Chouette effraie : habitat et caractéristiques

La chouette effraie est un animal mystérieux et nocturne aux tons blancs. Ses relations de parenté sont complexes et controversées. Saviez-vous qu'il existe jusqu'à 30 sous-espèces ?
Chouette effraie : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 27 juin, 2021

La chouette effraie (Tyto alba), également appelée « effraie des clochers » ou «  dame blanche » est un oiseau de l’ordre des Strigiformes appartenant à la famille des Tytonidae. C’est l’une des espèces d’oiseaux les plus cosmopolites au monde, car elle habite pratiquement tout le globe – à l’exception de certaines régions et zones à climat extrême.

Des analyses phylogénétiques ont montré qu’il existe au moins 3 lignées de cette espèce, une en Europe, Asie occidentale et Afrique, une autre en Asie du Sud-Est et Australasie et une autre dans les Amériques. Certains professionnels avancent même que cet oiseau pourrait être divisé en 5 espèces différentes. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cet animal.

L’habitat de la chouette effraie

Comme déjà dit précédemment, cet oiseau est l’un des plus répandus sur toute la planète. On le trouve sur tous les continents sauf l’Antarctique, de l’Europe à l’Australie, en passant par diverses îles du Pacifique, toute l’Amérique, l’Afrique et l’Asie.

Il n’est absent que dans les déserts, les zones polaires, les sommets montagneux inhospitaliers et certaines îles reculées. C’est une espèce sédentaire, puisqu’elle s’installe dans une zone spécifique et ne s’en éloigne pas, malgré le fait qu’il existe des environnements plus favorables à proximité.

La chouette blanche est typique des espaces ouverts, comme les champs cultivés, les steppes ou les jachères. Pour se reposer et scruter l’horizon, elle choisit généralement des trous à une certaine hauteur du sol, naturels ou artificiels.

Il est typique d’observer des spécimens dans les creux du tronc d’un arbre. Mais ils peuplent aussi les creux des ravins, des églises, des maisons anciennes et des greniers.

Une chouette dans un trou d'arbre.

Caractéristiques physiques

La chouette effraie est unique, avec une belle couleur ivoire qui recouvre ses plumes. Elle est de taille moyenne, mais il existe une nette variation de taille entre les sous-espèces. Le spécimen “type” mesure entre 33 et 39 centimètres à l’âge adulte. Son poids est également très variable, puisque selon les localités, les spécimens pèsent entre 220 et 710 grammes.

Le ton des plumes change selon les sous-espèces, mais la partie dorsale varie généralement du gris au brun. Sa tête, en forme de cœur, est toujours d’un blanc pur. Ses yeux sont noirs et son bec a également une teinte ivoire, en harmonie avec le reste de sa tête. L’âge et le sexe de chaque spécimen sont d’autres facteurs qui modifient leurs modèles de couleur.

Dans les populations d’Europe continentale, un plus grand nombre de taches et de tons indique un meilleur état de santé, du moins chez les femelles.

Les sous-espèces de chouette effraie par continent

Comme nous l’avons dit, la situation phylogénétique de la chouette effraie est très confuse. Certaines études estiment qu’il existe jusqu’à 30 sous-espèces regroupées en 3 unités évolutives différentes, tandis que d’autres stipulent qu’en réalité, cet oiseau englobe 5 espèces différentes.

La situation reste floue, mais presque tout le monde s’accorde à dire qu’il existe différentes lignées selon les régions.Selon la région dans laquelle nous fixons notre attention, plusieurs sous-espèces de chouette effraie peuvent être distinguées. Les plus importantes et reconnues au niveau taxonomique sont les suivantes :

  • Europe : les sous-espèces Tyto alba alba, Tyto alba guttata et Tyto alba ernesti. T. alba alba est la chouette typique, celle que l’on imagine habituellement en parlant de cet animal
  • Afrique : les 6 sous-espèces Tyto alba affinis, Tyto alba detorta, Tyto alba poensis, Tyto alba gracilirostris, Tyto alba thomensis et Tyto alba schmitzi.
  • Asie : les 5 sous-espèces Tyto alba erlangeri, Tyto alba stertens, Tyto alba javanica, Tyto alba deroepstorffi et Tyto alba sumbaensis.
  • Amérique du Nord : une seule sous-espèce, Tyto alba pratincola.
  • Amérique du Sud et Amérique centrale : il existe 10 sous-espèces différentes, réparties dans les régions de climats humides et tropicaux.
  • Océanie : les 4 sous-espèces Tyto alba delicatula, Tyto alba meeki, Tyto alba crassirostris et Tyto alba interposita.

Vous comprenez maintenant pourquoi on parle de confusion phylogénétique pour évoquer cette espèce. L’aire de répartition de la chouette effraie est si large et remonte à tellement d’années qu’il est très difficile de déterminer la proximité et la frontière entre les taxons qui la composent.

Alimentation

Ces chouettes sont des prédateurs d’insectes et de mammifères, bien qu’elles ne méprisent pas non plus les reptiles, les amphibiens et autres oiseaux plus petits de façon sporadique. Cet oiseau est un chasseur généraliste, bien qu’il semble qu’il a une prédilection pour les petits mammifères tels que les campagnols, les rats et les musaraignes.

Comme l’indique le portail SEO Birdlife , cette espèce a un taux métabolique très élevé, ce qui l’oblige à passer une grande partie de l’après-midi et de la nuit à chercher des proies. Il convient de noter que les oreilles de ces oiseaux apparaissent de manière asymétrique dans le crâne. Grâce à cela, ils sont capables de détecter les sons et n’ont donc pas besoin de leurs yeux pour chasser.

On pense que les sous-espèces résidentes des îles sont plus petites parce qu’elles doivent baser leur alimentation sur les insectes. Pendant ce temps, les spécimens continentaux ont à leur disposition de petits mammifères à chasser.

Reproduction

Ces chouettes ne sont pas particulièrement territoriales, mais elles ont une aire de répartition qu’elles considèrent comme leur “maison”, dans laquelle elles chassent et exercent leurs activités vitales. Normalement, le terrain d’un spécimen s’étend à 1 kilomètre du nid, bien que la zone d’alimentation des femelles adultes chevauche celle de leur partenaire.

Cette espèce est monogame et les duos reproducteurs restent ensemble jusqu’à ce que l’un des deux meure. Une fois le couple formé, le mâle effectue une série de vols exploratoires, avec lesquels il établit l’aire de nidification.

Après cet acte, une parade nuptiale très complexe a lieu, qui se termine par la ponte d’environ 2 à 9 œufs – avec une moyenne de 5. La période d’incubation dure environ 30 jours, mais l’attente en vaut la peine : cette espèce affiche un taux de réussite d’éclosion de 75 %.

Dans les premières semaines de reproduction, c’est le mâle qui se charge d’apporter toute la nourriture au nid. Dès l’âge d’un mois, la femelle commence également à s’aventurer à l’extérieur, afin de chasser plus de nourriture pour sa progéniture. La croissance des petits culmine environ 30 semaines après l’éclosion.

Bien qu’ils puissent se reproduire tout au long de l’année, ces oiseaux présentent des schémas saisonniers clairs, adaptés à la région dans laquelle ils vivent.

L’état de conservation de la chouette effraie

Il est difficile d’établir un état de conservation général pour l’espèce, car son aire de répartition est immense et il est préférable d’évaluer chaque sous-espèce séparément. Cependant, l’Union internationale pour la conservation de la nature ( UICN ) déclare que la chouette effraie fait partie de la catégorie « préoccupation mineure ».

On estime qu’il pourrait y avoir environ 10 millions de spécimens dans le monde, et que 20 % d’entre eux se trouvent dans les régions des Amériques. Dans certaines régions, ces oiseaux ont connu un déclin drastique, en raison de l’utilisation d’insecticides dans les champs – tels que le DDT – et de l’application de rodenticides sur les cultures, qui ont privé la chouette de ses proies.

Si l’on ne tient pas compte de sa situation phylogénétique compliquée, on peut affirmer qu’il s’agit de la deuxième espèce de rapace la plus répandue au monde, seulement dépassée par le faucon pèlerin (Falco peregrinus). Mais dans certaines parties du globe – comme le Canada – il est de plus en plus difficile de voir des spécimens de cette espèce.

Une chouette effraie au sommet d'un rocher.

Quelques curiosités

Historiquement, diverses cultures rurales ont conféré à cet oiseau une “aura menaçante” en raison de son apparence fantomatique et de ses habitudes nocturnes. Les idées préconçues négatives sur cette espèce sont fausses. Elles n’ont aucun intérêt à attaquer les humains, et elles s’occupent des petits mammifères qui peuvent être des ravageurs des cultures.

Heureusement, la population générale est maintenant globalement consciente de l’importance de cette espèce. De nombreuses régions ont favorisé la mise en place de nichoirs, qui permettent également de réaliser des études comportementales de cette espèce, tout en respectant son cycle naturel de reproduction. Assurer leur survie implique un effort commun.

Cela pourrait vous intéresser ...
Hiboux et chouettes : quelles sont les différences ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Hiboux et chouettes : quelles sont les différences ?

Les hiboux et les chouettes sont des animaux similaires, mais ils présentent des caractéristiques différentes qui peuvent nous aider à les distingu...