5 erreurs récurrentes lors de l'éducation d'un chiot

Bien que nous voulions que tout se passe bien avec notre chiot, la vérité est qu'éduquer un chiot n'est pas une tâche facile. Découvrez ici quelles sont les 5 erreurs récurrentes lors de l'éducation d'un chiot.
5 erreurs récurrentes lors de l'éducation d'un chiot

Dernière mise à jour : 05 mars, 2022

Lorsque nous avons un chien à la maison, de nombreuses questions sur la parentalité peuvent se poser, surtout s’il s’agit du premier animal de compagnie. La façon de le nourrir, de contrôler son humeur ou de lui apprendre à aller aux toilettes sont quelques-unes des questions qui peuvent nous venir à l’esprit. Nous pouvons alors commettre des erreurs par inadvertance lors de l’éducation d’un chiot.

Les chiens sont des animaux très intelligents, avec une grande capacité d’apprentissage. Cependant, les éduquer est tout un défi. Nous pouvons donc commettre des erreurs lorsque nous tentons d’éduquer un chien. Des erreurs qui, sans nous rendre compte, peuvent nuire à l’animal et entraver son apprentissage.

Les principaux problèmes de comportement chez les chiens sont dus à une mauvaise manipulation par les maîtres. Découvrez sans plus tarder 5 erreurs courantes lors de l’éducation d’un chiot.

1. La punition, une des erreurs récurrentes lors de l’éducation d’un chiot

Lorsque vous dressez un chien, vous pensez probablement que la punition et la réprimande ont un impact positif sur lui. Or, il a déjà été prouvé qu’elle est nocive.

Il n’est pas bon de réprimander un chiot, et pire encore, de le faire au mauvais moment. un chien vit dans le moment présent, si vous le punissez pour une bêtise commise quelques minutes avant, votre chien ne saura pas faire l’association entre ce comportement et votre réaction.

L’idéal est d’utiliser le renforcement positif à la place de la punition. Cela revient à lui offrir une récompense pour les comportements que vous souhaitez conserver chez le chiot et à ignorer les mauvais comportements. Les récompenses comprennent les collations et les caresses. Cette technique génère plus de bien-être et moins de stress chez les chiens.

Il est très important d’offrir la récompense au moment où le chiot exécute le comportement souhaité ou dès qu’il a terminé. Autrement, le chien ne saura pas faire l’association entre le comportement souhaité et la récompense.

Quelle est la meilleure nourriture pour chiots ?

2. Le manque de socialisation

L’une des erreurs les plus dommageables lors de l’éducation d’un chiot est de ne pas le socialiser. La période de socialisation chez les chiens varie selon les races et les spécimens. Cependant, elle doit plus ou moins avoir lieu entre la 3ème semaine et la 13ème semaine de vie. C’est une étape cruciale, au cours de laquelle l’animal acquiert des comportements typiques de l’espèce qui marquent son comportement social.

Cette étape commence avec la mère et les frères et sœurs. Il convient donc d’attendre au moins deux mois avant de le sevrer. L’interaction avec les autres membres de son espèce constituera la base de son comportement social une fois adulte.

De plus, après l’arrivée du chien à la maison, il est nécessaire qu’il interagisse également avec d’autres animaux et êtres humains (en dehors du maître) pour renforcer le comportement social et que le processus ne s’inverse pas. Les interactions permettent d’éviter la timidité, la peur, la fuite et d’autres problèmes de comportement, tels que l’agressivité.

Une mauvaise socialisation chez les chiots a des conséquences dangereuses. Elle représente un facteur de risque élevé des problèmes comportementaux.

3. L’impatience et l’incohérence, deux erreurs courants lors de l’éducation d’un chiot

Les chiens ne comprennent pas notre langage, l’éducation peut donc prendre un certain temps. Conséquence de cela : nous pouvons tomber dans l’impatience et cesser de maintenir les routines, ce qui représente une grave erreur lors de l’éducation d’un chiot. Cette erreur affectera son comportement, aggravant la situation.

L’éducation implique de la persévérance. Il est également très important que tous les membres de la famille acceptent d’enseigner de la même manière, avec les mêmes mots. De cette façon, les résultats ne tarderont pas à apparaître.

4. Le non respect

Le chien est un animal avec ses propres besoins et personnalité, nous ne pouvons donc pas interférer avec ses activités. Par exemple, le réveiller quand il dort ou le déranger quand il fait ses besoins ou quand il mange. Il convient qu’il dispose de son temps et de son espace, afin de ne pas altérer son développement, tant physique que psychologique.

Un chiot jouant dans le parc.

5. Le manque d’exercice fait partie des erreurs courantes lors de l’éducation d’un chiot

Ignorer son besoin d’exercice fait partie des erreurs récurrentes. Un chien qui ne fait pas d’exercice accumule des énergies qui finissent par générer de mauvais comportements. Aussi, une activité physique comme une promenade ou un jeu détend le chiot et le rend heureux. Un animal heureux sera plus facile à manipuler et donc plus facile à éduquer.

Tout le monde peut commettre des erreurs lors de l’éducation d’un animal. L’important est de les corriger et de demander conseil à un expert si nécessaire. Chaque chien est différent. Dans tous les cas, il est vital de répondre à ses besoins et de créer un lien avec lui.

Cela pourrait vous intéresser ...
Corticostéroïdes chez le chien : indications et effets
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Corticostéroïdes chez le chien : indications et effets

L'administration de corticostéroïdes chez le chien est recommandée pour traiter diverses pathologies chroniques et certaines déficiences métaboliqu...



  • Hiby, E., Rooney, N., & Bradshaw, J. (2004). Dog training methods: Their use, effectiveness and interaction with behaviour and welfare. Animal Welfare, 13(1), 63–69.
  • Mujica, R. (2012). Etología clínica en caninos. Mundo Pecuario, VIII(1), 60-72.
  • Riemer, S., Ellis, S., Thompson, H., & Burman, O. (2018). Reinforcer effectiveness in dogs—The influence of quantity and quality. https://doi.org/10.1016/j.applanim.2018.05.016