Pourquoi certaines fourmis ont des ailes ?

À certaines périodes de l'année, il est facile de voir des fourmis ailées planer en masse dans le ciel. A quoi est dû cet événement biologique ? Nous vous disons tout ici.
Pourquoi certaines fourmis ont des ailes ?

Dernière mise à jour : 07 octobre, 2021

Vous avez sûrement déjà vu une fourmi avec des ailes. Curieusement, il ne s’agit pas d’une erreur de la nature ni d’un événement atypique, puisque cette caractéristique répond au mécanisme de reproduction de la grande majorité des hyménoptères sociaux.

L’émergence massive de fourmis ailées à un moment où la température et l’humidité sont idéales est connue sous le nom de vol nuptial. Un événement fascinant.

Les colonies de fourmis vivent généralement sous terre ou sur des bûches en décomposition. Mais quelques spécimens ailés doivent naître de temps en temps pour la propagation des gènes au-delà de la fourmilière elle-même.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet, poursuivez donc votre lecture. Nous vous expliquons en détail ce phénomène dans les lignes suivantes…

Les caractéristiques générales des fourmis

Avant de vous expliquer pourquoi il y a des fourmis avec des ailes, explorons brièvement leurs caractéristiques générales. Les fourmis représentent un groupe d’insectes eusociaux appartenant à la famille des Formicidae et à l’ordre des Hyménoptères, c’est-à-dire qu’elles sont de proches parents des abeilles et des guêpes.

Comme tout insecte, leur plan d’organisation est divisé en 3 sections ou tagmes :

  • la tête comprend les organes sensoriels tels que les yeux composés, les ocelles et les antennes ;
  • le thorax comporte 3 paires de pattes (et des ailes dans le cas des spécimens reproducteurs) ;
  • et l’abdomen, où se trouvent les organes reproducteurs, les trachées respiratoires et les systèmes excréteurs.

Environ 14 000 espèces de fourmis ont été décrites, mais on estime qu’il pourrait y en avoir plus de 22 000 dans le monde. Elles représentent jusqu’à 25 % de la biomasse animale terrestre et ont colonisé toute la surface de la planète, à l’exception de l’Antarctique et de certaines îles reculées.

Une fourmi boit du nectar.

Un système de castes

Les fourmis sont eusociales (degré maximum de coopération dans le règne animal), ce qui signifie que la fourmilière est une unité fonctionnelle qui va bien au-delà de la somme de ses parties. La colonie est composée de milliers de spécimens et est divisée en castes. Ces castes sont les suivantes :

  • Reine : c’est le produit de la reproduction sexuée de la fourmi, elle est donc diploïde (elle a un double nombre de chromosomes, la moitié provient du père et l’autre moitié la mère). C’est la seule fourmi capable de se reproduire, et toute la colonie tourne autour d’elle, puisqu’elle est chargée de pondre les œufs. Les reines peuvent vivre 10 ans, certaines même 30.
  • Ouvrières : La reine est le centre de la colonie, mais les ouvrières sont celles qui font tout le travail, de la construction des galeries à l’alimentation des larves. Leur espérance de vie est comprise entre quelques mois et un an (2 tout au plus) et elles se comptent par milliers à l’intérieur de chaque fourmilière. Elles sont également diploïdes, puisque les œufs dont elles émergent ont été fécondés par le sperme stocké par la reine.
  • Mâles : les mâles sont issus de la reproduction sexuée et sont haploïdes (ils possèdent la moitié des chromosomes, car leurs œufs n’ont pas été fécondés). Ils n’ont pas la biologie fonctionnelle des reines et des ouvrières, ils ne vivent donc que pour se reproduire ; ils meurent quelques jours après leur naissance.

Pourquoi certaines fourmis ont des ailes ?

Comme nous l’avons laissé entendre dans les lignes précédentes, la présence ou l’absence d’ailes dépend du rôle reproducteur du spécimen de la colonie. Les femelles reproductrices naissent dans la fourmilière en tant que princesses ailées et s’envolent dans le ciel pour être fécondées.

De leur côté, les mâles sont également ailés. Les ouvrières fertilisées et les reines ne possèdent pas ces structures.

Lorsque les conditions sont réunies (généralement lorsque les températures chutent après l’été et avec les pluies), des milliers de princesses et de mâles de la même espèce émergent de manière synchrone des fourmilières lors d’un événement biologique connu sous le nom de vol nuptial.

Pendant les vols, les princesses se reproduisent avec plus d’un mâle. Puis elles stockent le sperme dans leur spermathèque.

Une fois fécondée, la princesse en question cherche un endroit convenable pour fonder sa colonie. Elle va sous terre et s’arrache les ailes, moment où elle devient la reine d’une nouvelle colonie.

La reine est capable de stocker le sperme obtenu lors du vol nuptial pendant des décennies. Elle peut ainsi produire des ovules fertiles jusqu’à sa mort.

La plupart des fourmis qui ont des ailes meurent

Cependant, l’ensemble du processus n’est pas aussi beau qu’il y paraît. Comme les études l’indiquent, jusqu’à 45 % des reines sédentaires de nombreuses espèces (telles que Acromyrmex subterraneus) meurent dans les jours suivant leur enfouissement sous terre.

Il faut également prendre en compte le taux de mortalité des animaux ailés en général, car ils servent de nourriture aux oiseaux, reptiles, amphibiens et invertébrés. La grande majorité des princesses vierges meurent quelques heures après avoir quitté le nid sans même se reproduire.

En effet, non seulement elles sont la proie d’animaux plus gros, mais elles sont également attaquées par des fourmis d’autres colonies (de la même espèce ou d’une autre espèce). Elle se noient, subissent des chocs thermiques ou sont déshydratées.

De toutes les princesses produites dans une colonie, seules 1 ou 2 d’entre elles fonderont une nouvelle fourmilière. Ce qui est loin d’être beaucoup !

Le vol nuptial de la plupart des espèces de fourmis est massif, mais le taux de mortalité élevé des fourmis ailées (à la fois princesses et mâles) signifie que seul un petit pourcentage d’entre elles créent une nouvelle colonie.

Les fourmis ailées sont-elles dangereuses ?

Nous tenons à insister sur le fait qu’il ne faut pas tuer les fourmis ailées. Ce ne sont pas des moustiques, ni des mouches ou tout autre insecte qui s’est déjà reproduit, il est donc essentiel de les laisser faire leur chemin pour qu’elles puissent se reproduire.

Si vous mettez fin à leur vie, vous réduirez encore plus leurs chances de fonder une nouvelles colonie. C’est pourquoi il faut les préserver.

Qu’elles soient mâles ou princesses, les fourmis ailées ne piquent pas et ne font aucun mal. Tout ce qu’elles veulent, c’est se reproduire. 

Un groupe de fourmis ailées.

En somme, la présence de fourmis ailées dans l’environnement répond à un événement biologique fascinant. Le vol nuptial nous montre que même les animaux les plus simples en apparence gardent des secrets impressionnants en ce qui concerne leur comportement reproducteur.

Si vous observez un vol dans votre région, observez-le et documentez-le, mais intervenez le moins possible. Gardez cela à l’esprit !

Cela pourrait vous intéresser ...
Les fourmis dorment-elles ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les fourmis dorment-elles ?

Vous êtes-vous déjà demandé si les fourmis dorment ? C'est ce que nous vous invitons à découvrir ici. Poursuivez donc votre lecture !



  • Chérasse, S., & Aron, S. (2018). Impact of immune activation on stored sperm viability in ant queens. Proceedings of the Royal Society B, 285(1893), 20182248.
  • Sales, T. A., Toledo, A. M. O., & Lopes, J. F. S. (2020). The best of heavy queens: influence of post-flight weight on queens’ survival and productivity in Acromyrmex subterraneus (Forel, 1893)(Hymenoptera: Formicidae). Insectes Sociaux, 67(3), 383-390.