Mustang (cheval) : origine et caractéristiques

Le mustang est l'une des races de chevaux les plus sauvages qui existent et l'une des rares à vivre encore à l'état sauvage. Apprenez-en plus ici sur cette race de chevaux.
Mustang (cheval) : origine et caractéristiques

Dernière mise à jour : 17 août, 2021

S’il existe un symbole de liberté dans les prairies des États-Unis, c’est bien le mustang. Les quelques troupeaux de chevaux que l’on voit à l’état sauvage dans la région nord-américaine appartiennent précisément à cette race, considérée comme l’une des plus belles au monde.

Cependant, il faut noter que les chevaux qui nous concernent ici ont été réintroduits sur le continent américain avec la conquête espagnole ; avant cela, leurs parents avaient disparu. D’ailleurs, le nom mustang provient du mot espagnol mustango : c’est ainsi que l’on appelait les chevaux sauvages en ancien espagnol. Apprenez-en plus ici sur cet incroyable animal.

L’origine du mustang

À la fin du Pléistocène, les chevaux avaient déjà disparu en Amérique du Nord. Lorsque les conquérants espagnols sont arrivés avec des montures  sur le territoire, certains d’entre eux se sont échappés, parvenant à proliférer dans les immenses plaines américaines. L’absence de prédateurs et la disponibilité de nourriture ont contribué à leur expansion rapide à partir du XVIe siècle.

Les études ADN les plus récentes montrent que les ancêtres du mustang sont proches des chevaux de la race marismeña, présents dans le milieu naturel de Doñana (Espagne).

Plus tard, les Amérindiens ont capturé de nombreux chevaux installés sur ces terres pour les utiliser comme moyen de transport. Leur reproduction, associée à la croissance des populations sauvages, s’est traduit par une augmentation du nombre de spécimens au début du 20e siècle. C’est alors que les éleveurs ont commencé à les exterminer sous prétexte qu’ils détruisaient les pâturages de leurs animaux.

Ce massacre a mis la race en grave danger à la fin des années 1960. C’est pourquoi, dans les années 1970, le gouvernement des États-Unis a interdit sa chasse et l’a déclaré « espèce protégée », la sauvant ainsi de l’extinction. Cependant, et comme vous le verrez plus tard, le problème est toujours d’actualité, car l’expansion de l’élevage industriel affecte gravement leur habitat.

Caractéristiques physiques

Le mustang a une physique solide et compact. Il mesure entre 135 et 155 centimètres au garrot. Grâce au fait que sa tête et son cou sont proportionnels à sa taille, ce cheval est doté d’une grande résistance qui lui permet de parcourir de longues distances sans trop s’épuiser.

La couleur de son pelage varie considérablement d’un spécimen à l’autre, mais il est généralement brun, noir, blanc ou fauve. 

C’est une race qui s’adapte bien aux climats défavorables, car elle s’est développée dans de grandes plaines où les intempéries les piègent toujours à l’extérieur. Ces chevaux n’ont pas besoin de boire autant d’eau que les autres chevaux, et peuvent se nourrir de buissons épineux et de feuilles épaisses sans problèmes majeurs.

Caractère et comportement

Le mustang est connu pour son indépendance et son tempérament. Ce ne sont pas des chevaux faciles à apprivoiser, car leur origine sauvage les rend peu dociles. Ils se caractérisent d’ailleurs par des comportements assez suspects.

Ce sont aussi des animaux très intelligents qui s’adaptent parfaitement aux obstacles qu’ils rencontrent dans leur quotidien. Parmi ces obstacles, figurent les humains.

Comme les autres races, cette race est grégaire : ces chevaux vivent généralement en groupes composés entre 15 et 20 spécimens. Ces groupes suivent un cheval guide qui se charge de diriger le groupe vers les meilleurs pâturages à l’abri des dangers. De plus, il est à noter que ces chevaux créent des liens forts entre eux, notamment les juments et les poulains.

Leur communication, qui ne semble pas très intuitive à nos yeux, est complexe et efficace : il suffit de constater la parfaite coordination entre les spécimens lorsqu’ils courent en groupe. Grâce aux positions du corps, aux vocalises et aux gestes, ces chevaux sont capables de transmettre des messages et des humeurs sans aucune difficulté.

Comportement alimentaire

Les chevaux sont des herbivores strict : ils se nourrissent donc exclusivement de matières végétales. En plus des différentes espèces de graminées présentes dans les plaines, ces chevaux sont capable de survivre grâce aux buissons épineux, aux plantes ligneuses et aux feuilles épaisses et dures. Comme nous le disions plus haut, cette race s’adapte très bien aux climats défavorables et rares.

Bien qu’ils aient besoin de moins d’eau pour survivre que les autres chevaux, cela reste un élément vital. Selon la période de l’année, un adulte en bonne santé peut consommer entre 20 et 60 litres d’eau par jour.

Les chevaux perdent beaucoup de liquides via l’urine et la sueur et doivent rester hydratés pour digérer la grande quantité de fibres qu’ils absorbent via leur alimentation.

Quelques considérations sur la race

Aujourd’hui, le mustang est toujours en danger d’extinction. Bien que protégées, les populations continuent de baisser pour les mêmes raisons qu’au siècle dernier : les grandes exploitations d’élevage nécessitent des milliers d’hectares, à la fois pour abriter les animaux et pour les nourrir, ce qui oblige les chevaux sauvages à se déplacer.

Loin de leur redonner l’espace dont ils ont besoin, un plan a été proposé l’an dernier pour capturer les quelques spécimens survivants de la race et les stériliser pour contrôler les populations. Les organisations animales nord-américaines indiquent que le problème n’est pas leur nombre, mais le manque d’espace et la dégradation de l’environnement. Des solutions plus éthiques ont été exigées.