Quelle est la fourmi la plus dangereuse au monde ?

Les êtres humains envahissent de plus en plus les milieux naturels, ce qui a augmenté les cas cliniques de morsures et de piqûres d'insectes, dont celles des fourmis.
Quelle est la fourmi la plus dangereuse au monde ?

Dernière mise à jour : 27 octobre, 2021

Les fourmis sont des insectes apparemment inoffensifs, des travailleuses acharnées, mais face à une menace, elles peuvent devenir agressives. Si nécessaire, elles ont recours à différentes stratégies, dont l’utilisation de leurs puissantes mâchoires ou de leur redoutable dard. Savez-vous quelle est la fourmi la plus dangereuse ?

Les fourmis ou formicidés sont des insectes qui font partie de l’ordre des Hyménoptères aux côtés des abeilles et des guêpes. Certaines d’entre elles possèdent un dard capable d’injecter du venin (comme leurs proches). Découvrez sans plus attendre dans les lignes suivantes quelles sont les fourmis les plus dangereuses.

Les principales caractéristiques des fourmis

Les fourmis sont de petits insectes dont le corps est divisé en 3 sections. Elles ont une tête – avec des yeux, une paire d’antennes et la pièce buccale -, un thorax – avec 3 paires de pattes – et un abdomen – où se trouve un dard venimeux chez certaines espèces.

Ces insectes sont cosmopolites, nous pouvons donc les voir dans nos maisons de jour comme de nuit. Les fourmis en soi ne sont pas dangereuses, car elles se concentrent uniquement sur les tâches qu’elles doivent accomplir pour leur colonie et n’ont aucun intérêt à attaquer.

Cependant, face à une menace, les fourmis peuvent se défendre en utilisant leurs meilleurs attributs : leurs mâchoires et leur dard. Voici quelques détails sur ces armes redoutables.

Les mâchoires des fourmis

Les mâchoires sont constituées de deux pièces dures situées sur le côté, constituant l’appareil buccal. Ces segments sont articulés à la tête de façon à permettre une grande mobilité. Grâce à leurs mâchoires, ces insectes peuvent remplir diverses fonctions : mâcher, couper, tenir et façonner, entre autres.

Le dard des fourmis

Certains formicidés ont un dard à l’arrière du corps (l’abdomen). Cette pièce tranchante provient de l’ovipositeur, qui a été modifié au cours de leur évolution pour être utile à la défense et à la chasse. Chez la plupart des fourmis, il est atrophié ou absent, mais chez d’autres, il permet d’injecter du poison.

Dans certains cas, le dard est également utilisé pour libérer des traces de phéromones.

Quelle est la fourmi la plus dangereuse au monde ?

La fourmi qui a obtenu le record Guinness de la fourmi la plus dangeureuse est la fourmi bouledogue, une espèce du genre Myrmecia. Bien que tous les membres de ce groupe soient agressifs, celle qui se démarque le plus est Myrmecia pyriformis.

Il s’agit d’une fourmi australienne appartenant à la sousfamille des Myrmeciinae. Elle a un comportement assez agressif : elle n’utilise pas seulement son dard pour se défendre, elle utilise également sa forte mâchoire pour chasser les prédateurs et exécute son attaque plusieurs fois de suite.

Malgré son agressivité, le venin de la fourmi bouledogue n’est pas aussi toxique pour l’homme qu’on pourrait le croire. La gravité de la piqûre réside dans le type de réaction qu’elle déclenche chez certaines personnes, notamment chez les personnes allergiques.

Pour certains humains, une rencontre avec cet insecte est fatale, ne serait-ce qu’avec une seule piqûre. Des cas avec des résultats tragiques ont été enregistrés en Australie entre 1980 et 1999 : il y a eu 6 décès dus à une réaction allergique dérivée de la piqûre.

La fourmi la plus dangereuse du monde.

D’autres fourmis dangereuses dans le monde

Non seulement les fourmis du genre Myrmecia sont nocives pour l’homme, mais d’autres fourmis appartenant à d’autres genres peuvent également provoquer une visite aux urgences. Nous vous en citons quelques-unes ci-dessous.

Paraponera clavata, une fourmi dangeureuse

La fourmi Paraponera clavata (sous famille Ponerinae) est une autre espèce dangereuse sur laquelle il est préférable de ne pas tomber, car en plus de sa grande taille (2,5 centimètres de long), sa piqûre est très douloureuse.

Cette piqûre inflige la pire douleur selon l’échelle de Schmitdt (allant de 1 à 4). La perception est similaire à la douleur produite par un coup de feu.

Les fourmis soldats ont des mâchoires puissantes.

Le genre Solenopsis

Les fourmis du genre Solenopsis (sousfamille Myrmicinae) sont appelées fourmis de feu ou fourmis rouges en raison de la couleur de la plupart d’entre elles (certains sont brun foncé). C’est un groupe doté d’un dard venimeux et de mâchoires puissantes.

Ces fourmis piquent et mordent en même temps, mais c’est leur morsure qui est la plus préoccupante, car leur venin a un composé à activité nécrotique, ce qui signifie qu’il endommage les tissus affectés. De plus, elle est douloureuse et crée une cavité à la surface de la peau qui se remplit de pus.

Les cas les plus compliqués de piqûres de fourmis de feu surviennent chez les personnes allergiques aux composants du venin.

Fourmis rouges.

Diacamma, une fourmi inquiétante

Le genre Diacamma (sous-famille des Ponerinae) se caractérise par l’absence de reine. Toutes les ouvrières sont potentiellement reproductrices, mais l’une subjugue les autres. Ce sont des fourmis prédatrices et, comme les autres formicidés mentionnés, elles ont de fortes mâchoires et un dard venimeux pour piéger leurs proies.

La piqûre de cette fourmi chez l’homme est très douloureuse. Comme exemple du genre, nous avons l’espèce Diacamma rugosum, dont la blessure provoque une douleur intense et pénétrante équivalente à celle d’un projectile.

Un diacamma sur une feuille.

Le genre Odontomaque

Les fourmis du genre Odontomachus sont aussi dangereuses. Leurs mâchoires se ferment étroitement et rapidement sur les proies. De plus, elles ont un dard qui les rend encore plus redoutables.

Plusieurs tableaux cliniques graves ont été documentés. Par exemple, l’espèce Odontomachus bauri provoque des démangeaisons, des brûlures, des papules, de l’inconfort et de l’hypotension lorsqu’elle insère son dard dans la peau de sa victime.

La fourmi la plus dangereuse du monde pourrait appartenir à ce genre.

Le genre Pachycondyla

Nous ne pouvions pas terminer cette liste sans mentionner les fourmis de ce genre, qui produisent de fortes réactions allergiques, parfois mortelles. Les deux espèces les plus dangereuses de ce genre sont Pachycondyla sennaarensis et Pachycondyla chinensis, toutes deux responsables d’anaphylaxie sévère en Afrique et en Asie.

Est-ce la fourmi la plus dangereuse au monde ?

En résumé, les fourmis sont des insectes calmes, mais si elles sont dérangées, elles peuvent être très agressives. Les espèces les plus préoccupantes sont celles qui possèdent un dard toxique avec des composés qui génèrent différents types de réactions chez l’homme.

La fourmi la plus dangereuse au monde est Myrmecia pyriformis. Mais il existe d’autres espèces d’importance pour la santé publique dont il faut également tenir compte.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment naissent les fourmis ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Comment naissent les fourmis ?

Les fourmis sont des insectes très nombreux et connus dans le monde entier. Que savez-vous d'elles ? Découvrez ici comment naissent les fourmis.



  • Fernández, F. (1993). Hormigas de Colombia III: Los géneros Acanthoponera Mayr, Heteroponera Mayr y Paraponera fr. Smith (Formicidae: Ponerinae: Ectatommini). Caldasia, 17(2), 249-258.
  • Klotz, J., Pinnas, J., Klotz, S., & Schmidt, J. (2009). Anaphylactic reactions to arthropod bites and sting. American Entomologist, 55(3), 134-139.
  • McGain, F., & Winkel, K. D. (2002). Ant sting mortality in Australia. Toxicon, 40(8), 1095-1100.
  • Olivera, M., & Porras, J. (2021). Medically important ants: a systematic review of the global distribution and clinical consequences of their bites and stings. Revista Cubana de Medicina Tropical, 73(1),e437.
  • Rodríguez, A., Sánchez, E., & Navarrete, L. (2010). Intensa reacción alérgica en paciente mordido por la hormiga negra (Odontomachus bauri). Revista Cubana de Medicina Tropical, 62(1), 117-124.
  • Tay, J., Castillo, L., Sánchez, J., & Romero, R. (1999). Insectos venenosos de importancoia médica. Revista Mexicana de Pediatría, 66(6), 260-265.