Manchot royal : habitat et caractéristiques

Les manchots royaux se rassemblent en colonies qui comptent des centaines ou des milliers de spécimens qui se reproduisent sur des îles. Leur saison de reproduction est très longue, entre 14 et 15 mois.
Manchot royal : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 21 juillet, 2021

Nous parlerons ici du manchot royal, scientifiquement connu sous le nom d’Aptenodytes patagonicus. Originaires de l’hémisphère sud, les pingouins ont échangé leur capacité de voler il y a des milliers d’années contre de sublimes compétences sous-marines.

Toute leur anatomie est adaptée à la nage. Ces animaux apparemment maladroits sur terre se transforment en torpilles une fois dans l’eau.

Cette espèce est une proche parente du manchot empereur (Aptenodytes forsteri), avec lequel elle présente de nombreuses similitudes. Le manchot royal est le deuxième plus grand pingouin, seulement derrière l’empereur.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les caractéristiques de cet animal, l’habitat dans lequel il vit et son statut de conservation, nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

L’habitat du manchot royal

Bien que la plupart des personnes pensent que les pingouins ne vivent que sur la glace, cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité. Presque tous ces oiseaux habitent l’hémisphère sud, seuls quelques-uns le font dans l’Antarctique gelé. Les manchots royaux apparaissent dans un certain nombre d’endroits près de cet endroit, les îles-subantarctiques.

Ainsi, on trouve des populations reproductrices sur les îles Kerguelen et Crozet, qui appartiennent à la France. Des spécimens peuvent également être observés dans les îles Heard, McDonald et Macquarie, en Australie, et dans l’archipel sud-africain du Prince Édouard.

En outre, il existe des populations sur l’île de la Géorgie du Sud, des îles Malouines, les îles Sandwich du Sud et les îles Shetland du Sud. Plusieurs pays se disputent la souveraineté de ces territoires. On trouve aussi manchots royaux dans le sud de l’Argentine et du Chili, bien que ces populations ne soient pas reproductrices.

Il est à noter que les territoires les plus à l’ouest de l’aire de répartition appartiennent à la sous-espèce A. patagonicus patagonicus. Par contre, les sols de l’Est sont issus d’ A. p. halli. Ces sous-espèces sont très similaires, mais elles ne se reproduisent généralement pas entre elles.

Un groupe de pingouins sur la glace.

Lorsqu’ils sont à terre, ces pingouins évitent les zones glacées ou enneigées. Ils préfèrent les vallées avec des prairies ou des broussailles, des côtes ou des plages avec de légères pentes. Ils se trouvent généralement près du rivage, mais peuvent parfois être trouvés à des kilomètres à l’intérieur des terres.

Ces oiseaux passent également un pourcentage important de leur vie dans l’océan. Ils font des incursions pour la nourriture, aux cours desquelles ils peuvent parcourir de longues distances.

Caractéristiques physiques

Comme nous le disions plus haut, le manchot royal est le deuxième plus grand pingouin, juste derrière l’empereur. Il mesure entre 80 et 90 centimètres de haut et peut peser entre 14 et 16 kilogrammes à l’âge adulte. Les mâles sont légèrement plus gros que les femelles, mais les deux sexes ont une constitution très similaire.

Le manchot royal et l’empereur se distinguent tous deux des autres pingouins par leur taille, leur port élégant, leur bec long et fin et leurs couleurs éclatantes. Les pattes de ces oiseaux sont épaisses et fortes, et leur queue est courte. Les ailes ont été transformées en nageoires et sont relativement minces.

Coloration

La partie ventrale de A. patagonicus est complètement blanche (poitrine, ventre et pattes avant). La partie dorsale (cou, dos, queue et pattes arrière) est d’un gris argenté foncé. A la connexion entre les parties blanches et grises, on observe une ligne noire.

Ses ailes sont grises sur la partie extérieure, et blanches sur la partie intérieure. On observe la même ligne noire dans ses marges.

Les couleurs de la tête et de ses environs sont les plus intéressantes. La majeure partie du crâne a un plumage noir très foncé. Dans la région auriculaire, où se trouveraient les oreilles, on peut observer un demi-cercle jaune-orangé très voyant.

Sous la tête, des lignes noires latérales se rejoignent, formant des triangles gris de chaque côté du cou. Sous cette union, on observe une tache encore une fois jaune-orangé, bien que plus floue. Alors que la partie supérieure du bec est noire, la mâchoire inférieure arbore aussi le beau jaune-orangé.

Complètement différents, les petits de cette espèce n’ont pas le contour stylisé et fusiforme de leurs parents. Ils sont un peu plus petits, mais plus larges que les adultes. Leur plumage est désordonné, uniforme et marron foncé. Quant à leur bec et à leurs pattes, ils sont noirs.

Le statut de conservation du manchot royal

Contrairement à tant d’autres espèces, la situation du manchot royal semble favorable. Cette espèce a une aire de répartition très large qui s’étend de l’Amérique du Sud à la Nouvelle-Zélande.

Le manchot royal a une énorme population mondiale, estimée à environ 1,1 million de couples. De plus, ils connaissent aujourd’hui une croissance généralisée, sauf dans la partie la plus septentrionale de leur aire de répartition.

L’Union internationale pour la conservation de la nature a classé cette espèce dans la catégorie « Préoccupation mineure » en 2020. Il s’agit de la situation la plus bénigne possible au sein du système de classification de cette organisation.

Les menaces auxquelles il doit faire face

Malgré cela, certaines menaces pourraient nuire à cet oiseau. Le plus notable est le changement climatique : bien que les manchots royaux ne vivent pas sur la glace, ils ont besoin d’eaux froides pour chasser et se nourrir. Par conséquent, une augmentation de la température des océans pourrait déplacer ou éliminer leurs aires d’alimentation.

Les vols humains au-dessus de leurs territoires causent également de l’inconfort, favorisant la mortalité et la diminution de la reproduction chez les manchots. L’industrie de la pêche et les marées noires ont également un impact négatif sur leurs populations.

Enfin, les espèces exotiques envahissantes pourraient causer quelques dégâts, mais pour le moment ces dégâts ne semblent pas très sévères. 

Un pingouin entouré de jeunes.

Le manchot royal est un magnifique oiseau marin. Bien qu’il ne soit pas en danger d’extinction, de nombreuses autres espèces – comme le manchot à œil jaune – le sont. Ces animaux sont un joyau de l’évolution sur cette planète. Ils font partie du patrimoine naturel et doivent donc être conservés.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le comportement des pingouins
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Le comportement des pingouins

Le comportement des pingouins, ces animaux noirs et blancs qui vivent au-dessus de la glace, est profondément lié aux océans et aux cycles lumineux...