Argentavis magnificens : le plus grand oiseau du monde

Les premiers restes d'Argentavis magnificens trouvés étaient fragmentés. Ils ont donc été emmenés au Museo de la Plata en Argentine pour être analysés.
Argentavis magnificens : le plus grand oiseau du monde

Dernière mise à jour : 30 avril, 2021

Quand on parle des plus gros oiseaux du monde, on pense aux cigognes, condors et albatros. Cependant, cela n’est vrai que si nous faisons référence à la biodiversité actuelle. Si nous remontons le temps à quelques millions d’années, nous trouverons l’espèce Argentavis magnificens.

Cette espèce était l’un des plus grands oiseaux carnivores du monde. Bien que son temps sur Terre ait expiré, cela n’enlève rien à sa notoriété. L’histoire de la découverte de ce titan ailé est impressionnante. Poursuivez donc votre lecture et vous comprendrez pourquoi.

Un oiseau géant sous terre

Dans les années 1970, les paléontologues Rosendo Pascual et Eduardo Tonni ont commencé leurs recherches à La Pampa (Argentine). Dans leurs fouilles, ils ont trouvé des os qui semblaient être ceux d’un oiseau, mais qui étaient si gros qu’ils doutaient de leur hypothèse.

Il a été confirmé plus tard que ces restes appartenaient au plus grand oiseau à avoir jamais habité la Terre, Argentavis magnificens. Selon des études, cet oiseau avait environ 7 millions d’années.

Il mesurait plus de 8 mètres d’envergure et, de la crête à la queue, environ 3,5 mètres. Chaque plume pouvait mesurer plus d’un mètre. En ce qui concerne le poids, cette espèce pesait sans doute le poids moyen d’un humain moyen, à savoir 70 kg.

Un fossile d'une plume.

Une ascension controversée

Le simple fait que cet oiseau ait existé est un défi pour la nature. À cette époque, il n’était pas concevable qu’un animal ailé pèse plus de 35 kilogrammes. Cela remet en question tout ce que l’on sait sur le vol et l’aérodynamique.

La question était assez simple : par évolution, les oiseaux ont changé et modifié leur apparence pour pouvoir voler plus facilement. Cela signifie qu’ils sont devenus aussi légers que possible afin que lorsqu’ils battent des ailes, ils n’aient pas de mal à se soulever. Du moins, c’était ce que l’on croyait avant la découverte d’ A. Magnificens.

Alors, comment est-il possible qu’Argentavis magnificens ait réussi à voler ? La réponse est un peu complexe : cet oiseau ne volait pas, il planait. Cela signifie qu’il se lançait dans le vide depuis les collines et les montagnes de la région et, avec l’aide des courants de vent, il parvenait à planer.

Que mangeait l’Argentavis magnificens ?

Sur le même site où Argentavis a été trouvé, plusieurs mammifères ont également été trouvés. Le climat subtropical de la région permettait aux prairies d’exister. Les petits mammifères, presque de la taille d’un lièvre, étaient donc assez abondants et constituaient probablement leur principale source de nourriture.

En plus d’être carnivore, cet oiseau était un charognard. Il pouvait donc également se nourrir de cadavres.

La façon dont il chassait ses proies est assez particulière. Argentavis utilisait son bec comme s’il s’agissait d’un marteau, avec lequel il frappait une proie à mort.

On pense également que cet oiseau utilisait son poids à son avantage en se posant sur ses victimes pour les étouffe avec la masse de son corps. Il avalait ensuite sans soute sa victime en une seule bouchée.

Son nid

Nous devons tenir compte du fait que, étant un oiseau si gros et si lourd, il semble impossible qu’il ait fait des nids dans les montagnes ou les falaises. Cependant, des nids au niveau du sol aurait également créé des problèmes avec d’autres prédateurs.

La solution à ce problème semble se trouver dans son environnement. Actuellement, La Pampa est une zone où les vents soufflent continuellement du sud. De plus, lorsque cet oiseau existait, les Andes n’étaient pas assez hautes pour arrêter les vents du nord.

Cela signifie que cette espèce a bénéficié de vents de différentes directions, ce qui lui a permis de planifier son arrivée dans les hauts lieux pour y faire des nids. Pour toutes ces raisons, ces oiseaux étaient capables de se déplacer facilement de leur zone de chasse à leur zone de nidification.

Argentavis magnificens appartient à un groupe d’oiseaux merveilleux

Argentavis magnificens appartient à un groupe appelé tératornithides, des oiseaux monstrueux et prodigieux. Ce groupe se caractérise par le fait qu’il a parmi ses rangs des fossiles d’oiseaux qui dépassaient la taille de l’oiseau actuel, raison pour laquelle on parle de « merveilles ».

Les parents les plus proches qu’ils ont sont les condors. On pense donc qu’ils pourraient être similaires.

Les premiers tératornithidés ont été trouvés dans des sites paléontologiques en Amérique du Nord. L’envergure de ces espèces dépassait les 5 mètres. Sans doute la limite physique d’un oiseau pour voler. En comparaison, la plus grande envergure d’un oiseau des temps modernes ne dépasse pas les 3 mètres.

Un oiseau qui a disparu dans le temps

L’extinction de cette espèce pourrait être due aux changements climatiques ou à la lutte pour la nourriture. Ce ne sont probablement pas les seules causes possibles.

Malheureusement, beaucoup d’informations manquent. Nous devons donc attendre que la science continue à enquêter sur cette espèce pour découvrir la raison de son déclin.

Un spécimen d'Argentavis magnificens dans le ciel.

Pour autant que l’on sache, l’histoire de cet oiseau géant commence et se termine à la fin du Miocène. On n’a ensuite plus aucune trace de lui : son histoire évolutive s’arrête donc à ce moment-là. Heureusement ou malheureusement, il a fallu céder la place à de nombreuses autres espèces d’animaux sur Terre.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment faire fuir les oiseaux ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Comment faire fuir les oiseaux ?

Que vous souhaitiez éviter de tacher votre balcon ou protéger d'autres animaux, voici quelques conseils pour faire fuir les oiseaux.



  • VIZCAÍNO, S. F., & FARIÑA, R. A. (1999). On the ftight capabilities and distribution of the giant Miocene bird Argentavis magnificens (Teratornithidae). Lethaia32(4), 271-278.
  • Palmqvist, P., & Vizcaíno, S. F. (2003). Ecological and reproductive constraints of body size in the gigantic Argentavis magnificens (Aves, Theratornithidae) from the Miocene of Argentina. Ameghiniana40(3), 379-385.
  • Tonni, E. P., & Lahitte, H. B. (1989). Gigantes emplumados. Serie Difusión1.
  • Vizcaíno, S. F., & Fariña, R. A. (2000). El vuelo de un gigante. Museo.