Baleine 52 herts : la baleine la plus solitaire au monde

La baleine 52 hertz reste mystérieuse. Bien qu'elle n'ait jamais été trouvée, il pourrait s'agir d'un hybride de 2 espèces différentes.
Baleine 52 herts : la baleine la plus solitaire au monde

Dernière mise à jour : 08 juin, 2021

Les océans de la planète sont vastes et largement inexplorés. Leur observation méticuleuse permet d’ouvrir une fenêtre sur les innombrables secrets qui se cachent encore. C’est le cas de la baleine 52 hertz, une créature marine connue uniquement par les enregistrements de son chant.

Cet animal n’a jamais été vu, mais on pense qu’il s’agit d’une baleine, en raison des caractéristiques du chant si particulier. Cependant, aucun autre spécimen connu de son espèce n’est capable de chanter à une fréquence aussi élevée, qui oscille à plus de 52 hertz.

Les vocalisations, qui sont normalement imperceptibles pour l’homme, font partie intégrante du comportement social des cétacés. Certains pensent que cette baleine ne peut pas communiquer avec ses pairs en raison de son chant unique. Elle vivrait alors isolée. Si vous voulez en savoir plus sur elle, poursuivez donc votre lecture.

La découverte de la baleine 52 hertz

William Watkins, un chercheur pionnier de la Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI), a détecté pour la première fois les sons de baleine 52 hertz en 1989. Avec son équipe, Watkins a enregistré les mêmes vocalisations en 1990 et 1991.

Après la fin de la guerre froide, l’US Navy a partiellement déclassifié son système de surveillance sonique (SOSUS). Cet ensemble d’hydrophones, initialement conçu pour détecter les sous-marins, a permis aux scientifiques de l’OMSI de surveiller cet animal chaque année pendant 12 ans, à partir de 1992.

Le suivi a abouti à une étude qui a vu le jour en 2004, très peu de temps après la mort de Watkins. Cette publication a retenu l’attention des médias, émus par l’histoire d’une baleine qui chantait à une fréquence différente de toutes les autres.

Ce cétacé a acquis une grande importance culturelle. Des chansons ont été écrites et des films ont été produits à son sujet. Cependant, ce grand impact médiatique a entraîné une série de spéculations sur l’animal, qui peuvent ne pas correspondre à la réalité.

Serait-ce Whalien 52 ?

Le chant de la baleine 52 hertz

Bien qu’au début cela ait été difficile à croire pour les chercheurs, le son mystérieux semblait provenir d’une baleine. Cependant, ce son est très différent du reste des vocalisations connues des baleines.

Le rorqual bleu chante à une fréquence comprise entre 10 et 40 hertz, et le rorqual commun chante à 20 hertz. Ce sont les 2 espèces avec les vocalisations les plus similaires. Quant à la baleine 52 hertz, comme son nom l’indique, elle chante à une fréquence de 52 hertz, du jamais vu auparavant.

Ce spécimen n’a jamais été localisé, donc l’espèce à laquelle il appartient n’est pas claire. Il peut s’agir d’un hybride entre plusieurs espèces ou d’un spécimen pur avec une certaine particularité. Il y a aussi la possibilité, bien que très éloignée, qu’il s’agisse d’une nouvelle espèce.

Même ainsi, les experts semblent penser que cet animal est un rorqual bleu (Balaenoptera musculus), totalement ou partiellement. Pour arriver à cette conclusion, ils se sont appuyés sur le comportement et la structure des sons.

Où vit la mystérieuse baleine ?

Quoi qu’il en soit, cet appel unique offre une occasion également unique d’étudier le comportement d’une seule baleine de manière acoustique et non invasive. Normalement, les chercheurs étudient des populations, et pendant une période de courte durée.

Les suivis indiquent que ce cétacé a un comportement migratoire marqué, très typique des rorquals bleus. Il vit dans le Pacifique Nord, relativement près des côtes américaines. Son aire de répartition s’étend du sud de l’Alaska à la Basse-Californie.

Chaque année, l’équipe de recherche WHOI a détecté la baleine entre août et septembre et a suivi ses mouvements jusqu’en janvier ou février. Après cet intervalle de temps, la baleine 52 hertz était hors de portée des hydrophones.

Une chanson d’amour non réciproque

Une grande partie du succès populaire de ce cétacé provient de la spéculation médiatique. Comme cette baleine chante sur une fréquence différente des autres, plusieurs magazines ont suggéré que le reste des baleines ne pouvait pas l’entendre.

Certains supposent alors que la baleine 52 hertz ne peut pas communiquer avec ses pairs et ne peut pas se reproduire. D’où le surnom sous lequel elle est connue : la baleine la plus solitaire au monde. Des centaines de personnes ont sympathisé avec l’histoire tragique de cet animal.

Or, cela n’est probablement pas vrai. Les biologistes, chercheurs et autres experts estiment que même si ce cétacé chante à une fréquence différente, les autres baleines peuvent parfaitement l’entendre. Cela est vrai pour les rorquals bleus, les rorquals communs et les baleines à bosse.

En effet, certains expliquent que les sons de ce mammifère marin ne sont pas si rares. Les dialectes locaux des baleines sont répandus et d’autres cas d’appels idiosyncratiques sont connus.

En ce qui concerne sa reproduction, il est impossible de savoir si cet animal peut se reproduire, car il n’a jamais été trouvé. Il est toutefois clair qu’il n’a aucun problème à survivre, à se déplacer et à se nourrir. Sa longue vie en est la preuve.

Il existe un certain nombre de possibilités plus optimistes. L’appel particulier de cet animal pourrait constituer une stratégie pour attirer plus de partenaires potentiels.

Whalien 52, une baleine perdue.

Des données récentes indiquent qu’il pourrait y avoir plusieurs baleines capables d’émettre ces étranges vocalisations. La baleine 52 hertz n’est peut-être pas seule après tout. Tout un groupe d’animaux similaires, peut-être des hybrides, pourrait lui tenir compagnie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Une baleine sauvée d’une mort certaine
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Une baleine sauvée d’une mort certaine

Découvrez ici l'histoire d'une baleine qui a heureusement été sauvée il y a quelques jours au large de Hartlepool, en Angleterre.