Ara hyacinthe : habitat et caractéristiques

Appartenant au groupe des perroquets, l'ara hyacinthe présente également des comportements frappants, tels que l'imitation ou la répétition de discours.
Ara hyacinthe : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 21 mai, 2021

De nombreux oiseaux aux couleurs vives, comme l’ara hyacinthe, peuvent être aperçus en Amérique du Sud. Cet oiseau précieux habite une bonne partie du Brésil, de la Bolivie et du nord du Paraguay. Il s’agit de la plus grande espèce du groupe des aras.

Malheureusement, cette espèce est aujourd’hui dans un état vulnérable. À cause des braconniers, il est difficile d’approfondir la recherche sur les comportements et caractéristiques de cet animal. Poursuivez donc votre lecture si vous voulez en savoir plus sur ce magnifique oiseau.

Les caractéristiques physiques de l’ara hyacinthe

L’ara hyacinthe (Anodorhynchus hyacinthinus) est un oiseau psittaciforme appartenant à la famille des Psittacidés. Au sein de ce groupe se trouvent les oiseaux communément appelés perroquets. Cette famille comprend des aras, des perroquets et d’autres oiseaux similaires, qui vivent en Amérique et en Afrique.

En comparant ces oiseaux, il est facile de conclure qu’ils partagent tous un certain nombre de caractéristiques communes. L’ara hyacinthe se distingue des autres par ses manigifiques couleurs et son comportement, entre autres.

Une paire d'aras hyacinthe.

1. L’ara hyacinthe est le plus grand perroquet

Comparé au reste de ses parents, Anodorhynchus hyacinthinus mesure 90-100 centimètres de long et son envergure s’étend jusqu’à 140 centimètres. Cela fait de lui le plus grand perroquet actuellement connu. De plus, son poids varie entre 1,5 et 1,7 kilos, un chiffre non négligeable pour un oiseau.

2. Sa teinte bleue intense est incomparable

La teinte colorée de cet ara en fait une cible visuelle irrésistible pour les touristes. Son ton bleu puissant – qui rappelle l’indigo – habille ses ailes et sa très longue queue dont la partie inférieure est noire.

Quant à son anneau périoculaire situé à base du bec sur le côté, il est de  couleur jaune. Pour tout ce qui précède, cette espèce est incluse dans le groupe des oiseaux les plus colorés, avec le lorriquet à tête bleue et encore d’autres représentants.

3. Son bec courbé et pointu est adapté à son alimentation

Charles Darwin a déterminé que le bec des oiseaux remplissent une fonction essentielle : c’est leur outil clé dans l’alimentation. Dans le cas de l’ara hyacinthe, sa principale source alimentaire est la noix. Grâce à la force de son bec noir, cet oiseau peut casser les noix et le reste des aliments qui composent son alimentation.

Des études indiquent que ces oiseaux peuvent ramasser les noix du sol ou les arracher de la plante. Par ailleurs, ils complètent leur alimentation avec des fruits du genre Ficus sp. (figues), ainsi que des mollusques gastéropodes d’eau douce du genre Pomacea.

4. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel

Il n’est pas possible de différencier les mâles des femelles à l’œil nu. Par conséquent, il est indiqué que cette espèce ne présente pas de dimorphisme sexuel, du moins visible pour la plupart. Bien qu’il semble qu’ils soient presque indiscernables, les femelles ont la particularité d’être plus élancées.

Habitat et comportement

La distribution de cette espèce s’étend à l’intérieur de l’Amérique du Sud. Mais les différentes zones sont très séparées les unes des autres.

On le trouve normalement dans les régions tropicales. Au sein de ces régions, il préfère celles avec une faible humidité ou une humidité saisonnière. On peut ainsi trouver cet oiseau dans la forêt amazonienne brésilienne et les vallées rocheuses du nord-est du Brésil.

Les perroquets se distinguent par de nombreuses capacités cognitives, mais la plus connue est sans doute leur capacité à imiter des sons ou des mots. Cependant, l’ara hyacinthe présente d’autres caractéristiques intéressantes. En voici quelques-unes :

  1. Cet oiseau effectue des mouvements migratoires.
  2. Il vit dans différentes structures sociales : en couple, en groupe familial ou en petits troupeaux jusqu’à 10 individus.
  3. Les aras hyacinthe ont des arbres préférés pour nicher : en particulier les genres Enterolobium et Sterculia.
  4. Les mâles “participent” à l’incubation : tout au long du mois d’incubation, le mâle est en charge de s’occuper de sa compagne.
  5. Les femelles pondent 2 œufs, mais généralement seul un survit : l’œuf qui éclot plus tôt a les plus grandes chances de survie, car le deuxième nouveau-né ne peut pas rivaliser pour la nourriture, étant plus faible.
  6. Ils imitent et répètent des mots dès l’âge de 6 ou 7 mois : on pense qu’après 2 ans, ces oiseaux sont capables de comprendre ce qu’ils disent.

L’état de conservation de l’ara hyacinthe

Actuellement, l’ara hyacinthe fait partie de la liste des espèces vulnérables en danger. Cette situation découle de l’excès de captures à des fins commerciales, ainsi que de l’utilisation de leurs plumes pour fabriquer des accessoires.

De plus, comme le reste des animaux qui composent la faune sauvage des régions où ils vivent, les humains ont mis en danger leur habitat. Les incendies volontaires en vue d’obtenir des terres agricoles sont particulièrement significatifs. Ces incendies finissent par détruire les nids de cette espèce et de bien d’autres.

Un ara hyacinthe adulte.

En somme, l’ara hyacinthe est un oiseau dont la couleur est irrésistible pour l’homme. Cependant, son état de conservation actuel est grave et il est nécessaire de freiner les menaces en vue d’empêcher la disparition d’une espèce aussi belle que celle-ci.

Dans le but de sensibiliser la population, la Bolivie a décidé d’inclure cette espèce dans ses billets de 100. Les entités gouvernementales cherchent ainsi à promouvoir la protection de cette espèce et d’autres au sein de la population.