10 curiosités sur le guppy

Le guppy est l'un des animaux les plus célèbres du monde de l'aquarium. Découvrez ici quelques curiosités à son sujet.
10 curiosités sur le guppy

Dernière mise à jour : 31 juillet, 2021

Le guppy, également connu sous le nom de “poisson arc-en-ciel”, est l’un des poissons d’eau douce les plus célèbres de l’aquariophilie. Ce sont des animaux très adaptables qui ont été établis dans un large éventail d’écosystèmes et de conditions, ce qui montre leur potentiel de colonisation et leur entretien facile.

Ce petit poisson actinoptérygien se distingue par sa magnifique queue ornée, mais au-delà de sa coloration, bien d’autres éléments le distinguent des autres poissons. Si vous voulez en savoir plus sur lui, découvrez ci-après quelques fait curieux qui vous fascineront.

1. Les guppys forment une très grande famille de poissons

Le poisson guppy (Poecilia reticulata) appartient à la famille des Poeciliidae, un clade qui comprend plus de 300 espèces, dont certaines sont très célèbres dans le monde de l’aquariophilie. Au-delà du guppy, on trouve d’autres poecilidés commercialisés dans les animaleries : le molly (Poecilia sphenops), le platy (Xiphophorus maculatus) et le xipho (Xiphophorus hellerii).

Tous ces poissons se distinguent par leur entretien simple et leur belle apparence. Et même si certains d’entre eux sont très petits, il est recommandé de les conserver dans des aquariums d’au moins 40 litres. Étant des animaux tropicaux, un bon appareil de chauffage et un système de filtrage approprié sont également nécessaires.

2. Les guppys ont une très large  distribution

L’une des curiosités les plus remarquables du poisson guppy est sa capacité à s’adapter à différents écosystèmes. Cette espèce est endémique des régions d’Antigua-et-Barbuda, de la Barbade, du Suriname, de la Guyane, de Trinité-et-Tobago et du Venezuela. Malgré cela, il a été intentionnellement introduit sur tous les continents du monde, à l’exception de l’Antarctique.

Le guppy est l'un des meilleurs poissons pour les débutants.

3. Le guppy a été introduit pour manger des moustiques

L’introduction forcée du guppy dans certains écosystèmes a des connotations sanitaires : en se nourrissant de larves de moustiques, il réduit la charge pathologique que ces invertébrés dans certaines régions. Un fait similaire s’est produit avec Gambusia affinis, une autre espèce venimeuse similaire à celle qui nous intéresse ici, mais avec des couleurs plus grises.

Dans des pays comme l’Espagne, G. affinis est devenu une espèce invasive, comme l’indique le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique. Son potentiel d’adaptation et sa facilité de reproduction lui ont valu le crédit douteux d’être l’une des 100 espèces envahissantes les plus nuisibles au monde.

L’introduction d’espèces exotiques pour lutter contre les ravageurs n’est presque jamais la solution.

4. Le dimorphisme sexuel est très clair

Le guppy représente l’un des cas les plus évidents de dimorphisme sexuel dans le monde des poissons d’eau douce. Les mâles sont petits (1,5 à 3,5 centimètres) et minces, tandis que les femelles sont plus longues (3 à 6 centimètres) et leur région abdominale est beaucoup plus volumineuse. De plus, les mâles portent une queue beaucoup plus grande et tape-à-l’œil.

5. Une espèce soumise à la sélection génétique

Comme beaucoup d’animaux domestiques que nous connaissons aujourd’hui, une autre des curiosités du poisson guppy est qu’il est passé par un processus exigeant de sélection génétique au fil des ans. Les gènes hérités entre générations encodent la taille des nageoires, les couleurs, la forme et la tonalité générale du corps.

Ces caractéristiques peuvent être “isolées” en croisant uniquement les spécimens qui les possèdent, jusqu’à ce qu’elles se fixent chez tous les descendants. Grâce à ce processus de sélection, différents types de guppys ont vu le jour : queue de pelle, épée supérieure, queue de lyre, queue en pointe et bien d’autres.

6. Les couleurs du guppy font partie de la parade nuptiale

Le système reproducteur des guppys est de type polyandrie, c’est-à-dire qu’une femelle peut se reproduire avec plusieurs mâles. Cela profite également aux mâles : plus les femelles sont réceptives, plus elles peuvent étendre leurs gènes en un seul événement reproducteur. Ils ne perdent pas non plus trop d’énergie, car ils ne s’occupent des jeunes à aucun moment du processus.

Comme l’indiquent les études, les femelles choisissent les mâles en fonction de leurs schémas de couleurs, les plus voyants étant les plus réussis. Pour cette raison, on peut supposer que la tonalité des mâles est un signe honnête de leur qualité génétique.

7. Les petits naissent formés et vivants

Presque tous les membres de la famille des Poeciliidae sont vivipares, ce qui est très inhabituel dans le monde des poissons. Cela signifie que les femelles donnent naissance à une progéniture formée et vivante, au lieu de pondre des œufs qui mettront un certain temps à se développer.

Par conséquent, la période de gestation est un peu plus lente chez le guppy, cela prend jusqu’à 30 jours. Néanmoins, ce sont des animaux extrêmement prolifiques : une seule femelle peut donner naissance à entre 5 et 30 jeunes en un seul événement reproducteur. L’accouchement est réalisé de manière individuelle et il y a généralement des pauses entre les « vagues » de naissances.

8. Ces poissons évitent la consanguinité

La dépression de consanguinité concerne les animaux apparentés qui se reproduisent les uns avec les autres. Plus un père et une mère sont génétiquement similaires, plus il est probable que la progéniture présente un dysfonctionnement, que ce soit à court ou à long terme.

Si de nombreux parents se croisent entre eux, il faut s’attendre à ce que les maladies et les conditions héréditaires s’accumulent chez la progéniture. Pour éviter cela, les guppys ont certains mécanismes post-copulatoire.

Par exemple, en interne, face à 2 types de spermatozoïdes, le premier à atteindre l’ovule est celui qui est génétiquement le plus éloigné de la femelle fécondée. Les mécanismes par lesquels cela se produit ne sont pas encore entièrement connus, et c’est l’une des curiosités les plus fascinantes sur ce poisson.

9. Ces poissons ont de nombreux prédateurs

La sélection sexuelle masculine peut être coûteuse. En raison de leurs couleurs si frappantes, leurs prédateurs, tels que les plus gros poissons et certaines espèces d’oiseaux, les voient très facilement.

Pour cette raison, les populations sauvages ont tendance à se regrouper en « bancs » si les menaces dans l’environnement sont multiples. Plus ils sont proches, plus la probabilité d’être avalé est réduite.

10. En captivité, le guppy peut avoir certains problèmes

Comme nous l’avons dit dans les lignes précédentes, les poissons guppy sont capables d’éviter la dépression de consanguinité, mais seulement jusqu’à un certain point. Si les spécimens familiaux sont croisés de force pour favoriser un trait particulier, la progéniture est susceptible d’être de moins en moins viable.

Les guppys croisés de force sont généralement plus faibles que leurs homologues sauvages.

Un couple de poissons guppy.

En somme, au-delà de leurs belles couleurs, ces animaux possèdent une capacité d’adaptation inhabituelle et un système reproducteur extrêmement complexe. Si vous voulez en savoir plus sur eux, pourquoi ne pas essayer de mettre en place un aquarium pour un groupe de 6 spécimens et de les analyser en direct ?

Cela pourrait vous intéresser ...
Un tiers des poissons d’eau douce sont en danger d’extinction, selon une étude
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Un tiers des poissons d’eau douce sont en danger d’extinction, selon une étude

Le rapport publié en 2021 sur les poissons d'eau douce en voie de disparition indique que plus d'un tiers de ces poissons pourrait disparaître.



  • Gambusia holbrooki, MITECO. Recogido a 27 de julio en https://www.miteco.gob.es/es/biodiversidad/temas/conservacion-de-especies/gambusia_holbrooki_2013_tcm30-69917.pdf
  • Espinosa-Santana, N. (2010). Selección sexual en machos de Poecilia reticulata (gupis) ante hembras emparentadas. Anales universitarios de etología.
  • Rodríguez, J. A., Rojas, G. C., & Castro, K. R. (2005). Selección de pareja y comportamiento sexual de los guppys (Poecilia reticulata). Orinoquia, 9(2), 38-44.
  • Croft, D. P., Krause, J., & James, R. (2004). Social networks in the guppy (Poecilia reticulata). Proceedings of the Royal Society of London. Series B: Biological Sciences, 271(suppl_6), S516-S519.
  • Reznick, D. N., Shaw, F. H., Rodd, F. H., & Shaw, R. G. (1997). Evaluation of the rate of evolution in natural populations of guppies (Poecilia reticulata). Science, 275(5308), 1934-1937.