Qu'est-ce que la gourme ?

La gourme se propage de différentes manières et est causée par la bactérie Streptococcus equi. Son traitement comprend des antibiotiques, de la pénicilline et des anti-inflammatoires. Il est essentiel de connaître les symptômes et les moyens de prévention de cette pathologie.
Qu'est-ce que la gourme ?

Dernière mise à jour : 26 juin, 2021

La gourme est une maladie contagieuse d’origine infectieuse qui enflamme les voies respiratoires supérieures des animaux. Dans la plupart des cas, les chevaux atteints ont des abcès dans leurs ganglions lymphatiques, causés par le pathogène bactérien Streptococcus equi.

Cette pathologie est également connue sous le nom de “angine du cheval” et fait partie des maladies qui affectent généralement les chevaux en état de surpopulation. Bien qu’elle concerne notamment les très jeunes chevaux, elle peut toucher un équidé à tout moment et à tout âge. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cette maladie.

Comment se propage la gourme ?

L’agent causal de cette maladie est la bactérie Streptococcus equi, un micro-organisme Gram positif qui affecte divers animaux. Nous nous intéressons ici à la maladie chez les chevaux, mais il est intéressant de savoir qu’elle peut également infecter les chèvres, les moutons, les bovins, les volailles et les porcs. Chez eux, elle provoque une mammite, une lymphadénite et une septicémie.

Comme le montrent les recherches scientifiques, certains chevaux sont porteurs de la bactérie S. equi, mais ne présentent aucun symptôme de l’infection. Ils peuvent ainsi infecter d’autres chevaux rapidement. Comme ils sont asymptomatiques, le tuteur ne peut pas les mettre en quarantaine et ainsi éviter la propagation de l’agent pathogène.

La maladie serait la conséquence d’un non-respect du protocole pendant les déplacements de chevaux ou les introductions dans de nouvelles installations d’élevage. De plus, cette bactérie peut être transmise par des herbes contaminées et des ustensiles courants, tels que des récipients pour aliments.

On estime que lorsqu’il y a un foyer de cette maladie chez les chevaux, jusqu’à 90 % des animaux en contact peuvent être infectés. Parmi les autres mécanismes de contagion se trouve le transport de la bactérie par les mouches. Ces invertébrés sont considérés comme des vecteurs du pathogène.

Un cheval qui voyage.

Les symptômes de la gourme

Si vous reconnaissez les symptômes de la maladie, vous réduirez l’impact de la maladie par la mise en quarantaine immédiate des spécimens infectés. Parmi les principaux signes cliniques, figurent les suivants :

  • Fièvre : étant une maladie d’origine infectieuse, la fièvre est susceptible de survenir chez le cheval. On pense que le corps augmente involontairement la température pour combattre les agents pathogènes de manière générale.
  • Glandes enflées : en réponse à l’infection, les glandes du cheval s’enflamment, car ce sont des centres d’activité immunitaire où sont produites les cellules contre l’agent pathogène. Ces amas de tissus sont durs et chauds au toucher.
  • Manque d’appétit : La fièvre, la douleur et l’inflammation dans la zone touchée peuvent faire perdre l’appétit au cheval.
  • Difficulté à avaler : en raison des symptômes que nous avons évoqués, il est également probable que l’animal ait des difficultés à avaler.
  • Difficulté respiratoire : lorsque la gorge et les ganglions lymphatiques sont trop gonflés, des problèmes respiratoires peuvent survenir chez l’animal.
  • Écoulement nasal : un écoulement épais et jaune sort du nez du cheval accompagné d’une toux.

Les complications

Le traitement de la gourme doit être abordé rapidement. Sinon, des complications peuvent survenir, telles qu’une infection massive ou une infection systémique. Cela se produit lorsque l’animal est dans un état grave, auquel cas des abcès apparaîtront dans le thorax et l’abdomen.

Lorsque ces abcès se brisent, une plaie exposée se forme qui pourrait entraîner une septicémie – une réponse immunitaire mortelle – et mettre la vie de l’animal en danger. Comme cela arrive chez l’homme, si cette affection évolue elle peut se transformer en choc septique, caractérisé par une diminution de la pression artérielle, qui provoque une défaillance d’organe et même la mort.

Aussi, un purpura peut apparaître, décrit par les experts comme une inflammation immunitaire aiguë qui affecte les vaisseaux sanguins périphériques. Cela est dû à la réaction entre les anticorps du cheval et les composants bactériens.

Les traitements de la gourme

La première chose qu’un tuteur doit faire lorsqu’il pense faire face à une éventuelle épidémie de la gourme est de consulter immédiatement un vétérinaire. En commençant tôt à traiter la maladie, il est possible d’éviter les complications décrites. Parmi les différents traitements à suivre, figurent les suivants :

  • Antibiotiques et médicaments symptomatiques : le vétérinaire vous prescrira probablement des antibiotiques à forte dose, de la pénicilline et des anti-inflammatoires.
  • Drainage : lorsque des abcès apparaissent et sont matures, il est nécessaire de les drainer de manière contrôlée pour éliminer le matériel infectieux. Le drainage ne peut être effectué que par un professionnel, car exposer une plaie purulente à l’environnement peut être contre-productif.

Le meilleur traitement, la prévention

Bien que les perspectives de la gourme semblent alarmantes, le pronostic est bon. Comme l’indiquent des sources professionnelles, le taux de mortalité global est de 8,1 %. Naturellement, plus la condition est douce, plus l’équidé a de chances de survivre.

Cette condition peut être mortelle pour les jeunes animaux. Par conséquent, la meilleure façon de traiter la maladie est de la prévenir. Les mesures de prévention sont les suivantes :

  • Vaccination : le vaccin est administré à 3 mois et est répété à 25 jours, puis tous les 6 mois. Cela est nécessaire jusqu’à ce que le cheval ait 2 ans.
  • Nettoyage des écuries : Pour prévenir cette maladie, les écuries doivent être fréquemment nettoyées. Pour ce faire, vous devez utiliser des produits désinfectants à la qualité approuvée par les cliniques vétérinaires. C’est le seul moyen d’éliminer les bactéries qui menacent la santé des chevaux.
  • Désinfection des éléments partagés : il est important d’étendre les protocoles de nettoyage aux abreuvoirs et ustensiles d’alimentation, notamment si leur usage n’est pas individuel.
La fourbure équine est une pathologie très fréquente.

Il faut tenir compte du fait que cette maladie affecte tous les types de chevaux. Ainsi, des protocoles de prévention doivent être suivis en tout temps. Bien que l’agent pathogène ait tendance à attaquer plus intensément pendant les saisons froides, il peut apparaître à tout moment.

N’oubliez pas non plus que bien qu’un équidé affecté développe une certaine immunité, de nouveaux épisodes peuvent se répéter tous les 6 mois. La désinfection des surfaces et la vaccination générale sont des moyens de prévention à ne pas négliger.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que la grippe équine ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Qu’est-ce que la grippe équine ?

La grippe équine est une maladie qui affecte presque tous les chevaux dans le monde. Heureusement, ce n'est généralement pas une maladie mortelle.



  • Gatti, M. Adentitis equina. Sitio Argentino de Producción Animal.
  • Cruz, F. Papera equina. Revista del Centro de Vigilancia Sanitaria Veterinaria (VISAVET). 2015.
  • Septicemia. Mayo Clinic.
  • Prescott, J. Paperas. Equisan. com, la clínica equina en la web.