5 curiosités sur les autruches

Les autruches sont les oiseaux les plus gros et les plus lourds de la planète. Leur morphologie et leurs habitudes sont très différentes de ce que l'on a l'habitude d'observer chez un oiseau citadin.
5 curiosités sur les autruches

Dernière mise à jour : 07 avril, 2021

Les autruches (Struthio camelus) portent certains des titres de « l’animal le plus… du monde ». Ces oiseaux incapables de voler sont des animaux vraiment impressionnants : non seulement par leur taille, mais par leur comportement, leur caractère et leur mode de vie qui font d’eux des éléments essentiels au sein de leur écosystème.

L’aire de répartition de l’espèce est très large. Cependant, dans le passé, le nombre de spécimens avait chuté en raison du braconnage et du commerce des plumes. Bien que ce facteur ne soit plus une menace, la destruction de leur habitat pourrait mettre ces oiseaux en grave danger. Voyons maintenant quelques faits curieux à leur sujet. 

1. Les autruches ont-elles un cerveau plus petit que le globe oculaire ?

On a toujours entendu dire que le cerveau de l’autruche était encore plus petit que ses propres yeux. Il est vrai que la taille relative de la tête de l’animal par rapport au reste du corps est évidemment beaucoup plus petite. Aussi curieux que soit le corps de cet oiseau, il n’échappe pas au respect des règles morphométriques de base.

En général, tous les oiseaux ont de très grands yeux par rapport aux autres parties de leur corps. Ces structures sont la principale source d’information extérieure dont disposent les oiseaux, ce qui signifie que ces organes doivent avoir un développement plus important que les autres.

Chez les autruches, la même chose se produit. Les yeux doivent être – et sont – plus grands que leur cerveau, puisque toutes les informations de l’extérieur passent par ces organes. Pour une autruche, voir un prédateur à temps peut faire la différence entre la vie et la mort.

La petite taille du cerveau a une autre explication. Struthio camelus est une espèce précociale. Cela signifie que les jeunes naissent avec la capacité d’entendre, de voir et de marcher. Ce sont donc des êtres assez développés qui n’ont pas besoin de rester dans un nid. Ils peuvent suivre leurs parents dès leurs premiers instants de vie.

Les espèces d’oiseaux précociales, comme les dinosaures, n’ont pas besoin de développer autant de cerveau que les espèces d’oiseaux altriciales. Contrairement aux espèces précociales, les espèces d’oiseaux altriciales naissent avec presque aucune faculté et doivent rester dans le nid pendant un certain temps.

Les curiosités sur les autruches sont innombrables.

2. Elles ne peuvent pas voler, mais leurs ailes sont très importantes.

Les autruches sont des oiseaux qui courent, car le poids élevé qu’elles atteignent à l’âge adulte – environ 180 kg – les empêche de voler. Malgré cela, ces animaux majestueux utilisent leurs ailes pour d’autres tâches.

D’une part, les ailes des autruches aident à s’équilibrer quand elles courent ; elles peuvent atteindre une vitesse de 74 km/h. De plus, les appendices des ailes ont également une fonction défensive pour le frai : les petits de l’autruche se sentent en sécurité sous l’aile de leur mère.

D’autre part, les ailes des autruches jouent un rôle très important lors de la parade nuptiale. Le comportement reproducteur de ces oiseaux implique une danse nuptiale exécutée avec les ailes : le mâle doit ainsi convaincre la femelle de copuler avec lui.

3. L’autruche mâle a un pénis

La reproduction des oiseaux consiste en l’union des cloaques du mâles et de la femelle. Les deux sexes ont des conduits appelés cloaques où convergent le système excréteur, les intestins et le système reproducteur. Cela signifie que les matières fécales, l’urine, les gamètes mâles et les œufs sortent du même endroit.

Les autruches mâles ont subi une adaptation. En plus du cloaque, elles ont aussi un pénis, à travers lequel elles libèrent des spermatozoïdes et urinent également. Cela est un exemple clair de dimorphisme sexuel non visible à l’œil nu.

La copulation entre autruches est assez courte, une minute seulement. Après cela, un orgasme se produit chez les deux sexes et la copulation se termine.

4. Elles peuvent tuer un lion d’un seul coup de pied

Le corps des autruches est prêt à courir. Les muscles de leurs pattes sont en effet très développés. Preuve en est que les pattes d’une autruche doivent pouvoir faire courir un corps qui pèse environ 180 kg à plus de 70 km/h, ce qui est loin d’être évident. Par ailleurs, ces oiseaux n’ont que deux orteils, ce qui facilite leurs pas.

Les autruches utilisent leurs pattes comme armes défensives. Un coup de pied d’un spécimen adulte peut casser des os et blesser gravement les grands prédateurs de la savane africaine. Les lions réfléchissent donc à deux fois avant d’attaquer l’un de ces oiseaux majestueux.

5. Les autruches ne cachent pas leur tête par peur

Il existe une croyance populaire selon laquelle les autruches enfouissent la tête dans le sol lorsqu’elles sont intimidées. C’est faux ! Bien au contraire, ce sont des animaux assez agressifs qui n’hésiteront pas une seconde à se défendre.

Ce sont les petits spécimens qui baissent la tête pour se cacher lorsqu’ils se sentent en danger. En effet, leur corps n’est pas encore assez grand pour se défendre.

Courtship d'une autruche.

Il ne fait aucun doute que Struthio camelus est une espèce incroyable. Ses adaptations lui permettent de vivre dans la savane africaine et d’assurer sa survie dans un environnement difficile. Là où les ressources sont rares, et où l’ingéniosité et la force sont rois.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 faits curieux sur les écureuils
My AnimalsLisez-le dans My Animals
7 faits curieux sur les écureuils

Ces rongeurs avec une présence mondiale ont des caractéristiques que vous ne connaissez peut-être pas. Découvrez quelques faits curieux sur les écu...



  • Alexander, R. M., Maloiy, G. M. O., Njau, R., & Jayes, A. S. (1979). Mechanics of running of the ostrich (Struthio camelus). Journal of Zoology, 187(2), 169-178.
  • Bennett, P. M., & Harvey, P. H. (1985). Relative brain size and ecology in birds. Journal of Zoology, 207(2), 151-169.
  • Burton, R. F. (2008). The scaling of eye size in adult birds: relationship to brain, head and body sizes. Vision Research, 48(22), 2345-2351.
  • Nazer, M. B., Campos, R., & Voll, J. (2019). Systematization, description, and territory of the middle cerebral, rostral, and cerebroethmoidal arteries on the surface of the brain of the Ostrich (Struthio camelus). The Anatomical Record, 302(7), 1187-1194.
  • Romick, C. A. (2013). Ontogeny of the brain endocasts of ostriches (Aves: Struthio camelus) with implications for interpreting extinct dinosaur endocasts (Doctoral dissertation, Ohio University).
  • Sambraus, H. H. (1994). The sexual behavior of the African ostrich (Struthio camelus). Tierarztliche Praxis, 22(6), 538-541.