Caille peinte : caractéristiques et soins

La caille peinte a généralement un comportement social particulier. Ces oiseaux s'offrent des cadeaux alimentaires. Il s'agit d'une forme d'interaction amicale.
Caille peinte : caractéristiques et soins

Dernière mise à jour : 13 août, 2021

En raison de son attitude calme et de sa nature soignée, la caille peinte est l’un des meilleurs oiseaux à avoir comme animal de compagnie. En Asie, il est assez courant de le voir faire partie des animaux de basse-cour. Ses couleurs vives et son apparence tendre ont conquis le cœur de nombreuses personnes, son éducation s’est donc étendue à d’autres pays.

Cette espèce fait partie de la famille des Phasianidae, qui comprend des paons, des perdrix et des faisans. Dans cet espace nous décrivons Excalfactoria chinensis (synonyme de Coturnix chinensis ), l’un des plus petites galliformes connus. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cet animal.

Habitat naturel et répartition

La caille peinte est originaire d’Asie de l’Est, mais elle a été répartie sur tout le continent indo-asiatique en raison de l’élevage avicole. Certains spécimens sont originaires d’Australie et d’autres ont été introduits dans différentes îles.

Elle habite des zones très humides et des prairies. Cc’est pourquoi dans certaines régions de l’Inde, des spécimens peuvent être vus près des cultures de riz.

Bien qu’elle préfère les sols bas, on trouve également cette espèce à des hauteurs de plus de 1 220 mètres au-dessus du niveau de la mer. Cependant, ses nids se trouvent au niveau du sol, à proximité de zones inondées, comme les marais.

Une caille peinte.

Les caractéristiques physiques de la caille peinte

Cette caille mesure entre 12,5 et 14 centimètres de long, et pèse jusqu’à 40 grammes. Elle est considérée comme l’une des plus petites espèces de galliformes. Ses ailes ne mesurent que 7 centimètres de long, et sa queue, 2,5 centimètres.

La couleur naturelle de l’espèce est brun foncé. Sa poitrine est bleu-gris et son ventre brun rougeâtre. Cela ne s’applique qu’aux spécimens mâles. Comme chez les autres oiseaux, les femelles sont moins colorées : leur pelage est uniquement brun. Mâles et femelles ont un bec noir, des pattes courtes jaune-orangé et une queue plus foncée que leur corps.

En captivité, ces oiseaux peuvent présenter une grande variété de couleurs, du fait de leur sélection par les aviculteurs. Parmi eux, les morphotypes les plus courants et les plus frappants sont les spécimens blancs ou couleur argent, ceux avec différents dégradés de couleur café et ceux avec des taches argentées ou grises sur tout le corps.

Les sous-espèces de la caille peinte

Le changement de couleur du plumage n’est pas le seul critère pour déterminer une sous-espèce, d’autres critères sont pris en considération. Dans le cas de la caille peinte, ses sous-espèces diffèrent principalement par leur répartition. Ce sont les suivantes :

  • Coturnix chinensis chinensis : Malaisie, Chine, Inde, Taïwan et Sri Lanka.
  • Coturnix chinensis colleti : Australie (nord).
  • Coturnix chinensis lepida : archipel Bismarck.
  • Coturnix chinensis lineata : Bornéo, Célèbes, Philippines et îles Sula.
  • Coturnix chinensis novaeguineae : Nouvelle-Guinée (montagnes).
  • Coturnix chinensis palmeri : Sumatra et Java.
  • Coturnix chinensis papuensis : Nouvelle-Guinée (sud-est).
  • Coturnix chinensis trinkutensis : Iles Andaman-et-Nicobar.
  • Coturnix chinensis victoriae : Australie (est).

Les soins à prodiguer en captivité

Pour les soins en captivité, il faut tenir compte du fait que cet oiseau est entièrement terrestre, il aura donc besoin d’un large espace dans lequel il pourra se promener. Les zones avec beaucoup d’herbe sont fortement recommandés, car elles imitent leur habitat naturel.

Malgré leur similitude, les cailles peintes ne peuvent pas vivre dans les structures en bois utilisées pour les poules. 

Bien qu’elles puissent vivre en groupe, il est recommandé de les élever en couple. Ces oiseaux sont assez indépendants, puisqu’ils peuvent tout faire seuls : il suffit de s’assurer qu’ils disposent de suffisamment de nourriture et d’eau pour leur survie.

Une fois que les spécimens se sont adaptés à leur nouvelle maison, prendre soin d’eux sera facile, car ces oiseaux font partie des galliformes les plus “propres” et les plus calmes qui existent. Cependant, si l’objectif est la production d’œufs, un suivi de leur alimentation doit être envisagé.

L’alimentation de la caille peinte

Le régime alimentaire de cet oiseau se compose d’une grande variété de graines, les plus courantes étant le millet, les graines de niger et les graines de colza.

Il peut aussi manger de la végétation fraîche et quelques insectes ou petits vers, toujours en quantités minimes. Lorsqu’elles sont maintenues en captivité, les femelles ont souvent besoin d’un supplément de calcium supplémentaire, comme de la poudre d’huître.

Reproduction

Ces oiseaux sont des ovipares monogames. Après la fécondation, la femelle cherche l’endroit idéal pour creuser son nid et pondre ses œufs. À chaque couvée, la nouvelle mère aura entre 6 et 14 œufs, qui sont assez petits et de couleur vert-brun foncé.

Pendant l’incubation, il est difficile pour la femelle de garder ses œufs au chaud en raison de leur taille. Malgré cela, elle devra tenir pendant 16 ou 19 jours jusqu’à ce que les œufs éclosent.

Les petits sont particulièrement petits et précoces. Et ce, car lorsqu’ils sortent de leur coquille, ils sont déjà capables de voir, d’entendre, de marcher et de bien fonctionner dans leur environnement.

Il ne leur faut que quelques semaines pour commencer à chanter, et au bout d’un mois, ils sont capables de se reproduire. Leur plumage est généralement  brun ou jaune, et change au fur et à mesure qu’ils grandissent.

La caille peinte est-elle une espèce parthénogénétique ?

Le phénomène de parthénogenèse est relativement courant dans l’industrie avicole. Chez certains types de dindes, 49 % des œufs peuvent éclore sans avoir besoin d’être fécondés. Quant à cette caille, selon une étude de l’Université du Mississippi, 27 % des femelles produisent au moins 1 œuf parthénogénétique.

Cette capacité peut fonctionner comme une arme à double tranchant pour l’espèce : elle facilite le maintien de la population, mais elle peut caussi onduire à une dépression génétique. De plus, le Département des sciences avicoles de la même université a constaté une augmentation du nombre d’événements parthénogénétiques.

Cette situation, de leur point de vue, est négatif pour la production et l’entretien de la caille peinte.

Il est vrai que cette caille est un bon animal de compagnie. Cependant, il est nécessaire d’imiter les conditions de son habitat avant de la ramener à la maison. N’oubliez pas que ces êtres vivants dépendront de vous pour survivre. Tout vos efforts en valeront la peine.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 oiseaux menacés
My AnimalsLisez-le dans My Animals
10 oiseaux menacés

Comme beaucoup d'autres animaux, de nombreuses espèces d'oiseaux sont menacées. Nous vous présentons ici dix oiseaux menacés.



  • Chandra, K., & Singh, R. K. (2004). Avifauna of Madhya Pradesh and Chhattisgarh. Zoos’ Print Journal19(7), 1534-1539.
  • Kageyama, M., Takenouchi, A., Kinoshita, K., Nakamura, Y., & Tsudzuki, M. (2018). The “extended brown” plumage color mutant of blue-breasted quail (Coturnix chinensis) is associated with a mutation in the Melanocortin 1-Receptor gene (MC1R). The journal of poultry science, 0180006.
  • Parker, H. M., & McDaniel, C. D. (2009). Parthenogenesis in unfertilized eggs of Coturnix chinensis, the Chinese painted quail, and the effect of egg clutch position on embryonic development. Poultry science88(4), 784-790.
  • Wells, J. B., Parker, H. M., Kiess, A. S., & McDaniel, C. D. (2012). The relationship of incubational egg weight loss with parthenogenesis in Chinese Painted quail (Coturnix chinensis). Poultry science91(1), 189-196.
  • Tsudzuki, M. (1995). Brown: a plumage color mutation in Chinese painted quail (Excalfactoria chinensis). The Journal of heredity86(4), 307-309.
  • O’Brien, M. B. (2006). Distribution, habitat and status of the King Quail Coturnix chinensis victoriae in Victoria: The importance of French Island, Western Port Bay. Australian Field Ornithology23(2), 62-76.
  • Askew, G. N., & Marsh, R. L. (2001). The mechanical power output of the pectoralis muscle of blue-breasted quail (Coturnix chinensis): the in vivo length cycle and its implications for muscle performance. Journal of Experimental Biology204(21), 3587-3600.
  • Noé, O. V. (1997). Manual de manejo para la cría y explotación de la codorniz (coturnicultura).
  • Adkins-Regan, E. (2016). Pairing Behavior of the Monogamous King Quail, Coturnix chinensis. Plos One11(6), e0155877.