Aigle noir : habitat et caractéristiques

L'aigle noir pratique le caïnisme obligatoire : le frère aîné tue le plus jeune dans plus de 96 % des nids à deux œufs. Apprenez-en plus ici sur cet aigle.
Aigle noir : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 21 juillet, 2021

L’aigle noir est une espèce connue pour son plumage noir avec des taches blanches, un plumage beau à voir quand l’animal est en plein vol. Cet aigle fait partie du groupe des falconiformes. Ainsi, non seulement il brille de mille feux en plein vol, mais c’est aussi un excellent chasseur. De plus, c’est un oiseau spécialiste, car il se nourrit généralement d’un seul type d’animal.

Dans cet article, nous parlerons de l’Aquila verreauxii, un oiseau de proie majestueux qui fait partie des vrais aigles. Poursuivez donc votre lecture pour tout savoir sur cet aigle.

L’habitat de l’aigle noir

Ce rapace est un animal diurne qui habite les zones rocheuses telles que les falaises et les montagnes. Il vit ainsi dans des endroits où les précipitations sont inférieures à 750 millimètres par an, et où le manque de végétation lui permet de chasser facilement ses proies.

La répartition de cette espèce est assez large. Son aire s’étend de la péninsule arabique à l’Afrique du Sud-Est. La majeure partie de sa population est concentrée dans les montagnes d’Éthiopie et dans les hauts plateaux du Tchad, du Zimbabwe et d’Afrique du Sud.

Caractéristiques physiques

En raison de sa forme, il a été surnommé le “plus bel” aigle du genre Aquila. Il peut mesurer jusqu’à 96 centimètres, et 2,8 du bout d’une aile au bout de l’autre. Quant à son poids, il se situe généralement autour de 4 kilogrammes.

Ces oiseaux sont considérés comme faisant partie du groupe des vrais aigles, aux côtés de l’aigle royal par exemple, en raison de ses tarses emplumés. Ils ont également un bec et des griffes caractéristiques, qui sont assez pointus et qui leur servent à déchirer leur nourriture. Les deux structures présentent le même motif de couleur : elles sont essentiellement jaunes, et noires au niveau des extrémités.

Chez l’adulte, les couleurs du plumage sont entièrement noires, à l’exception de quelques zones blanches sur la queue et le dos. De leur côté, les jeunes aigles ont un mélange de plumes couleur café et blanches à différents degrés et motifs, ce qui permet de les différencier. Grâce à cela, on sait que la couleur « noire » de l’adulte est en réalité un mélange de tons café très foncés.

Aigle noir.

Comment se nourrit l’aigle noir ?

Cette espèce peut être très sélective dans son alimentation, puisqu’elle se nourrit essentiellement de mammifères hyracoïdes, mais principalement de damans des rochers (Procavia capensis). Mais c’est peut-être seulement parce qu’il s’agit de la proie la plus abondante de la région ; des recherches menées par l’Université Cape Town ont montré que l’aigle peut modifier son alimentation sans répercussion.

En effet, ce rapace est un chasseur opportuniste. Il sélectionnera donc parmi les proies disponibles celle qui lui donnera plus d’énergie. Bien qu’il ait une préférence pour les damans , il peut également chasser les êtres vivants suivants :

  • Petits mammifères : lièvres, primates ou genettes.
  • Oiseaux : la pintade de Numidie, le pigeon roussard ou le vautour chassefiente.
  • Reptiles (dans quelques cas) : les varanidés ou les vipères heurtantes.

Méthodes de chasse

Un animal opportuniste est en état d’alerte à tout moment. Pour ce faire, les aigles noirs effectuent des descentes verticales soudaines, puis tendent une embuscade à leur victime, la tuant sur place. Bien que la plupart de ces proies soient suffisamment petites pour être transportées, les aigles commencent parfois à les déchirer sur-le-champ pour les transporter en morceaux jusqu’à leur nid.

Reproduction

C’est une espèce monogame et sédentaire. Elle passe donc la majeure partie de sa vie au même endroit, à moins que certaines circonstances l’obligent à quitter le nid.

Parade nuptiale

Pour trouver un partenaire, ces oiseaux effectuent un rituel de parade nuptiale qui consiste à effectuer des vols complexes. Ce sont les mâles qui tentent d’attirer l’attention de la femelle, en utilisant leurs vocalises et en affichant leur plumage.

Une fois le couple établi, ils choisissent leur territoire et commencent à faire leur nid dans la zone la plus haute possible. C’est pourquoi on peut les voir près des falaises, car ce sont des endroits inaccessibles pour les prédateurs. De plus, il n’y a pas de saison spécifique pour la ponte des œufs : cela change en fonction de la zone où vit ce rapace.

Ponte et incubation

En général, ce rapace pond entre un et deux œufs, qui éclosent environ 45 jours plus tard. Les deux parents participent à l’incubation, la femelle étant celle qui passe le plus de temps avec eux. À ce stade, le mâle fournit également de la nourriture à la femelle jusqu’au moment de l’éclosion.

Cette espèce pratique le caïnisme : le frère aîné tue le plus jeune, le picorant encore et encore. Bien que cela semble dramatique, cela est dû au manque de nourriture. Le massacre permet d’assurer la survie d’au moins l’un des deux. C’est pour cette raison que l’on voit rarement plus d’un œuf dans le nid.

Soins parentaux

Les parents nourrissent leur petit jusqu’à ce qu’il puisse se débrouiller tout seul. Ils réduisent la quantité de nourriture au fur et à mesure de sa croissance.

Entre 90 et 99 jours après leur naissance, le plumage des jeunes spécimens est complet et ils commencent donc à quitter le nid. A partir de ce moment, ils apprennent toutes les techniques de vol et de chasse pour qu’en 6 mois ils puissent prendre soin d’eux-mêmes.

Le statut de conservation de l’aigle noir

L’Union internationale pour la conservation de la nature a classé cet aigle dans la catégorie des espèces les moins préoccupantes. Cependant, les gouvernements locaux tels que l’Afrique la considèrent comme une espèce vulnérable, car sa population a diminué dans certaines zones de répartition.

Quelles sont les menaces de l’aigle noir ?

Cet aigle est considéré comme une espèce résistante, car ses zones de nidification sont peu affectées par l’homme. En effet, elles sont difficiles d’accès et n’ont donc pas été “touchées” jusqu’à présent.

Comme à chaque fois lorsqu’on parle de conservation, les changements causés par l’homme sont la principale menace. En effet, les proies des aigles peuvent, elles, être affectées par l’homme. Cela obligerait cet aigle à se déplacer vers d’autres endroits, ce qui peut provoquer des conflits au sein de sa population.

Bien que cela ait déjà été pris en compte dans plusieurs enquêtes, il est difficile de prédire l’avenir de cet oiseau. Il est aussi difficile de croire qu’un oiseau majestueux est en danger malgré sa résistance.

Telle est la capacité de l’homme : détruire et éradiquer les animaux quelle que soit la résistance qu’ils offrent. La destruction des habitats est un événement catastrophique pour la nature, même si cela n’est pas toujours perceptible.

Il est vrai que les êtres humains ont besoin de ressources pour survivre, mais nous devrions aspirer à un équilibre qui permet la cohabitation. Il s’agit d’assurer l’avenir de cet aigle et de toutes les espèces de la planète, y compris la nôtre.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 oiseaux domestiques en danger d’extinction
My AnimalsLisez-le dans My Animals
7 oiseaux domestiques en danger d’extinction

La forte demande d'oiseaux domestiques et les pratiques illégitimes utilisées pour les obtenir ont mis de nombreuses espèces en danger.



  • BirdLife International. 2016. Aquila verreauxiiThe IUCN Red List of Threatened Species 2016: e.T22696067A95221980. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.20163.RLTS.T22696067A95221980.en
  • Padayachee, K., Malan, G., LÜBCKER, N., Woodborne, S., & Hall, G. (2021). Differences in the dietary habits of Verreaux’s Eagles Aquila verreauxii between peri-urban and rural populations. Bird Conservation International31(1), 96-110.
  • SIMMONS, R. (1988). Offspring quality and the evolution of cainism. Ibis130(3), 339-357.
  • Armstrong, A., & Avery, G. (2014). Taphonomy of Verreaux’s Eagle (Aquila verreauxii) prey accumulations from the Cape Floral Region, South Africa: implications for archaeological interpretations. Journal of archaeological science52, 163-183.
  • Ralston-Paton, S. (2017). Verreauxs’ Eagle and Wind Farms: Guidelines for impact assessment, monitoring, and mitigation. BirdLife South Africa occasional report series, BirdLife South Africa, Hoboken, NJ, USA.
  • Thompson, L. J., Clemence, L., Clemence, B., & Goosen, D. (2018). Nestling White-backed Vulture (Gyps africanus) eaten by a Verreaux’s Eagle (Aquila verreauxii) at a nest occupied for a record 21 years. Vulture News74, 24-30.
  • Murgatroyd, S. M. (2016). Ecology of the Verreaux’s eagle Aquila verreauxii in natural and agriculturally transformed habitats in South Africa.
  • Padayachee, K., Malan, G., LÜBCKER, N., Woodborne, S., & Hall, G. (2021). Differences in the dietary habits of Verreaux’s Eagles Aquila verreauxii between peri-urban and rural populations. Bird Conservation International31(1), 96-110.
  • Davies, R. A. (2007). Black eagle Aquila verreauxii predation on rock hyrax Procavia capensis and other prey in the Karoo (Doctoral dissertation, University of Pretoria).
  • Murgatroyd, M., Avery, G., Underhill, L. G., & Amar, A. (2016). Adaptability of a specialist predator: the effects of land use on diet diversification and breeding performance of Verreaux’s eagles. Journal of Avian Biology47(6), 834-845.
  • Baker, S. E. (2013). Accumulation behaviours and taphonomic signatures for extant Verreaux’s Eagle nests, Aquila verreauxii, in southern Africa (Doctoral dissertation).