Mon poisson halète beaucoup et très vite : pourquoi ?

Vos poissons halètent rapidement à la surface de l'aquarium et vous ne savez pas pourquoi ? Découvrez ici quelques-unes des causes et les solutions pour résoudre cette condition inquiétante.
Mon poisson halète beaucoup et très vite : pourquoi ?

Dernière mise à jour : 01 août, 2021

L’aquariophilie est un hobby de plus en plus populaire au sein de la population générale. Cela n’est pas étonnant : avoir un écosystème marin ou d’eau douce à la maison est une activité fascinante pour de nombreux amoureux de la nature. Comme tous les animaux de compagnie, les poissons nécessitent certaines attentions. Savez-vous ce que signifie un poisson qui halète beaucoup ?

Dans les lignes suivantes, nous abordons l’une des préoccupations les plus courantes chez les personnes qui possèdent un aquarium d’eau douce : pourquoi mon poisson halète-t-il beaucoup et très rapidement ? Si vous voulez savoir quelle est la réponse à cette question, poursuivez donc votre lecture.

Comment les poissons respirent-ils ?

Avant d’entrer pleinement dans le vif du sujet, clarifions d’abord certaines choses sur le système respiratoire des poissons. En premier lieu, il faut noter que ces vertébrés effectuent l’essentiel des échanges gazeux par les branchies, situées de part et d’autre du pharynx et protégées par les opercules (la nageoire de l’os dur qui les recouvre).

Les branchies sont constituées d’arcs branchiaux qui supportent une série de filaments rougeâtres très vascularisés. L’eau pénètre continuellement par la bouche du poisson, traverse les structures nommées et les échanges gazeux s’y déroulent. Au niveau capillaire, le corps rejette l’excès de dioxyde de carbone métabolique et récupère l’oxygène dissous dans l’eau.

Les branchies sont capables de collecter l’oxygène dissous dans l’eau et de le transporter vers les tissus.

Les formes spéciales de respiration

La plupart des poissons “modernes” évolutifs possèdent un organe appelé vessie natatoire. Chez la plupart des espèces, cette structure est bicamérale et a perdu sa connexion avec le système digestif de l’animal, elle est donc isolée (poissons physoclistes). Dans ce cas, la vessie natatoire agit comme un « flotteur » et se gonfle ou se dégonfle en échangeant des gaz avec le sang.

Chez d’autres poissons plus primitifs (physostomes) la vessie et le tube digestif sont connectés. Chez certaines de ces espèces, cet organe est très vascularisé et a une fonction similaire à celle d’un poumon. Certains des physostomes doivent remonter à la surface de l’eau pour prélever de l’air directement dans l’environnement afin de respirer.

Un phénomène similaire se produit avec l’organe appelé labyrinthe des poissons combattants et d’autres de leurs parents, comme les gouramis. Cette structure suprabranchiale est hautement vasculaire et permet à l’animal de prélever de l’oxygène directement dans l’environnement.

Ainsi, ces poissons halètent beaucoup à la surface de l’eau. Mais cela est normal et s’explique par leur physiologie.

Certains poissons respirent hors de l’eau en continu car leur physiologie le permet.

Un poisson betta en colère.

Pourquoi mon poisson halète-t-il beaucoup et très vite ?

Nous ne pouvons que vous rassurer si vous possédez un poisson combattant (Betta splendens). Chez ces poissons magnifiques et communs dans les aquariums, cette respiration superficielle est utile et nécessaire : elle n’indique pas un problème.

En revanche, si vous avez d’autres espèces de poissons dans l’aquarium qui affichent comportement, il est temps de vous inquiéter. Voyons quelques-unes des causes qui peuvent expliquer ce comportement inquiétant.

Le manque d’oxygène dissous dans l’eau, une raison pour lesquelles un poisson halète beaucoup

Le manque d’oxygène dans le réservoir est la raison la plus courante pour laquelle les poissons halètent beaucoup et rapidement. Si la concentration d’O2 n’est pas suffisante dans l’eau, les membres de l’aquarium essaieront de l’obtenir de l’environnement. Ne pas régler la situation n’est jamais une option, car cela indique une mauvaise qualité globale de l’habitat du poisson.

Avant de prendre une décision, vous devez tester tous les paramètres importants de l’eau (nitrites, nitrates, pH, ammoniac, salinité et dureté) pour voir s’ils sont corrects. Sinon, il faudra procéder à un changement d’eau et verser des solutions spécifiques dans l’aquarium pour inverser la situation.

Une fois les paramètres de l’eau fixés, vous pouvez vous procurer un oxygénateur spécifique pour les aquariums.

Surpopulation ou manque d’espace

Malheureusement, la surpopulation est très courante dans les aquariums des nouveaux gardiens. Parfois, les vendeurs souhaitent vendre autant de spécimens que possible et, par ignorance ou par intérêt, ils recommandent beaucoup moins d’espace qu’il n’est nécessaire.

Par exemple, les poissons combattants ont besoin d’un aquarium d’au moins 10 litres pour  bien vivre, mais ils sont généralement conservés dans des petits réservoir. Les poissons rouges ( Carassius auratus), eux, ont besoin d’au moins 40 litres d’eau, ni plus ni moins.

La surpopulation peut être à l’origine d’une respiration superficielle, quelle que soit la taille de l’aquarium. Si la quantité d’eau minimum par poisson n’est pas respectée, l’oxygène dissous dans l’eau diminue considérablement et les animaux doivent recourir à une respiration peu profonde.

Des températures trop élevées

Comme l’indiquent ce portail gouvernemental, plus la température de l’eau est élevée, moins elle retient l’oxygène dissous. À 0º C, la saturation en O2 (DO) est de 9,9 milligrammes par litre. Aux alentours de 35°C, cette concentration chute drastiquement, jusqu’à environ 7 milligrammes par litre. Bien que le changement semble minime, les poissons le remarquent.

S’il est vrai que la plupart des poissons d’ eau douce sont qualifiés de “tropicaux”, presque tous vivent bien à des températures comprises entre 24 et 26º C. Augmenter la température de l’aquarium au-delà de cette limite peut faire qu’ils aient recours à une respiration superficielle inutile. Pour contrôler cette valeur, procurez-vous un thermostat pour réservoir.

Le stress chez les poissons peut se manifester de plusieurs façons.

En somme, si un poisson halète beaucoup dans votre aquarium, quelque chose ne va sûrement pas. Que la raison soit une mauvaise qualité de l’eau, la surpopulation ou une température excessivement élevée, il faut résoudre la situation avant qu’elle ne favorise une maladie plus grave chez l’animal.

Les seules exceptions à cette règle sont les poissons combattants et les gouramis. Ces poissons respirent normalement de manière superficielle, car leurs structures le leur permettent.



  • Mendez‐Sanchez, J. F., & Burggren, W. W. (2019). Hypoxia‐induced developmental plasticity of larval growth, gill and labyrinth organ morphometrics in two anabantoid fish: The facultative air‐breather Siamese fighting fish (Betta splendens) and the obligate air‐breather the blue gourami (Trichopodus trichopterus). Journal of morphology, 280(2), 193-204.
  • Zamora, J. C., Miranda, A. P., Sevilla, M. V. Á., Peinado, C. L., & Gómez, J. B. La transposición didáctica del funcionamiento hidrostático de un órgano complejo: la vejiga natatoria de los peces. Didáctica de las Ciencias Experimentales y Sociales, (27).
  • Salguero Gavilanez, A. P., & Vargas Mesa, A. L. (2018). Extracción y utilización de diferentes niveles (2%, 4%, 6%) del colageno de la vejiga natatoria del bagre (B. panamensis) en salchicha de mariscos (Bachelor’s thesis, Escuela Superior Politécnica de Chimborazo).