Pourquoi mon poisson nage-t-il sur le côté ?

La vessie natatoire a de nombreuses fonctions chez les poissons osseux. Malheureusement, certains déséquilibres au niveau de cet organe peuvent amener le poisson à nager sur le côté et de manière erratique.
Pourquoi mon poisson nage-t-il sur le côté ?

Dernière mise à jour : 30 juillet, 2021

L’aquariophilie est un passe-temps qui se répand de plus en plus dans la population générale. Avoir un aquarium permet aux personnes de s’initier à la dynamique des écosystèmes fluviaux tout en profitant de la compagnie de poissons remplissant toutes leurs fonctions vitales. Toutefois, certaines maladies peuvent surprendre : savez-vous pourquoi un poisson nage de côté ?

Qu’un membre de l’aquarium soit incapable de maintenir sa posture pendant ses déplacements est le signe d’un dysfonctionnement. Si vous voulez savoir à quoi cette situation est due et comment y mettre un terme, nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

Comment nagent les poissons ?

Avant d’entrer pleinement dans la question qui nous préoccupe, il nous paraît intéressant de passer brièvement en revue le système de flottabilité de nombreux poissons. Pour ce faire, il faut s’intéresser à la vessie natatoire, un organe qui permet à de nombreux poissons osseux de rester en un point de la colonne d’eau sans avoir à dépenser trop d’énergie.

La vessie natatoire est constituée de 2 sacs remplis d’air qui se trouvent dans la partie dorsale de l’animal. Les parois tissulaires de cet organe ont très peu de vaisseaux sanguins et sont riches en cristaux de guanine, ce qui les rend imperméables aux échanges gazeux.

Lorsque de l’oxygène est introduit dans l’une des chambres de la vessie, il augmente son volume gazeux et la flottabilité du poisson. Cela permet à ce dernier ainsi de « monter » dans la colonne d’eau.

Les échanges gazeux s’effectuent au niveau sanguin en fonction des besoins du poisson. De plus, chez certaines espèces, cet organe est connecté à l’oreille interne : il agit ainsi comme une chambre de résonance et améliore l’audition.

La vessie natatoire permet à l’animal aquatique qui la porte de rester dans une certaine position dans la colonne d’eau sans avoir à gaspiller inutilement de l’énergie.

Races de carpes dorées.
Les problèmes de vessie natatoire sont fréquents chez les poissons rouges.

Et si mon poisson nage sur le côté ?

Nager sur le côté est un comportement totalement inadapté chez les poissons, car cela leur fait perdre leur champ de vision, leur mobilité et leur efficacité lorsqu’ils se déplacent dans la colonne d’eau.

Par conséquent, à quelques exceptions près, il s’agit toujours d’un symptôme d’une pathologie sous-jacente. Nous explorons ci-après certaines des conditions les plus courantes qui impliquent la vessie natatoire.

L’inflammation de la vessie natatoire

Selon des études, c’est l’une des principales raisons pour lesquelles un poisson peut nager sur le côté. Du côté des poissons rouges (Carassius auratus), elle représente jusqu’à 44 % des visites chez le vétérinaire, un chiffre non négligeable. Cette condition peut être causée par des infections parasitaires ou par une suralimentation de l’animal.

Lorsque l’inflammation de la vessie natatoire est causée par un agent infectieux, on parle d’aérocystite. Une mauvaise qualité de l’eau, le stress ou un nombre trop important de spécimens dans l’aquarium sont des facteurs qui favorisent  cette maladie.

Le déplacement de la vessie natatoire

Parfois, le problème n’est pas le gonflement du tissu de cet organe, mais sa mauvaise localisation. Comme expliqué précédemment, la vessie natatoire est composée de 2 chambres : la chambre antérieure est recouverte d’une tunique externe ferme qui est ancrée dans les structures osseuses, tandis que la chambre postérieure n’est relié à la chambre antérieure que par un tube fin.

La chambre postérieure de la vessie natatoire peut alors se déplacer assez facilement, et le poisson a alors des problèmes de flottabilité et se met à nager sur le côté. Des blessures mécaniques et des chocs violents peuvent provoquer ce déplacement.

La présence de liquides dans la vessie natatoire

La vessie natatoire est composée presque exclusivement de gaz, bien que les cellules épithéliales sécrètent de petites quantités de substances tensioactives qui protègent l’organe. L’accumulation de liquides dans les chambres due à un processus pathologique empêche la locomotion correcte des poissons malades.

Parfois, ce processus peut entraîner une rupture de la vessie.

Quels sont les autres symptômes ?

Ce signe clinique est généralement accompagné de nombreux autres. Parmi eux, figurent les suivants :

  • Perte d’appétit : presque tous les poissons mangent 1 à 2 fois par jour. Si l’animal se désintéresse de la nourriture pendant plus de 24 heures, c’est que quelque chose ne va pas.
  • Faiblesse généralisée et problèmes de flottabilité (déjà décrits).
  • Séparation du reste des spécimens : chez les poissons qui vivent en bancs, les malades se sépareront de leurs compagnons et iront au fond.
  • Respiration haletante hors de l’eau.
  • Queue et nageoires rongées : cela peut être dû à une infection fongique ou bactérienne, mais indique toujours une mauvaise qualité de l’eau.

Que dois-je faire si mon poisson nage sur le côté ?

La première étape est de toujours séparer l’animal malade, à moins que vous ne voyiez qu’il s’agit d’un état généralisé dans l’aquarium. De nombreux parasites nécessitent un temps d’incubation au sein de leur hôte, donc séparer le suspect à temps peut vous éviter bien des ennuis. Ayez toujours un petit réservoir “hôpital” prêt pour ce genre de situations.

Une fois que vous avez séparé l’animal malade, la meilleure chose à faire est d’aller chez un vétérinaire spécialisé. Si cela n’est pas possible, il existe des préparations médicamenteuses à large spectre contre les bactéries et les champignons spéciales pour les poissons, bien qu’elles puissent ne pas fonctionner.

Si l’état du poisson ne s’améliore pas en quelques jours malgré l’administration de médicaments, le pronostic est très mauvais. Il est alors vivement recommandé de consulter un spécialiste.

Un exemple d'exophtalmie chez les poissons.

Pour éviter cette condition, il faut surveiller les valeurs de l’eau de l’aquarium et respecter les besoins de toutes les espèces qui y sont hébergées. Une fois qu’un poisson tombe gravement malade, il est très difficile de le ramener à son état naturel, le meilleur outil sera donc toujours la prévention et le respect de l’animal.

Cela pourrait vous intéresser ...
Un tiers des poissons d’eau douce sont en danger d’extinction, selon une étude
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Un tiers des poissons d’eau douce sont en danger d’extinction, selon une étude

Le rapport publié en 2021 sur les poissons d'eau douce en voie de disparition indique que plus d'un tiers de ces poissons pourrait disparaître.



  • Wildgoose, W. H. (2007). Buoyancy disorders of ornamental fish: A review of cases seen in veterinary practice. Fish Vet. J, 9, 22-37.
  • Fänge, R. (1983). Gas exchange in fish swim bladder. Reviews of Physiology, Biochemistry and Pharmacology, Volume 97, 111-158.
  • Ghosh, S. K., & Mandal, D. (2016). Efficient natural piezoelectric nanogenerator: electricity generation from fish swim bladder. Nano Energy, 28, 356-365.
  • Foote, K. G. (1980). Importance of the swimbladder in acoustic scattering by fish: a comparison of gadoid and mackerel target strengths. The Journal of the Acoustical Society of America, 67(6), 2084-2089.