Poisson-scie : habitat et caractéristiques

Le poisson-scie a été utilisé pour diverses raisons, à commencer par les loisirs, en tant que trophée, et les aquariums, jusqu'à l'attribution d'usages médicinaux et comme mets exotique. Le prix de certains de ces gros animaux peut atteindre plus de 10 000 $.
Poisson-scie : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 29 juin, 2021

D’apparence similaire à celle d’un requin, le poisson-scie est une espèce qui se distingue par son museau allongé et « dentelé ». Bien qu’à certains endroits, il soit confondu avec un requin-scie, cette espèce est plus étroitement liée aux raies ou batoïdes.

Fait inquiétant, les populations de ce poisson ont diminué au fil du temps. Le plus triste est que, malgré cela, la vente de cette espèce à des prix exorbitants est toujours d’actualité. Le commerce international est ainsi devenu un facteur de risque élevé pour le poisson-scie : ce commerce l’a mis en danger critique d’extinction.

Pour éviter toute confusion, dans cet article nous nous concentrerons sur l’espèce Pristis pectinata, qui appartient à l’un des groupes de poissons les plus menacés, la famille des Pristidae. Poursuivez donc votre lecture pour en apprendre plus sur cet animal aquatique.

Où vit le poisson-scie ?

On trouve cet animal au niveau des côtes et les estuaires des régions tropicales ou subtropicales, dans l’océan Atlantique. Il existe également des enregistrements de sa présence près de la côte est de l’Afrique, des États-Unis, du golfe du Mexique et de l’Uruguay.

Cependant, selon une étude publiée dans la revue scientifique Endangered Species Research, le poisson-scie se trouverait limité à 20 % de son aire de répartition d’origine. Actuellement, il ne peut être vu que près des Bahamas ou au large des côtes de la Floride (États-Unis).

Dans cette dernière région, des chercheurs du parc national des Everglades ont trouvé une population persistante, qui pourrait même augmenter lentement. Cela semble prometteur, car cela prolonge le temps disponible pour sauver l’espèce.

Un poisson-scie sur fond noir.

Caractéristiques physiques

Sa coloration varie entre le brun et le bleu-gris, mais son ventre est clair. Il a des nageoires pectorales en forme d’ailes, presque comme celles des batoïdes, et son nom est dû à l’apparence de sa tête, qui est en forme de scie.

D’autre part, le poisson-scie appartient au groupe des chondrichtyens, il partage donc avec eux plus qu’une simple apparence. Il peut dépasser les 600 centimètres de long et peser 350 kilos.

Curieusement, les pointes qui se trouvent autour de son museau sont en fait des types de dents primitifs, en forme de tronçonneuse. Au total, un spécimen a 22 à 29 dents. Cependant, cette structure ne fait pas partie de sa bouche et n’est qu’une projection de son crâne, ou vue d’une autre manière, un très long “nez”.

Comme la majeure partie de sa tête est aplatie, ses yeux et son évent sont visibles au sommet. Quant à sa bouche, elle compte plusieurs rangées de dents.

Le comportement du poisson-scie

Cette espèce peut se déplacer dans les eaux douces et salées. Elle habite donc les baies, les lagunes, les estuaires et certaines embouchures de rivières et de lacs. Préférant les zones peu profondes, il n’est pas courant de le trouver au-delà de 10 mètres de profondeur. En fait, dans certains cas, des spécimens se reposent dans le sable ou la boue, à quelques mètres de la surface.

Les habitudes de ce poisson changent en fonction de la zone dans laquelle il se trouve et des autres espèces avec lesquelles il vit. Par exemple, si le spécimen se développe près de l’embouchure d’une rivière, son comportement sera différent de celui qui a vécu toute sa vie en pleine mer.

De plus, il existe également des différences comportementales en fonction de l’âge ou de la maturité. Alors que les adultes ont des habitudes plus diversifiées et erratiques, celles des jeunes sont plus stables et reconnaissables.

La preuve en est l’hypothèse selon laquelle cette espèce pourrait avoir un comportement migratoire. Cependant, il n’a pas été possible de le confirmer, car les spécimens qui présentaient ce modèle n’ont pas pu être recapturés. Il semble que seuls les adultes ont ce comportement.

Alimentation

Son alimentation principale se compose de sardines, de chinchards, de saumon et de raies, entre autres poissons, ainsi qu’une grande variété de petits mollusques invertébrés. Sa principale méthode de chasse consiste à utiliser son museau comme une épée, en le déplaçant d’un côté à l’autre pour blesser et neutraliser sa proie.

Cette scie sert également à « labourer » le sable ou la boue, afin d’éliminer les invertébrés qui s’y cachent. 

Reproduction

Le poisson-scie est considéré comme un animal ovovivipare, ce qui signifie que l’embryon se nourrit d’un sac vitellin, mais est retenu dans le ventre de la mère jusqu’à sa naissance. Ce cycle de reproduction est bisannuel, puisque la femelle passe un an à se préparer à la gestation et un an de plus à vivre la gestation. Les portées sont composées de 7 à 14 spécimens.

Concernant l’accouchement, il ne semble pas y avoir de saisons définies. On considère alors que ce poisson peut se reproduire à presque n’importe quel moment de l’année.

Après cela, les jeunes n’atteignent la maturité qu’à l’âge de 7 ou 11 ans. Ces caractéristiques rendent difficile la stabilité de la population, car plusieurs années doivent s’écouler avant qu’ils puissent s’accoupler de nouveau.

Lorsque tout semblait perdu, de nouvelles informations sur l’espèce apparaissent qui pourraient changer les choses. En 2015, le premier cas de reproduction parthénogénétique a été documenté chez un spécimen de poisson-scie. Les scientifiques en charge de la découverte ont publié leurs recherches dans la revue Current Biology.

L’état de conservation du poisson-scie

Le cycle de vie de cet organisme est très long, c’est pourquoi il ne peut faire face à la surexploitation dont il est victime. En plus de cela, le changement climatique, la pollution et la destruction de leur habitat, la pêche, le commerce international et les catastrophes naturelles ont considérablement réduit leur population.

Étant en petit nombre, il n’est pas possible d’obtenir des informations pour aider l’espèce. En effet, il est difficile de trouver, de suivre et d’évaluer ces spécimens. Pour cette raison, l’Union internationale pour la conservation de la nature a classé ce poisson comme « En danger critique d’extinction ».

Un poisson-scie sous l'eau.

Une espèce de plus en voie de disparition

À ce stade, il est certain que l’homme est l’un des coupables directs de la disparition de diverses espèces. Malgré nos connaissances, notre espèce continue de détériorer de plus en plus l’environnement des animaux, causant des problèmes à tout l’écosystème et même à elle-même.

Cependant, nous avons encore le temps de remédier à plusieurs problèmes et de sauver des espèces comme celle-ci de la situation préoccupante dans laquelle elles se trouvent. Informer est toujours la première étape avant d’agir.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment la pollution de l’eau affecte-t-elle les poissons ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Comment la pollution de l’eau affecte-t-elle les poissons ?

La pollution de l'eau affecte tout l'environnement, mais les poissons sont bien évidemment les plus touchés par ce phénomène.



  • Carlson, J., Gulak, S., Simpfendorfer, C. A., Grubbs, D., Romine, J., & Burgess, G. (2014). Movement patterns and habitat use of smalltooth sawfish, Pristis pectinata, determined using pop-up satellite archival tags. Aquatic Conservation.
  • Carlson, J. K., & Osborne, J. (2012). Relative abundance of smalltooth sawfish (Pristis pectinata) based on the Everglades National Park Creel Survey.
  • Fields, A. T., Feldheim, K. A., Poulakis, G. R., & Chapman, D. D. (2015). Facultative parthenogenesis in a critically endangered wild vertebrate. Current Biology25(11), R446-R447.
  • Brame, A. B., Wiley, T. R., Carlson, J. K., Fordham, S. V., Grubbs, R. D., Osborne, J., … & Poulakis, G. R. (2019). Biology, ecology, and status of the smalltooth sawfish Pristis pectinata in the USA. Endangered Species Research39, 9-23.
  • Faria, V. V., McDavitt, M. T., Charvet, P., Wiley, T. R., Simpfendorfer, C. A., & Naylor, G. J. (2013). Species delineation and global population structure of Critically Endangered sawfishes (Pristidae). Zoological Journal of the Linnean Society167(1), 136-164.