Chardonneret élégant : habitat et caractéristiques

Le chardonneret élégant est l'un des oiseaux les plus beaux et les plus frappants du monde. Malheureusement, la chasse de l'espèce et l'absence de législation la concernant provoquent une confusion dans la population générale quant à sa possession.
Chardonneret élégant : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 28 juin, 2021

Le chardonneret élégant (Carduelis carduelis) est un passereau appartenant à la famille des pinsons (Fringillidae). On le trouve couramment en Europe, en Afrique du Nord et dans les régions d’Asie occidentale, étant avant tout une marque d’identité, de ruralisme et de beauté dans une grande partie de la péninsule ibérique (Espagne).

Cet oiseau anime les promenades et les excursions à la campagne avec son chant entraînant et ses belles couleurs. Mais leur situation dans certaines régions est très délicate, car des spécimens sont prélevés chaque année dans leur milieu naturel pour le maintien en captivité et les concours de chant. Si vous voulez en savoir plus sur ce bel oiseau, poursuivez donc votre lecture.

L’habitat du chardonneret élégant

Comme déjà dit précédemment, le chardonneret élégant (Carduelis carduelis) est un passereau originaire d’Europe, d’Afrique du Nord et de certaines régions d’Asie, à l’exception des plus hautes latitudes. Dans la péninsule ibérique, il occupe 96 % du territoire utile et est associé à des biotopes ouverts, avec une couverture arbustive variable et un paysage boisé épars.

C’est une espèce commune dans les zones rurales de toute l’Espagne. En effet, elle habite également les lisières des forêts, la campagne, les parcs, les jardins, les zones de culture et partout où il y a de l’herbe.

Dans tous les cas, ce bel oiseau préfère les milieux chauds et les populations diminuent à mesure que l’altitude du terrain augmente. Voici un résumé de la situation géographique du chardonneret élégant :

  • Dans le monde entier : cette espèce s’étend sur une grande partie de l’Eurasie, y compris les archipels des Açores, de Madère et des îles Canaries. Le chardonneret a été introduit par l’homme en Nouvelle-Zélande, en Australie et en Uruguay.
  • Espagne et Portugal : elle couvre la quasi-totalité de la péninsule ibérique, en plus de Ceuta, Melilla, les îles Canaries et les îles Baléares.
  • Îles Canaries : à ce jour, cette espèce niche à Fuerteventura, Lanzarote, Tenerife, Gran Canaria et La Gomera. Des spécimens ont également été observés sur El Hierro et La Palma, bien que les populations possibles de ces îles n’aient pas été suffisamment surveillées. On estime que dans cet archipel il pourrait y avoir entre 2 500 et 10 000 couples.

Malgré leur préférence pour les zones chaudes, des spécimens ont été observés dans les Pyrénées, à 2000 mètres d’altitude.

Caractéristiques physiques

Carduelis carduelis appartient à l’ordre des passériformes — avec plus de 5700 espèces recensées —, et présente donc de nombreuses caractéristiques d’oiseaux chanteurs ou de ce qu’on appelle un « oiseau » dans la population générale. Tous ces oiseaux sont de petite taille, ils ont 12 plumes au niveau de la queue et 9 ou 10 plumes primaires.

Pour sa part, le chardonneret élégant a un corps élancé et léger, avec une longueur de corps de 12 centimètres et un poids qui ne dépasse pas les 19 grammes. Avec les ailes ouvertes, l’envergure totale de ce petit oiseau est comprise entre 21 et 25 centimètres. Sa longévité en milieu naturel est de 7 à 10 ans.

Au-delà des mensurations, ce qui attire le plus notre attention, c’est sa coloration. Les chardonnerets élégants ont un dos brun – avec des parties inférieures beaucoup plus claires -, une queue noire et blanche et des ailes noires avec une tache jaune évidente. La tête, quant à elle, comprend un masque très voyant et tricolore : la base est rouge, les yeux sont noirs et le bec est blanc.

Dimorphisme sexuel

Il est également intéressant de noter que les mâles et les femelles peuvent être distingués à l’œil nu. Les mâles ont une tache rouge sur la tête plus grande, tache qui s’étend derrière l’œil. De plus, leurs plumes nasales sont plus sombres.

Le ton rouge chez les femelles ne couvre pas tout l’œil et les plumes nasales ont tendance à avoir une teinte plus grisâtre. Il n’est pas possible de déterminer le sexe de la progéniture avant sa mue post-juvénile.

L’âge d’un spécimen peut être déduit en observant les limites de mue de ses plumes.

Une paire de chardonnerets élegants.

Les sous-espèces du chardonneret élégant

À ce stade, il convient de noter que l’espèce Carduelis carduelis se divise en plusieurs sous-espèces, selon son aire de répartition. Des processus d’intergradation ont lieu entre les populations, c’est-à-dire qu’elles convergent dans des espaces communs et donnent naissance à des spécimens présentant des traits de la sous-espèce concernée.

Comme il n’y a pas de barrière reproductive ou géographique, il n’est toujours pas possible de considérer les espèces que nous allons citer comme des espèces différentes du chardonneret élégant. Dans tous les cas, il est intéressant de présenter sa situation phylogénétique en regroupant sa variabilité en deux blocs.

Groupe Carduelis

L’espèce comprend divers morphotypes, races ou sous-espèces de chardonneret, selon les critères phylogénétiques utilisés. Dans ce groupe, on retrouve les représentants suivants :

  • Carduelis carduelis balcanica : On le trouve de la Roumanie à la Turquie et la Crète dans sa section européenne. C’est une sous-espèce plus légère que le spécimen “type” ibérique.
  • Carduelis carduelis britannica : comme son nom l’indique, cette sous-espèce se trouve au Royaume-Uni, en plus de la France, de l’Irlande, de l’ouest et du nord de la France et des zones côtières de la Belgique, entre autres. Les zones mélaniques de cet oiseau sont plus sombres.
  • Carduelis carduelis carduelis : la sous-espèce “type”, répartie dans la majeure partie de l’Europe continentale et de la Scandinavie.
  • Autres sous-espèces du groupe Carduelis : Carduelis carduelis major, Carduelis carduelis loudoni, Carduelis carduelis niediecki et Carduelis carduelis parva, entre autres. Toutes ces sous-espèces se distinguent par les tons de leur plumage et la répartition des couleurs, mais ne peuvent être distinguées par un œil non expert.

Groupe Caniceps

Le groupe Caniceps se distingue de Carduelis à l’œil nu, car les oiseaux inclus dans ce taxon ont une coloration grisâtre autour de la tache rouge de la tête, et non noire. On peut citer les membres suivants :

  • Carduelis carduelis caniceps : on le trouve dans l’ouest du Pakistan et les régions du nord de l’Himalaya.
  • Carduelis carduelis paropanisi : on le trouve entre autres au Pakistan et au Kazakhstan. Il a un bec plus long et des tons grisâtres plus répandus, ce qui lui donne un masque de tête moins visible.
  • Carduelis carduelis subulata : on le trouve principalement dans le centre et le sud de la Sibérie. Il est plus grand que les autres.

Alimentation et comportement

Tous les passereaux ont une conformation digitale anisodactyle. Cela signifie qu’ils ont 4 doigts au niveau de leurs extrémités : 3 d’entre eux sont tournés vers l’avant et le dernier vers l’arrière. Grâce à cette conformation « en crochet », les chardonnerets et autres oiseaux peuvent facilement saisir des objets et se reposer sur les branches des arbres.

Cette espèce est éminemment granivore et se nourrit de graines, notamment de chardons (Carduus). Son nom scientifiuque (Carduelis) indique d’ailleurs sa passion pour les chardons. Elle chasse également les invertébrés s’il y en a, notamment en période de reproduction lorsqu’il est nécessaire d’engraisser les petits avec un apport protéique supplémentaire.

Pour extraire les graines, ces oiseaux ont recours à leur long bec conique et à leurs plumes faciales raides qui servent de protection. Malgré leur dextérité, des accidents surviennent parfois et il est fréquent de voir des spécimens présentant des lésions oculaires.

En hiver, ces animaux sont extrêmement sociaux et forment des groupes avec d’autres oiseaux granivores. Au printemps, les groupes se dispersent pour se reproduire.

Migration

Les chardonnerets sont des oiseaux partiellement migrateurs. Par exemple, les populations du nord de la péninsule ibérique migrent vers le sud aux périodes les plus froides, tandis que celles déjà établies dans le sud sont sédentaires ou peuvent choisir de se rendre en Afrique du Nord.

Reproduction

Ces oiseaux se reproduisent généralement 2 fois par an, généralement à la mi-mars et au printemps. Une fois la sélection d’accouplement effectuée, les femelles construisent elles-mêmes des nids – les mâles les accompagnent, mais n’y contribuent pas. L’espèce choisit généralement des lieux de nidification à plusieurs mètres au-dessus du sol, toujours protégés par des branches et des feuilles.

Une fois le nid terminé et après 2-3 jours d’attente, la femelle commence à pondre ses œufs le matin. Chaque couvée se compose de 4 à 6 œufs, blancs avec des taches de rousseur rougeâtres dispersées à la surface. Les œufs sont couvés pendant environ 2 semaines par la femelle, qui à son tour sera prise en charge par le mâle.

Une fois que les jeunes sont nés, ils ne sont absolument pas protégés, car ils sont aveugles, chauves et n’ont pas la capacité de marcher ni de voler (nidicole). Par conséquent, le mâle et la femelle doivent travailler ensemble pour les nourrir et les faire avancer. Les petits commencent à s’envoler à 13-18 jours de vie et continuent à se nourrir dans le nid pendant 9 jours supplémentaires avant de partir.

La situation en captivité du chardonneret élégant

Comme indiqué par des sources informatives, en Espagne, des oiseaux comme celui-ci continuent d’être capturés illégalement sans permis. Et ce, pour mener à bien une série de pratiques connues sous le nom de “sylvestrisme”.

La Commission européenne a déjà condamné la chasse aux espèces sauvages endémiques, telle qu’établie par la directive européenne AVES (2009/147/CE) relative à la protection de la biodiversité. Le sylvestrisme devrait être réalisé avec des animaux élevés en captivité, mais leur reproduction dans un environnement domestique étant difficile, les spécimens sont capturés.

Cela a fait place à des interdictions locales, des permis diffus et de nombreux doutes quant à la possession de cette espèce. Dans des régions d’Espagne (comme la Catalogne) en seulement 2 ans, plus de 2 500 pinsons ont été saisis, dont la possession est illégale en raison du manque de permis et de connaissances. Autrement dit, il est interdit d’avoir cet animal chez soi.

Un chardonneret élégant.

Bien que cette espèce ne soit pas en danger d’extinction à ce jour, il faut éviter à tout prix le vol de spécimens dans la nature sans garantir des programmes d’élevage. Ce n’est qu’alors que nous pourrons préserver cette espèce et bien d’autres à long terme.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le picage chez les oiseaux : causes et traitement
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Le picage chez les oiseaux : causes et traitement

Le picage chez les oiseaux est une condition clinique très courante des oiseaux domestiques. C'est une pathologie difficile à éradiquer.