si votre animal est droitier ou gaucher ?

Il n’est pas si facile de savoir si son chat ou chien est droitier ou gaucher. On peut penser qu’en appelant simplement notre animal lorsque il est assis ou couché pour voir quel membre il utilise en premier, on saura si l’animal est gaucher ou droitier. Malheureusement, ce n’est pas si simple.

Pour pouvoir dire avec une certaine certitude que votre chien ou votre chat utilise une patte ou l’autre, vous devrez répéter plusieurs exercices des dizaines de fois. Les astuces que vous pouvez appliquer sont les suivantes :

  • Cacher un morceau de nourriture sous un meuble où il ne pourra utiliser qu’une seule patte.
  • Pour les chiens, gardez une récompense dans votre poing et regardez avec quelle patte il frappe votre main.
  • Pour les chats : en position debout, tenez la nourriture. Le chat se lèvera et essaiera de l’attraper avec une de ses pattes (ou les deux, n’oubliez pas qu’il y a des animaux ambidextres).
  • Au fur et à mesure que vous avancez dans vos recherches, vous pouvez également l’appeler lorsqu’il est en position assise pour voir quelle pâte il utilise en premier.

Enfin, n’oubliez pas de noter les résultats de chaque activité. Bien que cette caractéristique ne soit pas particulièrement pertinente pour la routine de l’animal, il est toujours bon d’en savoir plus sur son compagnon.

  • Agustín, C. (2012). De animales diestros y animales zurdos. Investigación y ciencia. Disponible en: https://www.investigacionyciencia.es/blogs/psicologia-y-neurociencia/30/posts/de-animales-diestros-y-animales-zurdos-10620
  • Hopkins, WD (2006). Análisis comparativo y familiar de la mano en los grandes simios. Boletín psicológico, 132 (4), 538–559.
  • Llorente, M., Fabré, M., & Mosquera, M. (2008). Lateralización cerebral en chimpancés: una aproximación filogenética al estudio del cerebro humano. Estudios de Psicología, 29(2), 147-161.
  • Nalivaeva, N. N., Plesneva, S. A., Chekulaeva, U. B., Vasil’eva, I., Varlinskaia, E. I., & Klement’ev, B. I. (1996). The biochemical characteristics of the sensorimotor cortex in right-handed, left-handed and ambidextrous rats. Zhurnal evoliutsionnoi biokhimii i fiziologii, 32(1), 75-81.
  • Rogers, L. J. (2009). Hand and paw preferences in relation to the lateralized brain. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, 364(1519), 943-954.
  • Schaafsma, S. M., Riedstra, B. J., Pfannkuche, K. A., Bouma, A., & Groothuis, T. G. G. (2009). Epigenesis of behavioural lateralization in humans and other animals. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, 364(1519), 915-927.
  • Warren, J. M. (1980). Handedness and laterality in humans and other animals. Physiological psychology, 8(3), 351-359.